AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 If I die...don't forget me ! [feat. Meryl Howard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Aidan Howard


in maplewood since : 30/01/2018
gained wars : 552
real face : Nono 노노 ou Jabberwock
faceclaim : Ji Chang Wook 지창욱
age : 29 ans
heart : En couple avec une charmante jeune femme avec qui il vit, mais son coeur est prit par une autre, par sa petite soeur dont il est amoureux depuis son plus jeune âge. Mais c'est un amour tabou et interdit, alors il veut le vivre dans l'ombre.
your job : Adjoint du Shérif, mais son but utlime et d'un jour se retrouver à la place du chef, il sera sans pitié pour y parvenir.

Meryl Howard - Ma petite sœur, mais aussi le grand amour de ma vie, malgré les interdits. Elle est mon péché, je ne peux pas lui résister.

Meryl Howard + RP + RP
Posté le Mer 31 Jan - 15:21

"Les enfoirés ! Ils sont armés ! On peut rien faire, il nous faut du renfort !" s'écria l'un des agents de police qui était cachée derrière le véhicule pour rester à couvert. Est-ce qu'il était sérieux ? Il veut rester là, tapis dans l'ombre et attendre une autre unité ? Aidan regarda à travers la vitre, le bâtiment était un vieil entrepôt, des types étaient en train de dealer, sûrement un achat de drogue, du moins c'est ce qu'un pseudo informateur avait dit à la police. C'est pour ça que le shérif adjoint se retrouvait sur les lieux, il était venu voir avec un collègue si l'information était juste. Visiblement, elle l'était ! Les officiers avaient vu des types non originaire de la ville entrer dans le bâtiment. En s'approchant, un guetteur a averti ses copains que la compagnie était là. Aidan avait bien dit à son crétin de coéquipier du moment de ne pas aller voir. A croire que ce type voulait se prendre pour Rambo, mais maintenant qu'ils se font canarder, il est clairement en train de ce chier dessus. "Si on attend, il n'y aura plus personne. C'est peut-être notre seule occasion de démanteler le réseau de drogue de la ville, hors de question de laisser passer ça." Howard n'est pas le genre de personne à avoir peur fasse à des armes à feu. La plupart ne savent pas tirer comme il faut. "Passe moi ton fusil !" ordonne t-il à l'agent à côté de lui. Celui-ci le regarda extrêmement surpri. Finalement, Aidan leva les yeux au ciel et s'empara lui-même de l'arme.

L'instant d'après, il visait le premier qui s'écroula en restant à moitié à couvert derrière l'avant du véhicule. Une fois ce tireur principal abattu, il couru vers le bâtiment. Sa formation de militaire lui donne un sacré avantage, il est bien plus aventureux que la plupart des agents de police, sans oublier qu'il a de meilleure tactique et une grande expérience du terrain. Si on ajoute qu'il a un goût prononcé pour l'adrénaline... voilà un super Aidan Howard. Caché par le mur, il attendit que la salve de coup de feu se terminer pour entrer à l'intérieur en éliminant le premier gars le plus proche, il entendant dehors son collègue crier quelque chose comme "oh putain, mais t'es malade, tu vas te faire tuer". C'est trop tard pour faire marche arrière. Les choses se passent à peu près bien, il en descend deux de plus et pense pouvoir avoir le dernier, mais un type sort de nulle part, il a tout juste le temps d'esquiver son coup de couteau tout en échappant son arme sur le sol. Le corps à corps s'impose, il a clairement le dessus, mais se retrouvant à découvert, il prend une balle dans les cotes, juste sous le bras droit, là ou son gilet ne le protège pas.

Sa respiration se coupa subitement, il tituba quelques pas tout en regardant sa main ensanglantée et tomba à genoux au sol. Est-ce que c'est vraiment la fin ? Est-ce qu'il va mourir ainsi ? Le mec étant venu se battre au corps à corps avec lui rigole en le traitant de "con de flic". La lame est dans sa main, prête à finir le travail. C'est pas le moment de flancher, pas maintenant ! Aidan rassemble ses dernières forces et pare le coup en retenant le poignet de son ennemi, usant des dernières forces, puisant dans ses réserves, il parvint à retourner l'arme de cet abruti pour le tuer. Après ça, il s'effondra et ce fut le néant le plus total. Le monde lui sembla alors lointain, comme dans un rêve. Ses pensées allaient vers une seule personne : sa petite sœur.

Ses yeux s'ouvrirent de nouveau, ce n'était plus un plafond gris et crasseux qui se trouvait là, mais un plafond d'un blanc immaculé. En tournant la tête, il remarque les engins qui faisaient par moment un petit bip, il était à l'hôpital visiblement. Vivant ? Il n'est donc pas mort ? On peut dire qu'il a de la chance. Un docteur ne tarda pas à faire irruption pour lui expliquer ce qu'il s'était passé. D'après lui, il était vraiment chanceux, la balle n'était pas passé loin du poumon, un peu plus et il se serait sûrement noyé dans son propre sang.

________________________________________

tentation interdite
qu'importe l'interdit, la passion me consumera jusqu'en Enfer s'il le faut. Mais je t'aimerais dans le péché ▬ dieu accorde moi ton pardon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Mer 31 Jan - 18:06

"Je t'en prie seigneur, exauce mes prières." Un souhait venant d'une cœur, une bougie allumée, un signe de croix et la voilà poussant les portes de l'église pour s'en aller. Depuis combien de temps n'avait-elle pas sollicité le père tout puissant ? Cela remonte à des années maintenant. Aujourd'hui, les choses étaient différentes, elle avait ressentie ce besoin de parler, de laisser ses larmes couler et cela lui avait fait le plus grand bien. Ce genre de confessions parvenaient à apaiser son âme de pécheresse, faisait taire ses maux enfouis en elle et pourtant, malgré cela, il y avait toujours quelqu'un pour lui faire rappeler qu'elle odieuse catholique elle avait été autrefois. Cette personne c'était elle. Cette belle femme, malheureuse femme portant sur ses épaules un horrible malheur. Elle tentait tant bien que mal de se camoufler, de cacher ce visage laid et abîmé par tout ses produits cosmétiques qu'elle se tartinait dessus. Cette femme, elle l'a reconnaissait, et même très bien. Elle cherchait certainement une épaule pour pleurer, sauf que malheureusement pour elle, elle n'était pas tombée sur la bonne personne. Parce que oui, cette même femme, Meryl la détestait, pour la simple et bonne raison qu'elle était la sienne, à lui: à Aidan.

"Il s'est réveillé." souffla t-elle à la cadette Howard. A ses mots, la pécheresse ne répondit rien, si ce n'est un souffle. Un souffle rassuré, presque heureux. Oui elle était heureuse de savoir que son frère s'en était sorti, elle qui venait tout juste de prier pour lui. Bien entendu, elle se retint de sourire, mordant l'intérieur de ses joues pour ne pas le faire. Elle se contenta de poser une main, presque dégoûtée, sur l'épaule de l'imbécile en faux semblant de réconfort, et partit aussitôt jusqu'à sa petite boutique de fleur dans un silence accablant. Elle y passa plusieurs heures, juste pour composer un bouquet qu'elle apporterait à Aidan. Elle y glissa notamment plusieurs anémone blanches, censées soigner les douleurs et les chagrins mais aussi de belles jonquilles qui au passage fit rosirent ses deux joues au vu de leurs significations. En effet, les jonquilles sont censées promettre d'intense retrouvailles entre deux personnes, mais personne n'est censé le savoir, mis à part les fleuristes qui étaient parvenus, eux , à décoder le langage des fleurs. Au centre du bouquet elle avait prit soin de mettre une seule et unique rose blanche, marque sincère de respect et un lys née des larmes d'Eve à son départ du jardin d'Eden.

Cette composition florale n'était pas anodine, à croire qu'elle cherchait à transmettre un message à son aîné qui ne comprendrait sûrement pas ce que les fleurs qu'elle lui apportait signifiaient. Son bouquet achevé, la coréenne prit la route jusqu'à l'hôpital, s'arrêtant au passage dans une chocolaterie pour emporter une petite boite en plus de son oeuvre florale. Au bout de plusieurs minutes elle arriva à l'hôpital, se présentant à l'accueil comme étant Meryl Howard, soeur du fameux Aidan Howard, actuellement hospitalité chez eux. L'adorable jeune femme à l'accueil la dirigea aussitôt jusqu'à sa chambre qu'elle regagna dans son mutisme habituel. Seul le bruit de ses talons fut perceptible dans les couloirs et la plupart du monde ne l'aurait remarqué qu'à la subtile odeur des fleurs qu'elle portait à bout de bras. Son corps cessa tout mouvement lorsqu'il arriva jusqu'au numéro de porte de la chambre décrit par la standardiste. Il lui semblait entendre une voix qu'elle ne connaissait pas. Cela ne l'empêcha pas de frapper à deux reprises pour signaler sa présence. A croire que cela suffit pour faire chasser le médecin qu'elle croisait alors qu'elle s'apprêtait à entrer dans la pièce ou se trouvait son frère.

Au passage, elle offrit au spécialiste un bref petit sourire, quelque peu gêné puis referma la porte sur son passage venant ensuite poser ses yeux sur le lit d'hôpital dans lequel était allongé son aîné. Par soucis de confidentialité, elle s'adressa à lui dans un coréen plus que correct au vu de ses origines. Une langue qu'il pourrait comprendre lui aussi.«Tu es vivant..» commença t-elle en faisant deux pas supplémentaires dans la chambre. Son regard se portait sur les appareils médicaux qui étaient censés surveiller la maigre santé du garçon. Jamais il ne croisa le sien, elle ne voulait pas de suite succomber à son charme, ce charme dont elle ne résistait jamais malgré ses volontés. «Je t'ais apporté quelques fleurs, et du chocolat..Tu aimes le chocolat! Et puis, il faut que tu manges de toute façon, tu as maigris.» Se permit-elle de dire à son aîné en déposant les fameuses fleurs sur la table. «J'ai croisé ta chère et tendre. Elle avait une mine épouvantable.. » Et ce n'est malheureusement pas que de maintenant. Elle a toujours été épouvantable, dès le jour ou elle avait osé poser les yeux sur Aidan, sur SON Aidan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aidan Howard


in maplewood since : 30/01/2018
gained wars : 552
real face : Nono 노노 ou Jabberwock
faceclaim : Ji Chang Wook 지창욱
age : 29 ans
heart : En couple avec une charmante jeune femme avec qui il vit, mais son coeur est prit par une autre, par sa petite soeur dont il est amoureux depuis son plus jeune âge. Mais c'est un amour tabou et interdit, alors il veut le vivre dans l'ombre.
your job : Adjoint du Shérif, mais son but utlime et d'un jour se retrouver à la place du chef, il sera sans pitié pour y parvenir.

Meryl Howard - Ma petite sœur, mais aussi le grand amour de ma vie, malgré les interdits. Elle est mon péché, je ne peux pas lui résister.

Meryl Howard + RP + RP
Posté le Mer 31 Jan - 18:42

Le docteur n'avait pas pour but de lui faire des remontrances, il ne faisait que son boulot, lui expliquer ce qu'il avait fait. Ainsi, il avait subi une opération pour retirer la balle qui n'avait pas transpercé son corps de par en par. En fracassant une de ses cotes, la balle avait été ralentie juste avant le poumon, c'était une chose pour lui. De même, il pouvait s'estimer heureux que l'arme était un petit calibre sans grande puissance. Si ces types auraient utilisé des AK-47, son poumon serait en miette et aucune opération n'aurait pu le sauver, où alors avec une maigre chance, il aurait survécu en perdant son poumon droit. Mais ce n'est pas le cas ! Il va s'en sortir, il va juste devoir rester quelques jours à l'hôpital et prendre quelques jours de repos, ce qui ne l'enchante pas du tout. Ne rien faire, c'est pas vraiment son style, il aime être toujours en mouvement, faire du sport, travailler. Rester chez lui et se reposer c'est très loin de le passionner.

Le docteur quitta la chambre après avoir fini ses explications et son auscultation pour voir si tout allait bien. Alors qu'il sortait, quelqu'un entra, bien qu'il vit le bouquet de fleur en premier, il n'eut aucun problème à savoir qui s'était. Ça ne pouvait être que sa petite sœur, surtout avec des fleurs aussi belles. Un large sourire vint se dessiner sur le visage du jeune homme. S'il y a bien une personne qu'il voulait voir, c'était elle et elle seule ! Sa petite perle, son rayon de soleil, il suffisait qu'elle soit là pour qu'il se sente déjà mieux. Rapidement, il tenta de se redresser un peu sur son lit, non sans esquisser une grimace de douloureuse. Il va devoir s'habituer au fait qu'il a une cote cassée et qu'on lui à ouvert une partie du corps pour retirer la balle. Comme toujours, elle était belle, rayonnante comme un rayon de soleil, comment ne pas succomber à sa beauté ? C'est tout simplement impossible. Elle s'adressa à lui dans la langue de leur mère, il n'eut aucun problème à la comprendre et il afficha un sourire désolé. Oui, il était vivant, par chance. "On ne me tue pas si facilement, tu sais !" répond t-il dans la même langue qu'elle.

Aidan remarqua qu'elle évitait de le regarder, enchaînant directement sur des choses futiles, tel que ce bouquet et les chocolats. Elle aurait pu venir les mains vides que ceci n'aurait rien changé. Seul sa présence compte à ses yeux, c'est tout ce qui compte. Quant à son apparente maigreur, c'est faux ! Ça ne fait qu'un jour qu'il est là ! On ne maigrit pas aussi rapidement et pas avec une belle dans le torse. Mais il laisse passer, c'est sa manière à elle de s'inquiéter pour lui, c'est touchant, tellement mignon ! De plus, elle parle de sa petite amie qu'elle a croisé avant de venir. Oh... elle ! C'est qu'il l'avait totalement oublié depuis son réveil, ne pensant qu'à sa bien aimé sœurette. Le ton qu'elle utilisa pour parler d'elle lui fit échapper un petit rire, c'est toujours le grand amour visiblement. Elle l'a déteste cordialement uniquement, car elle vit avec lui. Ce petit regain de jalousie, il aime ça. Quelque part, ça confirme l'amour qu'elle a pour lui, c'est là le plus beau cadeau qu'elle peut lui offrir. "Je me demande bien ce que tu lui as dit pour qu'elle ne soit pas encore à mon chevet !" s'amuse t-il à dire. Meryl est gentille, mais quand il s'agit de lui, il est certain qu'elle peut être fourbe et dire des choses pour repousser sa concurrente. Du genre "les visites ne sont pas permises aujourd'hui, il doit se reposer", tout ça pour l'avoir rien que pour elle. "S'il te plaît, laisse ce bouquet de fleurs et vient t'asseoir près de moi !" demande t-il alors qu'elle ne lui adresse aucun regard depuis son arrivée. Aidan se retrouve forcé à attraper son poignet pour l'attirer doucement vers lui et l'obliger à s'asseoir sur le rebord du lit. Voilà qui est mieux. Sa main glisse dans la sienne. "Meryl ! Je vais bien, regarde moi... s'il te plaît !" Elle le fera quand elle l'aura décidé... Dans la famille, c'est de vrais têtes de mule. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que si elle ne s'exécute pas, il va la forcer à le regarder. Doucement, il se redresser de nouveau pour se rapprocher d'elle, sa main libre glissant sur sa jolie joue pour la tourner vers lui. "Saranghaeyo !" chuchote t-il en Coréen, sachant très bien qu'elle sait ce que ça veut dire. Ce sont les plus belles paroles qu'il puisse lui dire en cet instant, ne serait-ce que pour la rassurer et lui montrer que ses sentiments à son égard n'ont pas changé, jamais ils ne changeront. De toute sa vie, elle est la seule femme qui a compté, hantant ses jours et ses nuits tel un démon cherchant à le corrompre, ce qui a finalement fini par arriver. Puis, ses lèvres vinrent dangereusement se rapprocher des siennes...

________________________________________

tentation interdite
qu'importe l'interdit, la passion me consumera jusqu'en Enfer s'il le faut. Mais je t'aimerais dans le péché ▬ dieu accorde moi ton pardon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Mer 31 Jan - 21:35

Un miracle de dieu. Une petite poupée vouée à l'église et à son culte. Au final, elle n'avait pas eu la chance de choisir son futur mode de vie, quelqu'un le lui avait obligée. Obligée à être cette pieuse femme d'église qui aurait dû rougir à la vue de la chair humaine et qui pourtant, au fond d'elle, la désirait tellement. Enfin, pas n'importe qu'elle "chair humaine", la sienne à lui. Celle de son frère. il n'y avait aucun être sur cette terre plus parfait que lui. Un rien la fascinait, un rien l'inquiétait à son sujet, et autant dire que quand elle avait apprit qu'il s'était retrouvé à l'hôpital pour des blessures plus ou moins graves, la jeune femme fût aussitôt prise de panique. Elle n'avait pas attendue plus longtemps pour venir lui rendre visite, lui apportant par la même occasion une de ses compositions florales dont il ne prêta à peine attention. Elle dit ça, mais à vrai dire, elle n'avait pas spécialement vu si il s'y était attardé elle qui n'osait pas croiser son regard de peur d'être subjugué par sa beauté.

Alors, elle se contentait de parler "d'elle". De cette femme fade et sans saveur qui pour elle, n'a aucune conversation. Une poupée superficielle qui crût que de beaux sourires suffiraient pour conquérir le cœur de la petite Meryl Howard. Seulement ce qu'elle avait fait fût la plus grosse erreur de sa vie. Elle était tombée amoureuse de son frère, de l'homme de sa vie attisant ainsi la folle jalousie de cette dernière. Sa voix l'insupportait, ses regards aussi et ses sourires encore pire. Tout en cette femme l'agaçait et cela se vit notamment de la façon dont elle venait de parler d'elle à l'homme avec qui elle partageait sa vie.  Ce qu'elle avait pût lui dire? Rien du tout. Ce n'est pas le genre de Meryl d'être mythomane et d'aller inventer des balivernes pour empêcher quelqu'un d'aller voir son frère. Jalouse elle l'était, possessive non. «C'est que tu me vexerais presque de croire que j'aurais pus la dissuader de venir te voir.» lui lança t-elle toujours de cette langue maternelle qu'elle avait apprise au fil de sa vie, une moue boudeuse sur les lèvres. Inconsciemment, elle se mit à caresser une des pétales de la rose pour s'éprendre de sa douceur, de sa délicatesse et fragilité. La distance qu'elle avait établie entre elle et lui ne manqua pas d'interpeller le garçon qui lui fit aussitôt comprendre du manque de sa présence à ses côtés. Meryl ne ferait pas le premier pas, elle refusait de le faire de peur de craquer, pourtant, quand il attrapait son poignet pour l'attirer à lui, la jeune femme ne fit aucune opposition à ce geste, comme ci au fond d'elle, elle n'avait attendu que ça.

Elle s'installait lentement sur le rebord du lit, la tête baissée et les yeux rivés sur le sol. Prude qu'elle était. Quoi qu'ils puissent en dire tout les deux, ils étaient constamment attirés l'un à l'autre comme deux aimants et si des sentiments amoureux n'auraient pas vus le jour entre eux, cela aurait pût être une belle relation entre frère et sœur, simple, classique comme la plupart des familles. Mais voilà qu'il s'amenait avec son "Je t'aime" susurré en coréen. Ce simple mot suffit pour la rendre complètement folle. Son cœur tremblait, s'affolait à ce simple mot et en même temps, cela l'énerva tellement. Il aurait pût s'excuser, non. Il aurait dût s'excuser même pour avoir osé l'inquiéter autant, mais non, à la place monsieur se contentait de lui dire je t'aime en attendant que ses lèvres se posent sur les siennes pour un énième échange incestueux entre eux.

Cette fois elle avait osé. Ses yeux se levaient sur les siens, et sa tête eut un mouvement de recul pour l'éviter d'avancer d'avantage vers sa bouche. «Saranghaeyo.. SARANGHAEYO?! C'est tout ce que tu sais me dire?idiot!» Elle accompagna ce qualificatif par une petite claque sur l'arrière de son crâne, prenant un air offusqué. Les lèvres entre ouvertes, elle lui aurait bien casser les deux bras pour avoir osé prendre autant de risques durant une de ses missions. Et en même temps, comment ne pas craquer devant ce visage, ce regard envoûtant. «Je me suis inquiétée.J'ai priée.. longtemps juste pour que tu me reviennes, parce que j'avais peur Aidan, peur de ne plus jamais te revoir et que la vie ne se décide à t'arracher à moi, pour toujours.» avoua t-elle les larmes aux yeux sans qu'elles ne coulent sur son visage de porcelaine. Il n'était pas que son frère, il était tellement plus. Imaginer sa vie sans lui, lui était impossible et Aidan le savait, il savait ce qu'il représentait pour elle, même si cela était le pire des péchés qu'elle avait pût commettre durant sa vie que de l'aimer d'un amour démesuré, différent de ce qui devait être normalement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aidan Howard


in maplewood since : 30/01/2018
gained wars : 552
real face : Nono 노노 ou Jabberwock
faceclaim : Ji Chang Wook 지창욱
age : 29 ans
heart : En couple avec une charmante jeune femme avec qui il vit, mais son coeur est prit par une autre, par sa petite soeur dont il est amoureux depuis son plus jeune âge. Mais c'est un amour tabou et interdit, alors il veut le vivre dans l'ombre.
your job : Adjoint du Shérif, mais son but utlime et d'un jour se retrouver à la place du chef, il sera sans pitié pour y parvenir.

Meryl Howard - Ma petite sœur, mais aussi le grand amour de ma vie, malgré les interdits. Elle est mon péché, je ne peux pas lui résister.

Meryl Howard + RP + RP
Posté le Jeu 1 Fév - 13:33


Oh, alors elle n'aurait vraiment rien dit à sa copine ? C'est bien étrange qu'elle ne soit pas là pour pleurer devant Aidan et s'inquiéter de sa blessure. Il faut croire que Meryl a été bien plus rapide que tout le monde. Même leurs parents n'étaient pas encore venus. Quoi que son père lui avait tout de même passé un coup de fil pour avoir de ses nouvelles. Ayant un office plus tard dans la soirée, il ne pouvait pas venir tout de suite. Le jeune homme avait rassuré son paternel, lui disant que ce n'était vraiment pas la peine de venir aujourd'hui, qu'il était fatigué et qu'il préférait dormir. C'est peut-être pour ça que sa soit disant moitié n'est pas là. Ce ne se serait pas étonnant qu'elle soit allée voir Monsieur Howard pour proposer de rendre visite à Aidan "en famille". Du coup, il se peut que son père ait informé la jeune femme qu'il serait préférable de le laisser se reposer pour la journée et de lui rendre visite uniquement le lendemain. On peut dire que sur ce coup là, son père lui sauve peut être la mise, du moins c'est ce qui imagine. Meryl serait donc parfaitement innocente ? Intéressant ! "Oh ! Excuse moi, je n'avais pas l'intention de te vexer, je sais juste que tu ne l'apprécies pas, alors j''ai imaginé que... Enfin, bref !" Il était content que la personne la plus importante pour lui soit là, c'est tout ce qui comptait dans le fond.

Par la suite, il avait envie de l'avoir contre lui, de la rassurer un peu, c'est bien pour ça qu'il murmura qu'il l'aimait à son oreille. C'est le genre de parole douce et romantique dont il est capable, surtout et uniquement avec elle. Ses lèvres étaient proches des siennes à la limite de les embrasser, mais elle se recula, presque un peu en colère. Bon on dirait qu'il a mal fait quelque chose ? En fait, elle était contrariée, ça se sentait dans sa phrase et ses reproches. Ben quoi ? Qu'est-ce qu'il est censé lui dire de plus ? Elle osa le frapper derrière la tête, ce qui lui fit rentrer la tête dans les épaules en même temps qu'il laissa un aïe franchir ses lèvres pour protester. N'est-il pas assez blessé à son goût pour qu'elle en ajoute de la sorte ? "Hey ! J'suis blessé !" proteste t-il pour qu'elle ce calme, de peur qu'elle cherche à se défouler davantage sur lui. En tant normal, ça ne le dérangerait pas, la douleur n'est pas vraiment un problème pour lui, il s'inflige lui-même des douleurs horribles pour chercher la rédemption. D'ailleurs, il a bien vu que le docteur a évité la question sur les cicatrices de son dos. Il espère que le fait qu'il sache que ce soit un ancien militaire soit suffisant pour qu'il imagine des trucs dingues du style "torture" pour ne pas poser de question.

Sa sœur lui avoua son inquiétude, c'était tellement touchant de l'entendre, il était tellement désolé de lui avoir fait peur. Au ton de sa voix et à la vue de ses yeux larmoyant, il comprenait qu'elle s'était fait un sang d'encre. Il fit une moue désolée et vint doucement l'attraper pour l'enlacer de sorte à ce qu'elle pose sa tête contre son torse. Sa main caressa sa jolie chevelure dans un geste se voulant rassurant. "Je suis désolé Meryl. Je ne voulais pas te faire peur. Tu sais bien que c'est mon boulot, qu'il y a des risques. Je ne veux pas que tu t'inquiètes pour moi. Regarde, je suis là, je vais bien. On ne va pas me tuer comme ça ! Alors, calme toi !" Avec douceur, il la repoussa un peu pour pouvoir la regarder droit dans les yeux. "J'ai subi bien pire quand j'étais à l'armée et je suis toujours là !" Pour lui faire comprendre, il sa saisit de l'une de ses mains, puis il souleva un morceau de son t-shirt et porta les doigts de sa sœur sur son torse, au niveau de son pectoral gauche, puis il la fit toucher un épaisse cicatrice se trouvant le long de celui-ci. "Ce jour là, j'ai failli y passer, une bombe qui a explosé à côté de nous. J'ai perdu un de mes amis ce jour là, j'ai été gravement blessé, j'ai demandé à ce que ma famille n'en soit pas informée. Il m'a fallu trois mois pour m'en remettre. Tu vois, je suis solide ! Mon heure n'est pas encore arrivée ! finit-il par murmurer. Il espérait que ça puisse lui remonter le moral d'une manière ou d'une autre. Il lâcha sa main et vint essuyer un restant de larme sur son joli visage. "Maintenant que je t'ai retrouvé petite sœur, je ne compte pas m'en aller ! C'est impossible !" Cette fois-ci, il avait bien l'intention de l'embrasser. Il se rapprocha et ses lèvres vinrent s’entremêler aux siennes dans un doux baiser passionné.

________________________________________

tentation interdite
qu'importe l'interdit, la passion me consumera jusqu'en Enfer s'il le faut. Mais je t'aimerais dans le péché ▬ dieu accorde moi ton pardon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Mer 7 Fév - 13:38

Un je t'aime soufflé en guise de pardon. Sait-il seulement qu'elle s'est faîtes un sang d'encre pour lui? Non il ne le sait pas. Il pense qu'elle reste tapis dans l'ombre, menant une petite vie tout à fait banale. Après tout c'est ce qu'elle devrait faire, ne plus penser à lui et tenter de vivre une vie sereine loin de tout ses problèmes. Une vie ou elle aurait un brave époux, et pourquoi pas des enfants, voilà un sujet qui ferait la joie de ses parents bien aimés. Il rêvait de la voir au bras d'un homme. Un homme avec des principes et des valeurs qui saurait la rendre heureuse. Un homme sérieux avec une certaine situation qui pourrait la mettre à l'abri du besoin, qui la respecterait en tant que femme mais aussi bonne chrétienne en acceptant "sa virginité". Mais qu'elle virginité? Cela faisait un petit moment qu'elle ne l'était plus, et pourquoi? Parce que son frère avait décidé de la lui enlever. Il se pensait le seul capable à faire cela, à la toucher avec une certaine douceur et envie. Le seul capable de lui procurer un plaisir nouveau qui la ferait grimper au plus haut des cieux. Mais cela ne se fait pas, et encore plus dans un cadre religieux. Un frère est une personne que l'ont chéri, avec qui l'ont est censé tout partager mis à part un baiser, une caresse, tout cela est intolérable au sein de l'église catholique. Alors elle s'était tût et se contentait d'aller prier aussi fort que possible, d'espérer avoir un pardon divin qui la ferait déculpabiliser de ses faits et gestes, bien que jamais elle ne l'aurait, elle qui semblait en plus d'avoir péché, être tombé follement amoureuse de son aîné.

La paume de sa main vint s'abattre sur l'arrière de son crâne et c'est une petite claque non douloureuse qu'elle lui offrit à défaut d'un baiser. Son geste lui fit souffler un petit "aie" qui le fit redescendre sur terre et méditer sur l'inquiétude qu'il avait causé auprès d'elle. «Tu es blessé pour ce que tu as envie de toute façon! C'est toujours pareil avec toi!» s'écria la petite brune en coréen. Elle aimait cette facilité de pouvoir parler avec lui sans que des petites oreilles indiscrètes ne se baladent à travers les murs et ce qu'elle lui confia d'ailleurs par la suite était d'autant plus important pour elle qu'il ne devait être que le seul locuteur de ses paroles. Voir la jeune femme si abattue lui fit enfin prendre conscience de ce qu'il avait pût faire en se mettant en danger et c'est presque naturellement qu'il l'attrapait pour l'enlacer contre son corps. Ses yeux s'ouvraient un peu plus, alors que son petit cœur, lui, tambourinait d'avantage. Ce contact, elle l'avait tant désiré, bien que sa timidité et la peur d'être prise sur le fait par quiconque l'empêchait d'en profiter pleinement. Cette fois, il s'excusait tout en tentant de la rassurer. Il n'était pas obligé de le faire, elle l'avait déjà pardonné à vrai dire. «Je n'aimes pas ce que tu fais et tu le sais bien.» Souffla t-elle d'une voix étouffé par le tissu recouvrant son haut. Son oreille, attentive, crût percevoir quelques battements de cœur à l'intérieur de sa poitrine, et le savoir en vie suffisait pour la rassurer.

Doucement elle recula, sa main se leva à hauteur du torse de son aîné, timide, sous la volonté de ce dernier. Le bout de ses doigts entrèrent en contact avec sa peau chaude qui lui donna l'envie de mordre sa lèvre inférieure mais elle se retint, se concentrant sur cette cicatrice profonde présente sur l'un de ses pectoraux. Une cicatrice qui a une histoire comme la plupart d'elles, une histoire dangereuse, terrifiante qui n'aurait jamais vu le jour si il aurait succombé à ses blessures lorsqu'il était à l'armée. Son regard se levait sur le sien, sérieux et triste à la fois. Pourquoi fallait-il qu'il souffre autant pour le bien des autres? Ne pouvait-il pas lui aussi avoir la paix et vivre dans la sérénité? «C'est injuste Aidan..» souffla t-elle à nouveau en le voyant venir. Ses lèvres s'approchaient, et une nouvelle promesse vit le jour. Celle de ne jamais l'abandonner. Une promesse qu'il scella dans un doux baiser passionnel. Elle aurait bien été tenté de le repousser une seconde fois, mais la passion et l'envie, bien plus forte que la raison l'incita à approfondir cet échange, invitant même sa main à parcourir une nouvelle fois la peau de son torse dans une douce caresse. Ses lèvres vinrent finalement quitter les siennes lorsque le souffle lui manquait, sans que son visage ne s'éloigne du sien. Les yeux encore clos, elle était déjà la à supplier le ciel de pardonner ce nouveau péché. «Tu n'as pas le droit de faire ça.. C'est interdit.» murmura l'asiatique. Elle aimerait se convaincre que tout était de sa faute à lui, cet amour destructeur et passionnel qui faisait naître en elle des envies impures à l'égard de son frère mais elle avait, autant que lui, une part de responsabilité dans cette histoire et il fallait qu'elle l'accepte.Elle ne l'emporterait pas au paradis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aidan Howard


in maplewood since : 30/01/2018
gained wars : 552
real face : Nono 노노 ou Jabberwock
faceclaim : Ji Chang Wook 지창욱
age : 29 ans
heart : En couple avec une charmante jeune femme avec qui il vit, mais son coeur est prit par une autre, par sa petite soeur dont il est amoureux depuis son plus jeune âge. Mais c'est un amour tabou et interdit, alors il veut le vivre dans l'ombre.
your job : Adjoint du Shérif, mais son but utlime et d'un jour se retrouver à la place du chef, il sera sans pitié pour y parvenir.

Meryl Howard - Ma petite sœur, mais aussi le grand amour de ma vie, malgré les interdits. Elle est mon péché, je ne peux pas lui résister.

Meryl Howard + RP + RP
Posté le Mer 7 Fév - 16:50


Ce qu'elle pouvait être mignonne de s'inquiéter à son sujet. Ceci le faisait sourire et le rassurait. Cette inquiétude qu'elle éprouve quelque part ça montre à quel point elle tient à lui. C'est l'une des plus belles preuves d'amour qu'elle peut lui démontrer, c'est presque bien plus beau qu'un simple "je t'aime" susurré à son oreille. Bien sûr, ça ne lui faisait pas forcément plaisir de lui imposer ça. Lui-même aurait préféré éviter de se prendre une balle. Premièrement parce que c'est douloureux, deuxièmement parce qu'il a frôlé la mort, troisièmement parce que ça attire un peu trop l'attention sur lui. Vous pouvez être sûr que le Shériff va sûrement lui crier dessus en le traitant d'imbécile sans cervelle ou quelque chose du genre. Est-ce si mal que ça de vouloir faire en sorte que la ville soit un endroit calme et sur pour tout le monde ? Ici, aucun policier n'en a dans le pantalon. A croire qu'aucun d'eux n'a fait l'armée, c'est vraiment déplorable. On dirait de simple fonctionnaire de bureau qui ne veulent pas prendre de risque. Hors, être policier c'est savoir mettre sa vie en danger pour sauver celle des autres, du moins, c'est là la vision de Aidan. Sa petite sœur n'aimait pas son métier, mais ce n'est pas pour autant qu'il changera. Le jeune homme a toujours été casse cou. Lui retirer ça, c'est lui enlever une part de lui et le rendre "vide". N'importe qui pourra lui dire quoi que ce soit, il n'est pas prêt d'arrêter pour autant. C'est ainsi. Il ne cherche pas à ce qu'elle comprenne, peut être qu'un jour elle y arrivera, mais ce n'est pas certain. "C'est mon métier, il faut bien des gens comme moi pour que tu puisses vivre sans problème !" Ce type d'argument, elle le rejettera sûrement, mais ce n'est pas grave.

A sa manière, il voulu lui faire comprendre qu'il était solide et que ce n'est pas une simple petite balle qui va lui ôter la vie. Sincèrement, il ne voit pas ce qui est injuste. Mais il ne compte pas la contredire, ça ne servirait à rien. Tout ce qu'il pouvait faire, c'est lui faire oublier tout ça ! Il la consola en la prenant dans ses bras puis en l'embrassant, car il en avait grandement envie. Sentir ses lèvres sur les siennes... Il n'y a rien de mieux que ça pour être heureux. Dès qu'elle était arrivée dans la pièce, il avait vraiment eue envie de l'embrasser. Jamais il ne pourra faire ça devant les gens, à moins que tout deux partent à l'autre bout du monde ou personne ne les connaît. Leur amour est voué à être un secret que personne ne doit connaître. Ils doivent faire très attention, car ceci pourrait faire un scandale. Surtout au sein de leur famille. Leur père ne pourrait pas tolérer ce genre de relation incestueuse. Pour l'heure, il ignore ce qu'il pourrait faire... renier ses deux enfants peut-être ? Leur mère en serait profondément touchée et certainement dévasté. Puis, il y a le regard des autres, tous les gens de la ville qui connaissent la petite famille, ça serait terrible. Pour le risque en vaut la chandelle. Quelqu'un d'amoureux devrait pouvoir comprendre, non ? Même si c'est sa sœur et qu'ils sont du même sang, il n'y a qu'elle qui compte. Meryl est le grand amour de sa vie et aucune autre femme ne peut lui apporter ce qu'il ressent avec elle.

La jeune femme se laissa aller dans ses bras, répondant à son baiser pour son plus grand bonheur. Elle l'aime, il le sait. En dépit des différentes interdictions. Une fois ce baiser rompu, elle osa dire que c'était interdit. Vraiment... "Interdit... Alors, pourquoi est-ce que j'ai l'impression que tu meurs d'envie que je recommence ?" murmure t-il avec un petit air pervers et provocateur. Elle est peut-être plus innocente que lui, mais il sait que le feu de la passion brûle en elle. Jetant un coup en direction de la porte qui était fermé, il se permit de l'attirer encore un peu vers lui. Ses lèvres de nouveau très proche des siennes, pouvant presque les frôler. Est-ce loyal de la torturer ? De lui faire miroiter ce qu'elle veut ? Oui... ou non ! Mais n'avait-elle pas dit que c'était interdit ? Alors, frôlant très légèrement le coin de ses lèvres, il déposa un baiser sur sa joue, quelque chose de presque innocent, pourtant ceci ne l'était pas. La tension était palpable, c'est ça qui était amusant. Ses mains se firent quelque peu baladeuse sur sa fine taille de guêpe avant de s'égarer le plus au sud de son dos. Tentateur ? Oui, on peut dire qu'il ressemble à ce vil serpent ayant proposé à la pomme à Eve.

________________________________________

tentation interdite
qu'importe l'interdit, la passion me consumera jusqu'en Enfer s'il le faut. Mais je t'aimerais dans le péché ▬ dieu accorde moi ton pardon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
“ Contenu sponsorisé ”
Posté le

Revenir en haut Aller en bas
 
If I die...don't forget me ! [feat. Meryl Howard]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» To forget or not to forget that is the question
» Minos09 : Never forgive, Never forget
» Jund aggro feat. Sygg
» Grand Prix Amsterdam
» « Truth or Dare ? » feat. Hareton Blitswick

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie HJ :: Archives :: RPs-
Sauter vers: