AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 tire toi de mon bar et marche à l'ombre - arthur&charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Jeu 8 Fév - 17:22

Dix-sept heures. Les ouvriers commencent à sortir des chantiers et envahir mon bar. Ils s’accoudent au comptoir, s’affalent sur les banquettes, tirent les tabourets sans ménagement. La vie reprend son cours, la bière coule à flot. Mon plateau sur une main, je me faufile entre les tables.

Une pinte pour Jack, un whisky pour Ned, quelques blousons noirs sont là aussi. L’ambiance est amicale. J’aime la fin d’après-midi, lorsque l’atmosphère se réchauffe. Vêtue d’une jupe en cuir et d’un col roulé noir je suis prête pour assurer mon service.
Une table se remplie. Je me rapproche.

« Messieurs qu’est-ce que je vous sers ? »

Un regard montant-descendant. Une main sur mon cul.

« Un beau petit cul voilà ce que je veux. »

Les rires gras s’envolent comme une rivière de cailloux. Ceux-là ils n’ont pas l’habitude de venir. Ils ne savent pas à qui ils viennent de toucher le cul. Je me penche lascive vers le vieux.

« Si tu ne veux pas que je t’arrache les couilles pour te les faire bouffer, tu as intérêt à ôter ta main de là. Tout. de. suite. »

La main s’en va un peu vexée. Je prends la commande agacée et je retourne derrière mon bar. Quel connard celui-là. Non mais je vous jure. J’ai réussi à empêcher ce genre de comportement. Ici personne ne touche personne sans son consentement et les bagarres se passent dehors. Personne ne vient foutre le bordel dans mon bar. Enfin mon bar … Le bar de l’autre bourge du nord.

Celui qui a cru qu’il avait le droit de racheter le bar. Non mais comment on a pu se laisser à ce point envahir ? Ils nous envahissent. Un jour ils nous mettront dehors pour construire un golf si ça continue. Où irons-nous ?
Je suis entrain de ruminer derrière le bar quand le rejeton de l’autre con de propriétaire débarque. Manquait plus que lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Jeu 8 Fév - 19:56

Le Southside, j'y suis né, j'y ai vécu, et j'y aurais toujours le cœur et l'esprit. Certes, en ce moment et depuis quelques mois, ce n'est plus là que je pose mon sac d'os le soir en me couchant, mais ça ne m'empêche pas d'y passer tous les soirs avant de rentrer. C'est chez moi, c'est comme ça. Cillian, mon frère jumeau, ne le vit pas comme ça. Il a l'air plutôt content, voir soulagé, qu'une vie plus saine s'ouvre à lui. Je ne vois pas les choses comme ça. On ne nous a pas offert une vie plus saine, on nous a imposé une vie plus riche, et c'est totalement différent. Ce soir, comme tous les soirs, j'enfourche ma moto direction le Southside. Ce soir, contrairement à tous les soirs, je n'ai pas de clients en manque à livrer, pas de comptes à rendre, pas de comptes à régler non plus, juste envie de passer, pour dire d'y être passé. Et dans ces moments-là, c'est au bar que je vais. Parce que depuis que j'ai l'âge de comprendre ce qu'il s'y passe, c'est au bar que je vais. Parce que c'est ce bar qui a sorti ma mère du trou. Parce que j'rendais la monnaie avant de dépasser le comptoir. Parce que cet endroit, bien avant que l'gros bourge qui me serve de beau père ne le rachète, c'était déjà chez moi.

Je passe les portes, salue une table de trois mecs -on se connaît tous dans le coin- avant de rejoindre le comptoir, mon bonnet bien posé sur le crâne, et mon air constant renfermé sur le visage. " Hey... Tu m'sers une Grim s'te plait ? "Lançais-je à la barmaid alors qu'elle passe devant moi. Elle est légèrement - c'est un euphémisme - tendue depuis que le mec de ma mère a racheté l'endroit, je le sais. Elle sait que je le sais. Mais ça m'empêche pas d'avoir le droit à ma bière, non ? J'ai même dit s'il te plait. Elle va pas m'faire chier. Elle a pas intérêt.

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Sam 10 Fév - 11:54

Alors que je rumine derrière mon bar, la porte s’ouvre sur un adolescent à l’air renfrogné. Il ne manquait plus que lui. Je le toise d’un air agacé. La porte se referme derrière lui. Bon déjà il n’est pas venu avec son con de beau-père.
Arthur. Arthur il avait pourtant bien commencé, c’était le gamin de l’autre serveuse. Depuis mon arrivée ici il trainait dans nos pattes avec son frère. Lui il avait un peu d’avenir dans le quartier. Il a vite compris comment ça marchait, il ne se faisait pas marcher sur les pieds. Il était chiant mais comme un gamin du coin qui veut essayer de sortir son épingle du jeu. Celui qui veut se faire remarquer, faire partie du truc. Ne pas disparaitre dans la foule des blousons en cuir.
Dès que j’ai été embauchée comme serveuse on partageait quelques services. Puis sa conne de mère s’est amourachée d’un bourge du Northside. Au début je voyais ça de loin, je me suis dis que ce connard cherchait un peu d’aventure à sortir avec la veuve du quartier défavorisé. Il voulait se la jouer rebelle. Mais très vite il s’est pris pour le prince charmant sauveur de sa Cendrillon des banlieues et de ses deux gamins. Et Monsieur avec sa grandeur d’âme et de porte-monnaie a décidé qu’il sauverait aussi le bar. Mais oui vous savez bien que nous les pauvres gens nous ne pouvons pas gérer notre vie seuls. Nous avons toujours besoin des riches investisseurs, ceux qui savent mieux que tout le monde. Qui ont de l’argent alors qui savent comment marche la vie. Moi je vais lui apprendre comment elle marche la vie. A grand coup de machette.
Alors il a racheté le bar et a embarqué sa gonzesse et ses gamins dans les beaux quartiers. Trahison.
Arthur s’approche du bar et me commande une bière. Je ne peux m’empêcher d’être amer. Qu’est-ce qu’il vient encore foutre ici. Le nouveau riche. Le nouveau privilégié vient voir comment se démerdent les pauvres qui n’ont pas évoluer dans la société ?
Pour rien au monde je ne voudrais sa vie dans une grande baraque, mais qu’il vienne pavaner ici ça me gonfle.

« Il vient prendre une bière chez les ploucs le petit bourge ? »

Malheureusement je ne peux me permettre de ne pas servir les clients, c’est pas pro et j’y tiens à mon taf ici. J’attrape un verre et commence à le servir. Je le toise de haut en bas.

« T’as pas l’air plus riche en fait. Juste toujours aussi con. »

Je peux pas m’empêcher de reporter sur lui les décisions de sa mère et de son riche beau-père. Alors je suis acide, je suis mauvaise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Sam 10 Fév - 16:32

Alors celle-là, je ne l'avais pas vu venir. Je viens, tranquillement, poliment même, dans le bar que je connais comme ma poche, boire une bière au comptoir, et j'me fais remballer par la serveuse qui me traite de bourge. Sérieusement ? Elle sait vraiment à qui elle s'adresse ? Elle a oublié qui j'suis la Charlie ? Les vapeurs d'alcool lui sont montées au crâne et ont provoqué une sorte d'amnésie ? J'suis né ici, j'ai grandi ici, j'ai plus d'années à mon actif dans le Southside qu'elle en a pour le moment et elle se permet ce genre d'accusations ? D'abord surpris, abasourdi, je ne réponds rien à sa première remarque, ce qui ne l'empêche pas d'en rajouter une couche avec une deuxième. Mon regard se noircit au fur et à mesure qu'elle débite ces paroles, mon regard noir dirigé droit sur sa p'tite personne. " Toi par contre, t'as l'air plus conne qu'avant. Tu t'es sentie pousser des ailes ou c'est une crise de jalousie carrément mal placée qui tu m'fais là ? " Mal placée, parce que je n'ai rien demandé à personne. Je n'ai pas demandé de changer d'endroit. Je n'ai pas demandé de migration dans le Northside. Et si je suis encore là, ce n'est pas pour faire bonne impression mais bel et bien par besoin. " C'est chez moi ici, et ça restera toujours chez moi, peu importe le nombre de zéros au compte en banque du mec que s'tape ma mère, ok ? " Mes paroles sont dures, froides, mais tellement sincères. Je n'ai fichtrement rien à faire du mec de ma mère, de son argent, et de son prétendu bonheur qu'il nous offre avec ses billets verts. J'en veux pas d'ailleurs, de ses billets verts. Si en vivant dans une baraque comme je vis en ce moment, j'continue à dealer pour m'faire de l'argent et viens boire ici, c'est pas pour rien. " Donc tu redescends un peu, tu calmes ta rage, et tu me sers ma bière, s'il te plait Charlie. " Insistant encore une fois sur le "s'il te plait Charlie", lui montrant bien qu'elle a toujours face à elle la même personne, que je n'ai ni changé, ni oublié qui elle est. En espérant que ça la fera réfléchir.  

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Mer 14 Fév - 12:02

    Je suis désagréable. Ça fait partie de moi. C’est plus fort que moi. Parfois je sais être sympa, mais le pourcentage est plus faible. Il y a des gens qui on essayer de changer ça, mais malheureusement la méchanceté gratuite reprend vite le dessus. Mais surtout je ne supporte pas la trahison. Et c’est vraiment ce que je ressens vis-à-vis d’Arthur. Il nous a trahis. Il est parti dans les quartiers nord, il habite une grande maison. Et il n’a rien fait pour ça, sa génitrice c’est contenter de se trouver un mec friqué. Au fur et à mesure de mes paroles je vois son regard se noircir. Ah je préfère ça plutôt que ta petite politesse de nouveau riche qui assume pas. Je préfère te voir comme ça Arthur.
    Il débite des réponses acerbes. Son côté Southside remonte. Il ferait une bonne recrue. Mais ça n’attenue pas beaucoup mon ressenti envers sa nouvelle vie.
    « Eh petit merdeux tu ne me traite pas de conne, tu me dois un minimum de respect je reste ton ainée. »
    Ici c’est important le respect. Même si cette notion est un peu floue parfois dans mes paroles elle reste une bonne excuse avec les gamins. Surtout ceux comme lui qui ne veulent en aucun cas se faire éjecter de la famille du sud.  Le nombre de zéro que compte son compte bancaire, il arrête de frimer oui ? Il insiste sur la politesse en me redemandant sa bière. Je m’exécute en levant les yeux au ciel.  
    « N’en fais pas trop non plus avec tes nouvelles habitudes de riche des beaux quartiers. C’est bien ça qui me fout les boules figure toi. Te voir partir dans le Northside avec ce connard. T’as été incapable de faire comprendre à ta paumée de daronne qu’elle était en train de se faire entuber. Faudra pas venir nous pleurer dans les pattes quand elle sera devenue trop moche et trop ridée pour lui et qu’il voudra trouver une nouvelle Cendrillon. »
    Je lui pose sèchement sa bière sur le comptoir et m’occupe de la commande des tripoteurs. Je hèle un des vieux en lui faisant signe de venir chercher leur bière. Je vais pas me déplacer non plus.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Ven 16 Fév - 18:01

Mais c'est qu'elle est réellement teigneuse. Enfin, teigneuse, je le savais déjà, je la connais un peu Charlie. Mais là, elle est hargneuse, et envers moi. Ca, pour le coup, je ne l'ai que très rarement vu et c'était par rapport à des conneries que j'faisais en réserve. Cette fois c'est différent. Elle m'en veut. Elle m'en veut réellement d'être parti, d'avoir quitté le navire. Comme si je ne m'en voulais pas assez. Comme si je ne voulais pas assez revenir ici. Comme si je ne me sentais pas assez à l'écart là-bas. Je ne pensais pas qu'elle serait aussi hargneuse de m'imaginer avec de l'argent dans les poches. D'autant plus que l'argent que j'ai dans les poches est toujours le même, toujours l'argent sale de mes ventes de shit. " Tout autant que tu me dois le respect parce que je suis né ici. " Effectivement, le respect c'est important. Mais ça va dans les deux sens. Et si elle espère me faire baisser le ton ou les yeux parce qu'elle a quelques années de plus au compteur, elle se plante royalement. Le respect, ok, mais pas à tous les prix. Elle finit par me servir ma bière, je n'y croyais plus. Et entière en plus ! Elle ne l'a ni renversé, ni remplie à moitié, ni même craché dedans, je suis fier d'elle. Mais je suis beaucoup moins fier quand elle prononce ses mots. Salope. Simplement. Salope. Mais y'a un problème, avec cette salope... C'est qu'elle a raison. Je sais qu'elle a raison. Mais ma mère en avait besoin, de ce moment de repos financier, de ce moment de sérénité pour ses fils. Même si ça ne durera qu'un temps. Et ça ne durera qu'un temps. Je le sais aussi bien qu'Hodgkin. Elle fait demi tour avant même que je puisse répondre et s'adresse avec autant de tendresse au client suivant. Heureusement qu'on ne vient pas pour la chaleur des serveurs dans ce bar... Je bois quelques gorgées de a bière, guettant du coin de l'œil le moment où elle va repasser. Je sais ce que j'ai à dire. Je n'oublie pas. Pas même si tu m'évites volontairement pendant plusieurs minutes, Charlie. Hop, erreur. Elle passe. Elle passe et j'attrape son bras, ou plutôt j'agrippe son poignet au vol. " D'ici-là, ma paumée de daronne aura des fils qui s'en seront sortis et qui auront de quoi lui tenir la tête en dehors de l'eau. Ca t'fait chier à ce point-là qu'une femme d'ici sortent de la merde ? Ou c'est le fait que j'reste malgré tout accroché à mes racines qui t'fout une rage folle ? Faut pas être haineux comme ça, Hodgkin. " Mon regard planté dans le sien, son regard tout aussi noir et perçant que le mien. Et ma main qui ne relâche pas la pression sur son frêle poignet. Moi, disant qu'il ne faut pas être haineux... Si c'est pas l'hôpital qui se fout de la charité là...

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Ven 23 Fév - 0:43

    T’es né ici mon bonhomme mais ça ne te donne pas tous les droits. Même si au fond de moi je sais qu’il a raison et que même si je lui en veux profondément, à lui et à son frère, sans parler de sa pauvre daronne, au fond il restera toujours un mec d’ici. Un gamin du coin qui a déserté. Peut-être qu’il reviendra, et en soi il n’est jamais vraiment parti. Et dans le cœur de beaucoup ici il est toujours là. Mais bon ça n’empêche qu’il a déserté et les déserteurs moi je les aime pas beaucoup. Et c’est possible que si un gars vient lui causer des emmerdes j’aille lui peter la gueule à coup de batte de baseball. Ca j’dis pas. Mais par contre hors de question de lui avouer à ce petit morveux.
    Je m’occupe de ses voisins, leur sers leur commande et au moment même où je passe devant Arthur pour aller débarrasser une table il m’attrape par le poignet. Cet enfoiré à attendu que je passe de l’autre côté du bar, que je ne sois plus attentive à sa petite gueule de con pour me choper le bras.

    « Eh morveux tu te calmes. T’es pas non plus le prince de la ville hein ! C’est pas avec tes ventes à la sauvette que tu vas sauver ta mère non plus. Oui je sais très bien ce que tu fabriques, donc si tu m’emmerde trop je peux toujours aller lui raconter à ton nouveau petit papa, je suis sûre qu’il sera ravi de savoir que le gamin de sa poule fourni le lycée en herbe. »

    Je me dégage sèchement et retourne derrière le bar. J’essuie deux trois verres pour passer ma haine. J’ai pas intérêt à foutre une claque au gamin du proprio, sinon c’est la fin de mon boulot assurée. Faut que je me contienne. Puis au fond il a l’air un peu perdu quand même.

    « Après Arthur, ça me déranges pas que tu vendes, on est tous passé par là, mais crois pas que c’est comme ça que ta mère elle pourra dire que ses deux fils ont réussi. Que ton frangin il fasse quelque chose de sa vie ça m’étonnerai pas, c’est un vendu. Il était fait pour aller chez les bourges, même sans beau-papa il aurait réussi à s’échapper d’ici. Il était pas heureux. Mais toi tu étais du quartier, alors fait pas le con. »

    Ça sonne comme une menace ou comme un conseil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Lun 26 Fév - 12:49

Qu'est-ce qui m'énerve le plus dans ses paroles ? Quels sont les mots qui pourraient me faire sortir de mes gonds ? Qu'elle me tienne tête ? Qu'elle tente le chantage en parlant de mes ventes et de mon beau père ? Qu'elle m'appelle morveux ? Non, rien de tout ça. C'est simplement de la légitime défense. Je suis agressif, elle est agressive, c'est normal, c'est un juste retour des choses. Mais alors, qu'est-ce qui m'énerve à ce point là ? Un mot. Juste un mot. Poule. Elle appelle ma mère la poule du bourge. La poule. Comme la volaille qui cocotte toute la journée, et qui a comme simple utilité de pondre des œufs. On ne touche pas à ma mère, putain. Je ne réponds rien, je préfère ne rien répondre à sa phrase. Je la laisse repartir. Je serre les dents à m'en défaire la mâchoire. Mon regard est toujours aussi noir, toujours aussi dirigé droit sur elle. Salope. J'le pense, mais je ne le dis pas. Parce que ce n'est pas dans mon intérêt de faire mon cirque ici. Parce que la moitié du bar me soutient, mais l'autre moitié doit certainement pensé comme elle. Je sens des regards haineux, de dégout sur moi. Je le sais. J'en suis conscient. Faut que j'me fasse discret ici et que je me contente de montrer que je n'ai pas changé. Et puis, elle finit par reprendre la parole pour enfoncer encore un peu plus profondément le couteau. Mon frère réussira, mais pas moi. Je le sais. J'en suis conscient. Mais d'où se permet-elle de le dire ? Putain, cette fille me met dans la gueule beaucoup trop de trucs que je n'ai pas envie d'entendre aujourd'hui... " Fais pas le con ? Ca veut dire quoi ça ? Qu'est-ce que t'appelle faire le con ici ? Et il se passe quoi si j'fais le con ? " Ramassis de questions bonjour... Parce que c'est ce qu'il se passe dans ma tête. Parce que ça bout. Parce que les mots sortent comme s'ils n'étaient pas passés par la case conscience. Elle me fait perdre pied. Et je ne veux pas le montrer. Alors je rétorque. Mais ça s'entend. " Pourquoi tu te permets à ce point-là d'juger nos choix ? Tu crois savoir mais tu sais pas qui on est, ce qu'on a vécu et comment on l'a vécu. T'es rien ici, pour te permettre de m'envoyer ça dans la gueule... " Mon ton n'est plus aussi rude. Mon regard est toujours aussi froid et noir, mais mon ton flanche. Je le sens et ça me rend intérieurement fou. Et j'veux pas tourner à la folie ici. Alors j'attrape ma pinte, me lève du tabouret surf lequel je trônais jusque là et sans attendre de réponse, de confirmation, ou d'acceptation, je me dirige vers la porte de la réserve que je ne connais que trop bien. Porte ouverte sèchement. Refermée sèchement sur mon passage. Poing dans le mur, pour ne pas hurler. Grande respiration. Salope. Ah. Il est sorti à haute voix celui-là.

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Mar 27 Fév - 1:13

    Il m’a énervé le gamin O’Neil. Maintenant je suis tendue. Je suis si partagée entre l’envie de le ramener de notre côté. Le garder près du southside là où il a toujours été ou le laisser croupir chez les riches. En même temps il n’y serait pas malheureux par là-bas. Peut-être qu’il aurait une chance de s’en sortir. Mais ça veut dire quoi s’en sortir ? Pactiser avec l’ennemi ? Devenir l’un des leur ? Pour l’instant il en était pas capable. Trop agressif le petit Arthur. Trop Southside encore. Trop sanguin. C’est pour ça qu’on en vient vite aux insultes et aux mots qui fâchent. On est pareil tous les deux. On démarre au quart de tour. Il en faut pas beaucoup pour que ça parte. Mais aujourd’hui c’est la première fois qu’on se confronte. Qu’on en arrive à ce niveau. D’habitude c’était des non-dits, des rancœurs qui restaient. Aujourd’hui les choses ont été dites. Parce que c’est ça le souhside. Ca peut pas rester longtemps cachés ce genre de ressentis. On est pas des faux culs ici bas.
    Mais le petit il perd pied, parce qu’il sait que je n’ai pas totalement tort et en l’entendant comme ça je sais que ça le touche, qu’il n’est pas totalement perdu. Il pose trop de questions. Trop d’interrogations dans sa phrase.
    Il se lève. Je l’ai énervé. Et il me balance comme ça que je ne suis rien. Ca me touche au fond même si je n’en laisse rien paraitre. Parce que oui même si je ne veux pas l’admettre. Ici je ne suis rien. Et je ne suis rien nulle part. J’ai pas de famille, pas d’attache. Alors au fond est-ce que j’aimerai être quelque chose ? C’est bien de n’être rien. Et j’emmerde le monde. Mais au fond je sais que j’aimerai être un peu plus considéré et que si je disparaisse quelqu’un se rende compte de mon absence et pour le moment je n’en suis pas si sûre.
    Il se lève et claque la porte de la reserve. C’est ça casses-toi pauv’ con ! Mais au moment où la porte se claque j’entends un « Salope » s’élever dans l’air. Mon sang ne fait qu’un tour j’ai envie d’envoyer le verre s’écraser contre cette porte qui claque mais je peux pas. Je peux pas faire d’esclandre dans ce bar. Pas devant les clients.
    En quelques enjambées je le rejoints. J’ouvre la porte et je me retrouve devant lui. Je l’attrape par le bras violement.
    « Répète un peu. Tu viens de me traiter de quoi là ? Si c’est pour me traiter de salope tu vas vite fait dégager de ce bar ok ? »
    j'ai pas envie de laisser passer ça. Même de ce petit con beau-fils du proprio. J'ai pas envie de m'embrouiller plus mais on me traite pas de salope dans mon bar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Mar 27 Fév - 21:40

J'étais enfin seul. Enfin tranquille. Enfin isolé, pour me calmer dans mon coin. Pour calmer mon envie d'hurler et de taper sur tout ce qui bouge. J'aurai pu me calmer et redescendre de mon énervement passager. J'aurai pu, si elle n'était pas entrée. Mais elle est entrée. Et elle est aussi énervée... Ca ne présage rien de bon pour la suite des évènements. Le calme n'est pas prêt de revenir si elle joue à ça aussi... Elle m'attrape le bras, énervée, comme je l'ai fait pour elle quelques secondes plus tôt et me demande de répéter ce que je viens de dire. Vraiment ? T'es sure de toi Hodgkin ? Parce que tu as plus à perdre que moi ici et je n'hésiterai pas une seule seconde à répéter. Mais elle en rajoute. Apparemment, si je viens ici pour l'insulter, il vaut mieux que je m'en aille. Donc, si je m'en allais, ça confirmerait d'autant plus que je viens de l'insulter... C'est tellement plus pervers que répéter simplement mes mots et la traiter une fois de plus de salope. Okay, ça m'aurait défoulé... Mais je crois que je préfère encore plus la défier du regard pour prononcer mes mots : " Ok. J'dégage alors. " Je lance mes mots comme des coupes gorges, tout droit destinés à la demoiselle tatouée qui me fait face. Je mets quelques secondes à bouger, quelques secondes à défier son regard, avant de me diriger en la bousculant au passage vers la porte de la réserve. Mais avant de sortir, j'tourne une nouvelle fois la tête vers elle, et lâche impunément, vicieusement, le verre de bière que je tenais en main, encore à moitié plein. Evidemment, il s'explose violemment au sol, avec le bruit que ça implique, les dégâts qui vont avec, et surement la rage qui doit aussi monter en elle. La laissant sur cette surprise, je sors de la réserve, referme la porte derrière moi et prends rapidement la direction de la sortie du bar, avec la ferme idée de ne plus y mettre les pieds pour ce soir. Gamin. T'es un gamin, O'Neill.

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
“ Contenu sponsorisé ”
Posté le

Revenir en haut Aller en bas
 
tire toi de mon bar et marche à l'ombre - arthur&charlie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Asgeir + Je vis ma vie librement, sans compromis, et je marche vers l'ombre sans griefs, ni regrets.
» La perte de PA, ça marche comment ?
» [Traité Frontalier] Limousin-et-Marche/ Bourbonnais-Auvergne
» Monitorin:z - Ton nabaztag te signale lorsque ton site internet ne marche plus !
» [Traité Frontalier] Limousin/Marche - Bourbonnais-Auvergne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie HJ :: Archives :: RPs-
Sauter vers: