AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ♫ I know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Ven 23 Fév - 16:57


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Elle finit par avouer ce qu'elle ressent clairement Bonnie, après avoir presque passé une décennie à taire ses sentiments pour Clyde. Sauf qu'ils ne se sont jamais atténués malgré la distance et les années écoulées. Pourtant, elle a bien essayé de passer outre la brune. Essayé de tourné la page pour en écrire une nouvelle. Mais impossible. Elle s'en rend bien compte maintenant, surtout alors que Matthew vient de lui demander sa main. Pas prête pour l'engagement, c'est surtout que son cœur appartient à un autre. Et cet autre c'est Clyde, depuis toujours. Face au mur, Bonnie n'a plus le choix pour lui ouvrir les yeux, lui faire comprendre qu'il n'y a que lui, qu'il n'y a toujours eu que lui et qu'il n'y aura personne d'autre que lui. Malgré leurs prises de tête incessantes. Et le fait d'avoir été en couple durant quatre ans n'y a rien changé contrairement à ce qu'elle avait espéré. Alors, la belle se jette à l'eau, énonce cette vérité que Clyde attendait depuis maintenant huit ans. Et quand les mots passent la barrière de ses lèvres, le cœur de Bonnie s'accélère dangereusement alors qu'une boule se forme dans son estomac. Sous l'émotion qui la submerge, elle a l'impression que son corps en répond plus, qu'un tremblement incontrôlable la prend, et pourtant, dans les faits, il est imperceptible alors que Clyde la tient toujours dans ses bras. Front contre son épaule, Bonnie n'ose pas ouvrir les yeux, de plus en plus angoissée à l'idée que ce ne soit pas réciproque tandis que le silence se réinstalle entre eux. Et elle prie silencieusement la chanteuse, pour que le guitariste dise ou fasse enfin quelqu'une chose. Elle 'la bien senti se figer contre elle... Bon ou mauvais signe ? Elle ne saurait dire...

Quand enfin, Clyde reprend la parole. Un frisson parcourt l'échine de Bonnie alors qu'il lui souffle à l'oreille avoir des sentiments réciproques. Le cœur de la belle tambourine tellement fort qu'elle sent son sang pulser au niveau des tympans. Enfin, elle souffle de soulagement, remarquant alors avoir retenu sa respiration jusque maintenant. Elle ne sait pas quoi faire là tout de suite. N'ose pas bouger de peur que tout ceci ne soit le fruit de son imagination. Et finalement, c'est Clyde qui esquisse un mouvement en premier, se décollant légèrement de Bonnie qui est alors obligée de redresser la tête. Le brun plonge ses prunelles dans celles de la belle encore humide. Et sans attendre, Clyde vient délicatement poser ses lèvres sur celles de Bonnie qui ne répond pas tout de suite à son baiser. Il lui faut une fraction de seconde pour qu'enfin toutes les connections se fassent. Front contre front, le guitariste énonce les trois mots qui lui ont tellement fait peur huit ans plus tôt. Et ce serait mentir que de dire que ce n'est pas le cas encore maintenant. Angoisse insensée, Bonnie le sait bien. Mais contrairement à l'époque, cette fois elle ne prend pas la fuite la brun. Au contraire. C'est un sourire qui vient étirer ses lèvres alors qu'elle décolle on visage de celui de Clyde. Pourtant, on sent bien que les mots ne la rendent pas aussi joyeuse qu'elle devrait l'être. « J'suis complètement flippée » qu'elle finit par avouer à voix haute, alors qu'elle lèvent ses mains devant elle, paumes vers le bas. « Regarde, j'en tremble ! » qu'elle ajoute avec un léger rire moqueur de cette réaction disproportionnée mais qu'elle ne contrôle pas. Oui elle a peur Bonnie. Peur parce qu'elle vient de réellement ouvrir son cœur pour la première fois de sa vie. Carapace forgée avec le temps qui vient de se fissurer de partout. Failles dans lesquelles il est désormais facile à Clyde de s'engouffrer et lui faire du mal si l'envie lui prenait. Clyde...Elle l'aime à en crever.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Ven 23 Fév - 18:53


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Si on venait à demander à Clyde dans quel état d’esprit il se ressent, en ce moment précis, il ne saurait pas quoi répondre. Il est content, que Bonnie lui ait enfin dit ce qu’elle ressent pour lui. Il est soulagé d’avoir pu lui redire qu’il l’aimait. Il a eut moins d’appréhension que la 1ère fois, bien entendu : il ne s’est pas lancé dans le vide, cette fois. Néanmoins, ça reste un grand saut dans le vide. Et il garde en tête ce qu’il est advenu, la seule autre fois où il a osé dire ces mots à quelqu’un. La même personne à qui il fait face, en ce moment même. Il va falloir qu’il travaille sur lui, pour faire disparaître sa crainte débile que ça ne gâche tout, à l’instar de la dernière fois. Car les choses ne sont pas les mêmes qu’il y a 8 ans. Ils ont mûri, même s’ils sont toujours aussi chiants qu’autrefois, et ils ont toujours les mêmes peurs qu’alors. Comme le confesse la chanteuse. Et Clyde n’est pas étonné de ce qu’elle dit. Car cette peur, il l’a aussi. C’est con, c’est totalement irrationnel, mais c’est là, et c’est chiant. Huit ans de doute, ça laisse des séquelles, ça ne part pas en 2 secondes, encore moins quand on ajoute à ça la peur stupide d’être abandonné, à l’instar de ce qu’a fait sa mère, quand il était encore gosse.

Il adresse un sourire réconfortant à Bonnie, qui lui montre qu’elle tremble. Entre ses deux mains, il attrape celles de la bassiste. Les serrant l’une contre l’autre, il y dépose un léger baiser, avant de tenter de détendre un peu l’atmosphère et les craintes de la Turner : « C’est pas Jordan, qui nous disait toujours : « Si t’as peur, c’est qu’ça en vaut la peine ! » ? ». Jordan, c’était un type de leur groupe, à l’époque, mais qui n’était pas resté bien longtemps, il avait quitté la ville par la suite. Il avait tout plein de petites phrases, qu’il sortait régulièrement, en toutes circonstances. Dont sur la peur, qu’il utilisait pour réconforter ses comparses, avant des concerts pour lesquels le stress se faisait plus intense. Il voulait leur faire comprendre que cette peur pouvait être bénéfique, les empêcher de faire des erreurs. Car ils étaient tous un peu têtes brûlées, à l’époque, et il leur arrivait souvent d’agir de manière impulsive, il était encore heureux que, parfois, une peur les retienne. Et Clyde, il veut voir les choses sous cet angle : la peur qu'ils ressentent, c'est une bonne chose, c'est pas une peur comme la peur du noir qu'a un gamin, un truc vraiment flippant. C'est juste la peur parce qu'ils franchissent une grande étape. On n'a pas peur, quand on fait un truc qui n'a pas de sens, après tout, non ? Clyde a fait plein de trucs débiles, et n'a jamais flippé. Y'a bien que quand il a fait des trucs importants pour lui, qu'il a ressenti de la peur. Il espère que là, ça soit la même chose, bien entendu.

L’Irlandais pousse un soupir, ne sachant que dire. Il n’est pas forcément plus rassuré que Bonnie, pour le coup, mais doute que lui dire qu’il flippe lui aussi, soit la chose la plus avisée à faire, en ce moment précis. Il garde une main de la brune dans l’une des siennes, tandis que l’autre va sur la joue de la jeune femme, qu’il caresse du bout des doigts. « T’pourras toujours utilisé ta force de moineau sur moi, si tu trouves que j’fais trop l’con ! », dit-il, taquin, voulant juste vraiment détendre l'atmosphère qui commence à se faire pesante. Et pourtant, son regard est plus sérieux que ses propos, comme s’il voulait faire comprendre à la brune, sans le dire pour autant, qu’il n’a pas l’intention de la faire souffrir. Et encore moins de prendre le risque de la perdre une nouvelle fois. Après, il sait que Bonnie&Clyde restera toujours Bonnie&Clyde, et qu’ils auront de multiples coups de gueule, plus ou moins fondés. Mais il veut vraiment que ça marche. Il veut Bonnie plus qu’il peut vouloir n’importe quoi d’autre. Plus même qu’il ne veut réussir dans la musique. C’est pour dire. Et ouais, ça, ça contribue à lui faire peur. Car il sait franchement que là, s’ils se plantent, plus encore après s’être avoué être amoureux l’un de l’autre, il sera plus que détruit. « Et puis... Bonnie&Clyde sont plus forts qu'la peur ! », dit-il, toujours son petit sourire aux lèvres, en faisant allusion à leurs célèbres homonymes. Ce qui lui permet aussi, au passage, d'évoquer l'idée, sans avoir à la prononcer pour autant car un peu trop mièvre à ses yeux, que, mine de rien, ils sont bien plus forts ensemble que séparément. Comme le duo de bandits.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Sam 24 Fév - 10:52


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Une peur irrationnelle qui fait trembler tout son cœur et transforme ses jambes en coton. Maintenant qu'elle vient de se déclarer, Bonnie redoute l'avenir entre eux. Pourtant, elle sait qu'elle a fait le bon choix. Choix qu'elle aurait déjà dû faire huit ans plus tôt. Choix qu'elle a regretté de ne pas avoir fait toue sa vie. Sentant que si elle ne se décidait pas maintenant, elle perdrait Clyde pour toujours.. Mais putain, maintenant elle se sent complètement vulnérable Bonnie. Son premier réflexe serait de partir, comme elle a pu le faire à l'époque. Et elle se raisonne, pour ne pas céder à la fuite. Amoureuse de Clyde comme elle ne l'avait encore jamais été de personne, et ça dure depuis bien longtemps maintenant. Et pourtant, elle a peur Bonnie. Peur qu'il n'utilise son amour pour lui afin de la réduire en miette. Et ce serait tellement facile maintenant qu'elle a fait tomber ses barrières... Montrant ses doigts tremblant au guitariste, Bonnie tente de se détendre en émettant un rire qui sonne pourtant faux. Clyde attrape finalement ses mains froides dans les siennes, les pressant doucement en citant leur ancien guitariste de l'époque. Et la brune se contente de hocher positivement la tête de haut en bas en guise de réponse. Peut-être que Jordan a raison. Bonnie a toujours éprouvé une certaine forme d'angoisse à chaque fois qu'elle devait monter sur scène. Et plus cette angoisse était forte, plus elle avait pris son pied sur scène et leur groupe faisait un carton. Bonnie se transcendait. Transformait sa peur en force et repoussait ses limites. Sûrement doit-elle faire la même chose concernant leur relation. Repousser ses limites, faire en sorte que leur duo fonctionne vraiment. En tout cas, Bonnie comme Clyde ne peuvent repousser l'alchimie qui existe entre eux.

Clyde tente une pointe d'humour pour détendre l'atmosphère, pour rassurer Bonnie et la déstresser également, mettant en lumière sa force de fillette.  Ses yeux dans les siens, son sourire n'atteint pourtant pas son regard qui reste incroyablement sérieux et transperçant, manquant de couper le souffle à la jeune femme. Sentant les doigts du guitariste caresser le revers de sa main, un frisson parcourt le corps de Bonnie. Il n'y a bien que Clyde pour lui provoquer ce genre de choses avec ce simple geste anodin. Affichant une mine faussement offensée, Bonnie donne un coup de poings dans l'épaule du guitariste avant de se blottir contre lui, tête posée contre sa poitrine, bras enfin enlacés autour de son buste. « Je t'aime Clyde... » qu'elle finit par avouer sans détour dans un murmure, alors que ses doigts s’agrippent un peu plus à son t-shirt. Le cœur qui tambourine dans sa poitrine d'avoir dit ces mots à voix haute pour la première fois de sa vie. « J'ai toujours été amoureuse de toi. Depuis le premier jour... » qu'elle finit par révéler d'une voix un peu plus basse, sur le ton de la confession. Et elle se sent comme libérer d'un poids Bonnie, alors qu'elle confesse enfin ça à voix haute. Vérité qu'elle avait gardé enfouie toutes ces années et qui a fini par remonter à la surface... La brune relève les yeux vers Clyde, pour qu'il puisse y lire tout ce qu'elle ressent présentement pour lui. Pour lui faire comprendre qu'elle ne joue pas ni ne ment, qu'elle est sérieuse, comme jamais elle ne l'avait été auparavant. Et, sans attendre une quelconque réaction du guitariste, sans lui laisser le temps de rétorquer quoi ce soit, la belle passe une main dans sa nuque pour l'attirer à elle et venir plaquer ses lèvres sur les siennes. Loin d'être urgent, le baiser se veut doux, tendre et surtout amoureux, alors que le corps de la jeune femme se colle un peu plus contre celui de Clyde. Beaucoup trop de temps perdu, d'années écoulées, que Bonnie compte bien rattraper désormais... Coupant court au baiser afin de retrouver son souffle, c'est un sourire un peu idiot qui vient étirer ses lèvres. « J'te laisserai plus filer.... » qu'elle murmure au guitariste, alors qu'elle plonge à nouveau ses prunelles dans les siennes avant de déposer une nouvelle fois un baiser léger sur ses lèvres. « Mais j'te préviens, j'te partagerai avec p-e-r-s-o-n-n-e. » qu'elle ajoute sur un ton plus léger alors qu'elle plisse les yeux d'un air faussement menaçant, accentuant malgré tout le dernier mot pour bien faire comprendre à Clyde qu'elle ne plaisante pas vraiment, souhaitant réellement l'exclusivité.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Sam 24 Fév - 14:13


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

C’est parce que l’instant est trop sérieux, et que Clyde n’aime pas forcément les moments aussi sérieux que celui-ci, qu’il tente un peu d’humour. Enfin, son humour n’en est qu’à moitié, car il se connaît, et il sait qu’il fera forcément le con, tôt ou tard. Pas volontairement. Il est juste réellement pas doué pour les relations, d’autant moins qu’il n’est pas habitué à en avoir de « sérieuse ». Déjà, il y a le coup de son mariage express et de son gamin, qu’il garde pour lui. Mais ça, c’est car là, il n’y pense pas, tant ça n’a aucune importance dans sa vie : le môme, il ne le voit pas, ignore même où la mère et le mioche vivent exactement. Et même sans ça, il faut garder en tête que Clyde peut se montrer juste débile, parfois, et agir comme un idiot. Notamment parce qu’il est relativement égoïste, la plupart du temps. Et ça, c’est sans parler de ses manies, acquises du type qui ne s’est jamais casé réellement. Bref, il sait que ça va être déjà la galère. Et pire que tout, vu qu’avec Bonnie, ils sont vraisemblablement programmés pour se prendre la tête. « Aïe ! Ca commence ! », se plaint-il, prétendument, après que la brune se soit amusée à le taper dans l’épaule, pour finalement se blottir dans ses bras. Et faire planter Clyde. Encore pire qu’elle n’a pu le faire tout à l’heure. Les bras du guitariste se resserrent autour de la brune, sachant bien que ça ne doit pas être simple pour elle, de dire ça. C’est con, mais jamais Clyde n’a entendu de mots qui sonnaient aussi bien à ses oreilles que ceux-là. Et la suite n’est pas pour lui déplaire, même si c’est loin d’atténuer les battements de son cœur, alors même qu’il tente de les réduire, en poussant un soupir. Heureusement qu’il n’a pas de problème cardiaque, ça aurait peu être moins drôle, là. Son cœur fait tellement le mariole que l’Irlandais en vient presque à craindre que la brune ne puisse le « sentir » battre, alors qu’elle est dans ses bras, ou encore lorsqu’elle l’embrasse. Son organe palpite tellement fort qu’il a presque l’impression qu’il résonne jusqu’à dans les moindres de ses veines. Ou que ça fait circuler son sang bien trop rapidement. Quoi qu’il en soit, clairement, il en vient à redouter que Bonnie ne puisse le sentir.  

A l’instar de celui qui illumine le visage de la brune, Clyde arbore un sourire tout autant idiot par la suite. Le contraste est impressionnant : il y a plusieurs jours de cela, ils se prenaient la tête sans raison, et là, ils semblent ravis. Et cet air débile n’est pas prêt à partir du visage du guitariste, quand la brune plonge son regard dans le sien. Encore un truc tout con, mais un échange visuel de ce genre, Clyde, ça fait des années qu’il l’attend, au même titre que les paroles qu’elle vient de proférer. « Ouh, t’ferais presque peur ! », s’amuse-t-il, un petit sourire au coin des lèvres, suite à la « menace » de la brune. Si à une époque, Clyde s’amusait de la jalousie de la brune, au point de tout mettre en œuvre pour la faire naître, là, ça lui est passé. Sur ce point-là, il a mûri. Sa main droite flanqué dans le bas du dos de la brune, y siégeant depuis après le 1er baiser qu’elle lui a donné, son autre main remonte le long de son dos, pour se loger sur sa joue. De là, il dégage les cheveux de la brune, qui dissimulait jusqu’alors une partie de son visage, ainsi que son cou. Déposant un baiser sur le cou de la chanteuse, il fait remarquer que : « D’toute façon, personne t’arrive à la cheville, ça limite toute concurrence ! », entrecoupant ses mots pour parsemer la peau de la brune de petits baisers, arrivant ainsi à la naissance de la mâchoire de celle-ci. Et ça sonne moins niais qu’il le craignait, par chance. Disons que là, c’est pas que des paroles : il a eu 8 ans pour se rendre compte à quel point c’était vrai. Peut-être qu’il n’a pas vraiment cherché à trouver mieux que la Turner, ça joue, sans doute, mais il est persuadé que même en cherchant, ça n’aurait servi à rien. Bonnie est chiante, Clyde est plus que pénible, il est indéniable qu’ils sont à même de se comprendre. Et les quelques jours qu’ils ont pu partagés n’ont fait que confirmer cette impression à Clyde. Que sur bien des points, ils se complètent. Que ce qu’ils peuvent partager l’un avec l’autre n’a rien à voir avec ce que Clyde a pu connaître, avec les filles de passage, qui ont comblés son ennui, ces dernières années.

Le guitariste ouvre la bouche, pour reprendre la parole, les lèvres toujours contre la mâchoire de Bonnie, mais il n’a pas le temps de dire quoi que ce soit. Pour la simple et bonne raison qu’on vient toquer à la porte. « Je hais les gens. », souffle Clyde. Il pourrait bien ignorer l’importun. Mais la musique provenant de l’appart’ trahit la présence de quelqu’un ici-même. Sans compter les éclats de voix, de la dispute précédente, qui ne laisse planer aucun doute sur le fait qu’il y ait bien quelqu’un. A contre-cœur, il se détache de l’étreinte de la chanteuse, non sans lui voler un nouveau baiser. Ce qui prend quelques infimes secondes, poussant le visiteur à toquer une fois de plus. « J’arrive ! », grogne l’Irlandais, se rendant vers la porte, qu’il finit par ouvrir, ne dissimulant pas son agacement. Ses sourcils se froncent, en voyant une blonde sur le seuil de la porte d’entrée. Il ne la reconnaît qu’à moitié. Il sait qu’il l’a déjà vu. Qu’il a couché avec elle. Mais de là à dire quand, par contre, c’est une autre paire de manche. Pourtant, ça ne remonte pas à aussi longtemps que cela. Et pour cause : il s’agit de la blonde qu’avait vu Bonnie, quand elle a été missionné par Al’ pour veiller sur son meilleur pote. « Bah alors, t’as oublié qu’on devait s’voir ? », demande-t-elle, aiguicheuse. « Euh… ouais, faut croire… », lance Clyde, sincère, tâchant de fouiller dans ses souvenirs pour voir de quoi cette nana peut bien parler. « On devait aller voir le concert ensemble ! », lui rappelle la blonde. De quoi faire naître un beau malentendu entre Clyde et Bonnie. Car Clyde a totalement oublié ce rendez-vous, pris quelques heures avant la soirée qui a vu le retour des amants terribles. Et oui, il y a peu, le brun tentait encore de voir comment combler son ennui et le manque de Bonnie qu’il pouvait ressentir. Rendez-vous qui lui est totalement sorti de l’esprit, au vu des jours passés avec la brune, et de la bulle dans laquelle il a été, ces derniers temps.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Sam 24 Fév - 22:39


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Bonnie se colle un peu plus contre Clyde, resserre sa prise comme pour s'assurer qu'il ne va pas la laisser, qu'il ne va pas partir. Ses paroles sont sérieuses, sa voix un peu grave, alors qu'elle énonce ses sentiments pour lui et qu'elle demande l'exclusivité. Impossible pour Bonnie de faire comme à l'époque, à savoir ne rien dire quand Clyde flirtait à gauche et à droite. Voire plus. Cette fois, la brune ne compte pas refaire les mêmes erreurs passés. Mais la guitariste garde un ton détaché agrémenté d'un petit sourire. Puis, l'une de ses mains vient dégager le visage de Bonnie de quelques mèches rebelles avant que ses lèvres ne viennent parsemer son cou de baisers. Flattée de savoir qu'aucune autre femme n'a pu satisfaire Clyde, les craintes de Bonnie ne s'envolent pas pour autant. « J'suis sérieuse Clyde » qu'elle commence, articulant difficilement sous les assauts du guitariste qui lui arrachent des frissons à chaque baiser. « J'supporterai pas de te savoir avec quelqu'un d'autre. » qu'elle ajoute avec autant de difficultés. Et Bonnie s'apprête à reculer, pour plonger son regard dans celui du musicien. Mais son geste est coupé par quelques coups portés à l'entrée, mettant ainsi également un terme aux baisers que Clyde s'amusait à semer sur sa peau.

Non sans protester, le guitariste finit par complètement se détacher de la brune pour voir qui a décidé de les emmerder dans un moment aussi important. Bonnie, quant à elle, ne bouge pas mais ne peut cependant pas s'empêcher de soupirer. Curieuse, elle pivote en direction de l'entrée de l'appartement, mais reste en retrait malgré tout. Et quand une voix féminine s'élève, la belle ne peut s'empêcher de froncer les sourcils... Et elle attend Bonnie. Elle attend de voir la suite des événements. Et quand enfin ses yeux se posent sur la blonde qu'elle reconnaît immédiatement et qui ne se gêne pas pour entrer sans y avoir été invitée, son corps se fige et ses poings se serrent presque instantanément. Quant elle pose les yeux sur Bonnie, la demoiselle a également un temps d'arrêt, avant de se ressaisir. « Tiens, j'me souviens de toi ! Comme on s'retrouve. » qu'elle lui lance avec un large sourire triomphant. Et une bouffée de jalousie grimpe subitement chez Bonnie dont le regard va de la blonde à Clyde, et inversement. Et finalement, la blonde se désintéresse bien vite de la brune pour porter toute son attention sur le guitariste, caressant ainsi son bras dans une attitude aguicheuse. « Tu m'as promis qu'on irait ensemble... » qu'elle lui lance d'une petite voix en battant des cils. A la voir, il est clair qu'elle a totalement craqué pour Clyde. Et la présence de Bonnie ne semble pas la gêner le moins du monde. Pire, c'est comme si la brune n'existait pas. « J'vous dérange peut être ? » que la chanteuse finit par rétorquer en se raclant la gorge et croisant les bras, le tout avec un regard dur. Et la blonde, absolument sûre d'elle, pivote vers Bonnie. « Oui, et pas qu'un peu » qu'elle lui lance du tac au tac le plus sérieux du monde, laissant Bonnie quelques instants muette car sous le choc d'autant d'audace. « Tu m'expliques ? » qu'elle lance à Clyde, les bras toujours croisés. Mais la blonde n'en a pas fini et ne laisse pas le temps au guitariste de rétorquer quoique ce soit. « Y'a rien à expliquer. On a rendez-vous et tu nous fais perdre notre temps. » qu'elle répond sans attendre à la place de Clyde.

Bonnie les regarde à nouveau tour à tour comme si elle n'en croyait pas ses yeux, ou ses oreilles. Un mal de crâne pointe le bout de son nez, aidé par la dose de vodka qu'elle a bu de longues minutes plus tôt. Se pinçant l'arrêter du nez en fermant les yeux, la brune tente d'y voir plus clair, comprendre ce qu'il se passe et surtout, ne pas exploser... Mais avec la blonde qui se croit tout permis, c'est plus compliqué que prévu... Encore plus lorsque Bonnie rouvre les yeux et la voit minauder autour de Clyde. Son Clyde. Qui en plus ne semble rien faire pour l'en empêcher ou la dissuader. C'en est trop pour Bonnie qui serre tellement fort les poings que ses phalanges blanchissent. Et sans attendre, aidée par la vodka ingurgitée, elle se dirige d'un pas décidé vers la blonde qu'elle pousse un peu trop violemment, se mettant ainsi entre elle et Clyde. « T'approches pas d'mon mec. » qu'elle lui lance d'une voix menaçante, le regard qui lance des éclairs. Et si la blonde arque un sourcil de surprise, c'est un rire qui s'échappe finalement d'entre ses lèvres. « Ton mec? T'es pas sérieuse j'espère?! Tu ferais bien d'mieux le surveiller alors! » qu'elle rétorque d'un air satisfait et provoquant.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Dim 25 Fév - 0:00


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Si en général, Clyde n’est pas du genre à songer à mettre des baffes à des nanas, par principe, là, il doit avouer qu’il renierait bien ses principes, car cette blonde lui tape sur les nerfs. Déjà, elle arrive pile quand il ne faut pas, alors qu’il s’apprêtait à certifier à Bonnie qu’elle n’avait pas à s’en faire, qu’il ne comptait pas aller voir ailleurs. Pas cette fois. Il a merdé une fois, il a bien appris de cette erreur, il n’a pas l’intention de la renouveler. Mais non, il a fallu que l’autre pintade débarque, et remette cette conversation à plus tard. Amenant quelques tensions au sein du jeune couple, qui n’a pas forcément besoin d’interventions extérieures pour que des embrouilles débarquent ! Pour le coup, Clyde reste con, sentant venir les emmerdes, par la simple présence de la blonde ici, et par ses paroles. Bien décidée à s’imposer, la jeune femme force le passage, pour s’inviter chez l’Irlandais, sans la moindre once de gêne. La main toujours sur la poignée de porte, le brun pousse un soupir, en entendant la blonde s’adresser à la brune. Levant les yeux au ciel, il se demande comment se tirer de là, sans que Bonnie ne tire de conclusions hâtives. Ca serait facile, de croire le pire. Notamment avec le passif que se traîne le guitariste, et encore plus quand la confiance de la jeune femme en celui-ci n’est pas forcément très haute, toujours à cause de leur histoire passée, où c’était habituel, qu’ils aillent voir ailleurs. Lentement, il se tourne, pour faire face aux deux nanas qui s’affrontent brièvement du regard, avant que la plaie blonde ne se focalise sur lui. Il secoue son bras, tandis que la greluche tente de l’allumer en le caressant et en battant des cils (elle veut l’envoûter à agir de la sorte ?). Ce faisant, il lâche enfin la poignée de la porte, mais laisse celle-ci ouverte, en un geste qui est assez équivoque, quant à lui, sur le fait qu’il n’a pas vraiment l’intention de laisser la blonde rester ici, ni même de l’accompagner dehors. Le brun ouvre la bouche pour répondre, et dissiper ce malentendu, provenant d’un simple oubli de sa part à décommander ce rendez-vous, mais la chanteuse est plus rapide que lui. Et la situation empire. Et Clyde réfléchit de plus en plus rapidement, afin de trouver une solution miracle, visant à désamorcer la nouvelle crise qu’il sent débarquer. Mais ni la brune, ni la blonde, ne lui laisse le temps d’en placer une. La 1ère est clairement jalouse, et la 2nde est juste… conne (de l’avis du musicien). Mais ça ne l’étonne pas plus que ça, Clyde, ses conquêtes d’un soir, il les prenait dans un bar, au bout d’une conversation des plus sommaires, se fiant plus à leurs charmes qu’à ce qui pouvait ou non loger dans leur crâne. C’est pas ce dont il est le plus fier, mais il ne voulait pas non plus discuter avec elles, alors bon…

Il déglutit, avant de finalement souffler un : « Ecoute, j’crois que… », à l’intention de la visiteuse, qui tente un peu trop d’attirer son attention. Mais il n’a pas le temps de finir, car Bonnie s’interpose entre les deux, en mode furie. « On s’calme ! », lance Clyde, sur la fin de la dernière provocation de la reine des cruches. Il attrape une main de Bonnie pour la serrer dans la sienne, regardant la blonde par-dessus l’épaule de la chanteuse : « Désolé, j’ai zappé de t’décommander. » Il n’est pas tellement désolé que ça, dans le fond, c’est juste par politesse qu’il dit. Bon, il aurait aimé ne pas oublier, ça aurait évité une telle situation ! Il ne se soucie guère d'un éventuel geste de recul ou de colère de la bassiste à son encontre, il tient à montrer à la blonde qu'il a choisi la brune, et à souligner à la brune qu'il ne déconnait pas, tout à l'heure : elle est la seule dont il veuille. « Mais quelques heures après que j’t’ai proposé cette soirée, il s’trouve en effet que j’ai cessé d’être célibataire. ». Tout en parlant, il caresse la main de Bonnie, du bout des doigts, tentant de la ramener au calme, pour finalement entremêler ses doigts aux siens, et se tenir à côté d’elle. Pas par hasard, cela, mais clairement pour s’interposer, sur l’autre greluche s’énerve trop et tente de s’en prendre à la Turner. D’ailleurs, la blondasse parait ne pas croire un traître mot de ce que l’Irlandais lui raconte : « Toi ? En couple ? » Elle est sceptique, ça s’entend dans sa voix, mais Clyde ne lui laisse pas l’occasion de poursuivre ses propos : « Et l’reste de la semaine, j’ai été… pas mal distrait… » Un p’tit sourire apparaît sur ses lèvres alors que ses pensées s’égarent sur ces quelques jours en question. Un sympa p’tit moment, et Clyde n’a pas l’intention qu’on vienne foutre le bordel dans ce qui se profile, entre la brune et lui. « Donc, ouais, Bonnie est ma p’tite-amie, alors oublie-moi pour toutes sorties futures, ça serait sympa ! », dit-il, en lui indiquant la porte d’un geste, accompagné d’un regard assez peu amène. La blonde croise ses bras sur son ventre, observant le couple à tour de rôle, avant de faire part de son ressenti sur la chose : « Ca durera pas ! J’connais les mecs dans ton genre : incapables de s’caser. Tu reviendras vers moi. Vous l’faites tous ! » Et un grand sourire apparaît sur ses lèvres très certainement loin d’être naturelles. Sourire que là, franchement, Clyde lui ferait bien bouffer. Mais il n’en fait rien, se contentant de continuer à lui désigner la direction de la porte d’entrée. Elle est grande ouverte, elle va quand même pas la louper, si ? Elle est blonde à ce point ?

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Dim 25 Fév - 10:19


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Quand ce n'est pas de leur faute, c'est une perturbation extérieure qui vient déranger leur quiétude. A croire que le destin ou le karma aime se jouer d'eux, qu'ils sont son couple préféré, cette fois ne fait malheureusement pas exception encore une fois. Quiétude retrouvée, ce n'est pourtant que de courte durée quand quelqu'un frappe à la porte et qu'il s'avère que c'est la conquête de Clyde rencontrée une semaine plus tôt alors que Alfred a appelé sa petite sœur à la rescousse face à l'état lamentable de son colocataire. Omettant bien évidemment de lui préciser qu'il n'était pas seul à ce moment là. Le savait-il seulement d'ailleurs ? Bonnie ne lui a jamais posé la question. En tout cas, ce jour-là, elle n'a pas perdu de temps pour foutre la blonde à la porte. Mais la voir débarquer ici, ce soir, lui hérisse littéralement le poil. Comment ose-t-elle alors que Bonnie a été claire la seule et unique fois qu'elle l'a vu ? Déjà à ce moment là, la chanteuse a dit être la copine du guitariste. Peut-être pas le mot adéquat pour qu'elle comprenne, mais l'attitude de la brune était suffisamment éloquente pour comprendre en un coup d’œil où elle voulait en venir. Faut croire que ça n'a pas suffi à l'autre idiote qui doit avoir l'habitude d'être la femme de l'ombre des types sur lesquels elle tombe.

Bonnie tente de garder son calme, chose relativement difficile alors que l'autre demoiselle s’amuse ouvertement à la provoquer, minaudant devant Clyde qui ne réagit pas car tout aussi surpris que la brune. Mais ce n'est pas à Clyde qu'elle en veut là Bonnie. Non. C'est contre la blonde qu'elle a présentement des envies de meurtre. Alors, très vite, elle s'interpose. Présente les faits : Clyde est son mec, alors elle ferait mieux de déguerpir. Mais bien évidemment, les choses ne sont pas si simple sinon, ce ne serait pas drôle pour le duo terrible ! A la place, l blonde se met à rire, affirmant que Bonnie ferait mieux de tenir en laisse Clyde. Sous-entendant allègrement que ce dernier ne lui est pas fidèle. Et là, la chanteuse ne sait pas quoi dire. C'est surtout qu'elle fulmine tellement qu'elle est à deux doigts de lui en coller une. Mais heureusement, le guitariste finit par se réveiller et s'interposer, attrapant la main de Bonnie dans la sienne, évitant ainsi le pire de se produire. Et la tête de la blondasse face à ses mots vaut tout l'or du monde. La brune esquisse un sourire victorieux en coin, alors qu'elle resserre ses doigts autour de ceux de Clyde lorsqu'il affirme ouvertement qu'elle est sa petite-amie. Il n'y a plus rien à ajouter. De ce fait, et sans un mot, Bonnie désigne la porte de sa main droite laissée libre, en une sorte de révérence pour inciter la blonde à déguerpir d'ici car elle n'est pas la bienvenue. Et alors qu'elle s'apprête à passer le pas de la porte, la demoiselle décolorée marque un temps d'arrêt, comme si elle venait de se rendre compte de quelque chose. « Bonnie ? Bonnie et Clyde ? Sérieusement ? » qu'elle demande en pivotant vers eux, fausse interrogation alors qu'un rire moqueur la prend et qu'elle se tient les côtes comme si c'était la blague la plus drôle qu'elle n'avait jamais entendu. « Vous faites pitié putain. » qu'elle ajoute d'une voix plus sérieuse, son rire envolé. « Déjà la dernière fois j'te trouvais pitoyable, mais c'est encore pire que c'que j'pensais. » qu'elle lance en posant son regard sur Bonnie, signe qu'elle s'adresse à elle. « Tu sais très bien qu'il ira voir ailleurs. La dernière fois n'était pas une exception. » qu'elle termine sur le même ton grave, alors qu'elle se tourne vers Clyde. « Quand tu t’ennuieras ou que tu te seras lassé, appelle moi » qu'elle lance, avec un clin d’œil et un sourire aguicheur. C'en est trop pour la brune qui explose enfin. Lâchant dans un geste vif la main du guitariste, elle se met à pousser sans ménagement l'autre demoiselle vers la sortie, lui assénant un « Dégage ! » avant de lui fermer la porte au nez.

Silence revenue, Bonnie retient sa respiration en fermant les yeux, les deux mains appuyés sur la porte. Ce n'est que lorsqu'elle entend les talons de la blonde claquant sur le sol, indiquant qu'elle s'éloigne, que la chanteuse soupire enfin et se détend. Trop d'émotions en si peu de temps. Mais voilà, l'autre femme a réussi à faire s’immiscer un doute dans l'esprit de Bonnie « Est-c'que... » qu'elle commence, alors qu'elle se tourne vers Clyde. « Est-c'que tu l'as revue ? » qu'elle demande, l'inquiétude perçant dans sa voix. Et il y a de quoi, quand on connaît leur passif à tous les deux. Bonnie redoute que Clyde ne soit allé voir ailleurs quand ils n'étaient pas ensembles, après la fameuse soirée où elle a veillé sur lui et dormi dans ses bras. Ou pire encore, cette semaine, quand elle devait aller bosser. Que ce soit avec la blonde qui vient de partir ou avec une autre... Plantant son regard dans celui du guitariste, on peut lire dans ses yeux qu'elle a peur. Mais surtout, on peut y lire qu'elle souhaite connaître la vérité, même si c'est prendre le risque de se retrouver avec un poignard en plein cœur...

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Dim 25 Fév - 10:59


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

C’est qu’elle est longue à comprendre, la blonde, qu’elle est indésirable, dans cet appartement. Et quand elle fini par se diriger enfin vers la sortie, elle ne peut se priver de faire de nouvelles remarques, raillant le hasard des prénoms du couple.  L’Irlandais claque sa langue contre son palais, indiquant qu’il ne goûte que très peu à cette plaisanterie, bien au contraire même. Ouais, à l’époque, il en avait marre, qu’on leur sorte de telles répliques, jusqu’à venir à y prendre goût, très certainement quand ses sentiments pour la brune ont fait leur apparition. Ou qu’ils ont cessés de se dissimuler trop profondément sous des chappes de refus à admettre cette vérité, mais avant qu’il ne parvienne à les assumer véritablement et intégralement. « Compte pas dessus ! », grogne-t-il, quand la greluche lui indique qu’il peut l’appeler, dès qu’il en aura marre de la chanteuse. Bien entendu, cette invitation n’a pas plu à Bonnie, qui libère sa main de l’emprise de celle de Clyde, pour pousser l’autre nana dehors.

Porte désormais fermée, Clyde fait un pas en direction de la brune, qui lui tourne le dos, mains appuyées contre la porte. Mais le brun se fige, n’osant s’approcher plus de la jeune femme, ne sachant à quel état se situe l’énervement qu’elle peut bien éprouver, à son sujet. Car après ce qu’il lui a dit, un peu plus tôt, voilà que l’autre pintade a sans doute réussi à la faire douter. Et ça serait légitime, l’un comme l’autre s’amusait à aller vers d’autres, avant. La main qu’il avait levé, quand il songeait à la poser sur l’épaule de la chanteuse, s’abaisse, lorsque la brune se tourne vers lui. Le regard qu’elle a lui brise le cœur. Et pourtant, il sait que c’est compréhensible. Tout comme il sait qu’il mérite l’interrogation dont elle lui fait finalement part. « Pas d’puis qu’on s’est remis ensemble. », souffle-t-il. Ouais, il l’a revu, depuis l’autre soirée. Notamment parce qu’il voulait savoir si elle pouvait l’éclairer, sur la soirée en question. Elle n’avait pas pu lui apprendre grand-chose, hormis qu’elle avait vu sa « nana » débarquer. Et Clyde n’avait pas chercher à comprendre plus loin, se doutant que la brune n’avait sortie ça que pour la faire dégager. Même si depuis quelques temps, il se demande s’il n’a pas mal interpréter les choses, et que la Turner a déclaré cela car souhaitant que ça soit le cas. « Depuis, y’a qu’toi, Bonnie. », ajoute-t-il, faisant quelques pas pour se rapprocher de la musicienne. « Y’a tellement qu’toi qu’j’ai oublié une tonne de trucs que j’avais à faire, cette semaine. Dont décommander cette connasse. », poursuit-il, s’arrêtant devant Bonnie, dont il attrape le menton entre ses doigts pour maintenir le contact visuel. Depuis qu’il a commencé à lui parler, pas une fois il n’a détourné les yeux du regard de la brune. Il est sérieux, comme il l’a rarement été. Au point même d’avouer qu’il a eu l’esprit ailleurs, ces derniers jours. Et qu’il a ainsi dû faire un effort monstrueux pour parvenir à bosser, et à ne pas perdre trop de temps dans les traductions qu’il avait à faire. « J’m’en fous des autres. », termine-t-il, posant sa tête non contre le front de Bonnie, mais contre une portion de porte, non loin de sa tête à elle, proférant ainsi ses quelques mots non loin de son oreille. Il s’abstient de préciser que ça, c’est le cas depuis des années, en fait. Qu’il n’a cumulé des nanas, à l’époque, que pour la rendre jalouse, Bonnie, et, depuis leur séparation, que dans le but de l’oublier. En vain. C’est sur un dernier soupir qu’il pose ses mains sur les hanches de la jeune femme, attendant sa réponse, son cœur à l’agonie de la possibilité qu’elle ne le croit pas. Ils vont en avoir, du chemin à faire, avant de pouvoir oublier leurs craintes de voir l’autre reprendre les bonnes vieilles habitudes et aller ailleurs.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Dim 25 Fév - 13:03


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

La blonde a réussi à semer le doute dans l'esprit de Bonnie. Faut dire que le passif qu'ils ont n'aide pas beaucoup non plus. A l'époque, les deux entretenaient une relation secrète. Et forcément, à la vue de tous et pour brouiller les pistes, ils s'amusaient à flirter avec d'autres personnes, voire même plus qu'un simple jeu de charme. Et faut bien avouer que Bonnie a peur de ça. Peur que leur petit jeu malsain ne reprenne. Peur que Clyde ne puisse pas s'empêcher d'aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte. Car il faut bien avouer que la chanteuse a son petit caractère... Alors, et contrairement à l'époque, Bonnie énonce ses craintes. Demande sans détour si le guitariste a eu des aventures alors qu'ils viennent de se retrouver. Et on peut lire cette angoisse dans ses yeux, tandis qu'elle ne le quitte pas du regard, le cœur qui bat à tout rompre tant elle redoute la réponse. Mais les mots de Clyde parviennent à la rassurer, alors que son cœur manque un raté à chaque parole prononcé. Et c'est un petit sourire qui vient étirer ses lèvres lorsque guitariste qualifie la blonde décolorée de connasse. S'approchant d'elle pour n'être qu'à quelques centimètres, Clyde s’appuie sur la porte, son visage beaucoup trop proche de celui de Bonnie qui retient sa respiration, le cœur qui bat à tout rompre. L'effet qu'il a eu sur elle est immédiat. L'attirance qu'elle éprouve pour lui presque palpable. Et il ne faut pas longtemps pour que la brune cède à la tentation, venant ardemment plaquer ses lèvres sur celles du musicien. « T'es à moi... » qu'elle lui souffle d'une voix affirmée, visage fermé, alors qu'elle plante à nouveau ses prunelles déterminées dans les siennes, tandis que du bout du pouce, elle lui caresse la lèvre inférieure, se mordillant sa propre lèvre avec envie. Et si elle s'écoutait, là Bonnie, elle plaquerait Clyde contre la porte sans lui laisser la moindre échappatoire, et s'empresserait de lui retirer tous ses vêtements... Mais elle tient bon la chanteuse. Tente de se raisonner alors qu'elle s'éloigne quelque peu, la tension entre eux presque palpable et à deux doigts de la faire céder à ses pulsions. « J'savais pas que les blondes en plastique c'était ton truc. » qu'elle lance tout en se dirigeant vers le salon où elle prend place sur l'accoudoir du canapé, affichant un sourire moqueur. Et subitement, sans attendre et sans prévenir, son visage se ferme, son sourire disparaît. « Tu promets qu'y a personne d'autre ? » qu'elle demande à nouveau d'une voix grave qui est plutôt inhabituelle chez elle. Mais elle a ce besoin constant d'être rassurée Bonnie. Surtout lorsqu'il s'agit de sa relation avec Clyde. Et on sent bien qu'elle angoisse plus que de raison à l'idée qu'il puisse vouloir aller voir ailleurs. Bonnie se sent affreusement vulnérable, là, face au guitariste. « Désolée... » qu'elle lance finalement en se passant une main sur le visage pour se ressaisir. Puis elle e lève Bonnie, se dirigeant vers la cuisine. « Tu veux quelque chose ? » qu'elle demande à Clyde, alors qu'elle s’affaire à prendre l'assortiment de thé dans l'armoire du haut ainsi qu'une tasse. Besoin de s'occuper l'esprit et les mains pour penser à autre chose que cette blonde qui a réussi à la faire douter. Parce qu'elle est sure d'une chose la chanteuse. C'est que cette nana est mordue de Clyde. Et qu'elle ne se laissera pas évincer si facilement.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Dim 25 Fév - 15:17


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

En ce moment précis, Clyde est pas bien. Il a peur que la blonde n’ait réussi à foutre la merde, dans un couple en situation déjà bien compliquée. Ca le fatigue, l’Irlandais : ils pourraient pas être juste tranquilles, comme la semaine passée ? Sans que des choses extérieures ne viennent les faire chier, comme leurs éventuelles conquêtes d’avant ? Il est tellement concentré dans ce qu’il lui dit, qu’il ne fait pas gaffe au sourire qu’elle arbore désormais. Non, il veut juste parvenir à lui faire comprendre qu’elle n’a rien à contraindre des éventuelles autres nanas qui peuvent graviter dans sa vie : il s’en fout, et c’est à peine s’il les voit, en fait. Il ne se sent soulagé que lorsque Bonnie s’empare de ses lèvres, lui faisant ainsi comprendre que son discours a atteint son objectif : la rassurer. « Indéniablement. », répond-t-il, lorsque Bonnie affirme qu’il est à lui. Bordel, ça fait plus de 8 ans que c’est le cas, alors ouais, à ce niveau-là, on ne peut nier que ça soit le cas ! Et plus il fixe la brune qui le regarde intensément, plus il se demande comment il a fait pour ne pas devenir fou, d’être éloigné d’elle autant d’années. Ou ne pas l’être devenu plus qu’il ne l’est déjà, de base. Et quand elle le regarde de la sorte, il en a limite le souffle coupé, tant il l’a dans la peau, cette petite brune loin d’être des plus calmes. Il parvient à se souvenir de comment on respire, quand elle s’éloigne de lui, mais il ne la quitte pas des yeux, continuant littéralement à la déshabiller du regard (soit l’une des activités préférées de Clyde, quand il n’est pas question de la déshabiller réellement.) « Disons qu’ça m’occupait. », déclare-t-il. Car non, en général, il n’est pas forcément attiré par des nanas refaites. Mais là, il voulait juste de la facilité, et des filles plus jolies qu’intelligentes, et clairement pas farouches. Et c’était pas une attitude qu’appréciait Alfred, le batteur ayant souvent fait la morale à son meilleur pote, sur son habitude à enchaîner les nanas comme ça. Mais Clyde n’en faisait qu’à sa tête, espérant ainsi parvenir à guérir son cœur, qui ne cessait de battre uniquement pour une brune, qui, il le croyait à l’époque, ne voulait pas de lui.

Son sourire, amusé, à l’unisson du sourire railleur qu’affichait la brune, disparaît, quand celle-ci lui redemande s’il n’y a pas d’autres nanas. Le guitariste pousse un soupir : ils vont vraiment avoir du boulot à faire, pour s’ôter toutes ces idées à la con de leur esprit. « J’vais juste faire réchauffer mon café. », fait-il savoir à la brune, déjà dans la cuisine, alors qu’il récupère sa tasse, désormais bien trop à température ambiante pour que le liquide contenu dedans soit appréciable. Allant dans la cuisine à son tour, il dépose dans la tasse dans le micro-onde, avant de le mettre en marche. « J’vais pas dire qu’on n’aura pas d’autres mauvaises surprises dans c’genre. ‘fin, j’ai pas d’autres rendez-vous d’convenus avec d’autres nanas. Mais certaines connaissent mon adresse, même si on s’parle pas. » Et ça inclus donc aussi pas d’échanges par SMS, car de toute façon, il est assez rare qu’il prenne vraiment le numéro des gonzesses qu’il se tape. Il est plutôt du genre à se les taper pour les jeter par la suite, sans un regard en arrière. Il s’approche de la chanteuse, qui lui tourne le dos pour l’instant, s’affairant à la préparation de son thé. Collant son torse contre son dos, posant ses mains sur son ventre, il poursuit, d’une voix plus basse à présent : « C’est qu’avec toi que j’veux m’prendre la tête pour tout et n’importe quoi. C’est qu’toi que j’veux avoir à côté d’moi quand j’m’endors et quand j’me réveille. » Il s’interrompt juste le temps d’embrasser l’épaule de la brune, pour finalement terminer d’un : « C’est qu’toi que j’veux pour les mois et même les années à venir. » Là, au moins, c’est clairement dit. Son avenir, Clyde, il refuse de le voir sans Bonnie à ses côtés. Peu importe à quel point leur couple puisse paraître cliché aux yeux des autres, à cause de leurs prénoms. Et il serait bien reparti à l’assaut de la nuque de la brune, mais le micro-onde le rappelle à lui, en sonnant, indiquant que sa boisson est prête. Alors c'est en soupirant qu'il retourne vers le micro-ondes, pour en extirper la tasse chaude.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Dim 25 Fév - 16:10


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Elle doute Bonnie, c'est plus fort qu'elle. Malgré le fait qu'ils se soient promis l'exclusivité, le passé houleux qu'ils partagent n'a de cesse de revenir à la charge dans son esprit, distillant des doutes qui font leur chemin mine de rien. De son côté, elle sait qu'elle n'ira pas voir ailleurs. Déjà à l'époque, elle ne faisait ça que pour faire enrager Clyde et pour lui rendre la pareille. Rares furent les fois où elle allait plus loin qu'un simple baiser avec ses cibles du moment. Même en faisant mine d'aller dans un endroit plus intime avec l'homme sur lequel elle venait de jeter son dévolu. Et même après leur séparation catastrophique. Bonnie a eu de courtes relations, mais jamais rien de bien concret ou sérieux. Enfin, jusqu'à Matthew. Et même là, en y regardant de plus près et en grattant un peu, y'a un truc qui allait pas. Et ce truc, c'était que le cœur de Bonnie appartenait à Clyde. Il lui a toujours appartenu, depuis l'adolescence. Alors, elle a peur la brune. Elle a peur que les travers de Clyde ne prennent le dessus, loin de se douter qu'il a les même craintes qu'elle et ne faisait ça que pour la faire également jalouser à l'époque. Mais qu'en est-il de maintenant ? Cette blonde décolorée qui vient de partir, c'est une relation récente du guitariste. Et Bonnie se demande à quel point elle était sérieuse, cette relation. N'a-t-elle pas parlé de concert ?

Elle a besoin de se changer les idées Bonnie. Alors, très vite, elle se ressaisit tout en s'excuser. Mais se préparer un thé ne suffit pas à faire taire les craintes qui assaillent son esprit. Perdue dans ses pensées, la belle sursaute en sentant les bras de Clyde venir l'enlacer, alors qu'il pose sa tête contre son dos. Et les mots qu'il prononce manque de lui couper le souffle. Les années à venir... Putain. Le cœur de Bonnie bat tellement fort dans sa poitrine qu'elle est persuadée que Clyde l'entend. Mais ce dernier se détache bien vite d'elle, le ding du micro-onde requérant toute son attention. Ce n'est que quand le contact est rompu que la belle se rend compte avoir retenu sa respiration. Reprenant son souffle, elle pivote vers le musicien dont l'attention est accaparée par la tasse de café dans l'appareil électroménager. Tirant sur son t-shirt, Bonnie l'oblige à pivoter dans sa direction. Et c'est les larmes au bord des yeux qu'elle plonge son regard dans le sien, touchée par les mots qu'il vient de lui dire. « Je t'aime » qu'elle murmure avec une facilité déroutante quand on la connaît, avant de prendre son visage entre ses mains et l'attirer à elle pour l'embrasser tendrement. « Et j'veux aussi personne d'autre que toi » qu'elle ajoute tout en venant se blottir dans ses bras. Fermant les yeux, Bonnie inspire un grand coup, le parfum de Clyde venant l’enivrer. Instinctivement, ses mains passent dans le dos du guitariste, se frayant un chemin sous son t-shirt, ses doigts venant rencontrer peau. « J'irai voir Matthew demain » qu'elle ajoute à voix basse et pourtant déterminée, alors qu'elle se colle un peu plus contre Clyde, ses ongles s'enfonçant légèrement dans la peau de son dos. Car Bonnie n'est pas capable de retourner à l'appartement ce soir et confronter Matthew. Pas après tous les événements qui viennent de se dérouler en si peu de temps. Aussi, il faut qu'elle digère ce qu'il s'est passé avec lui, et surtout qu'elle réfléchisse à comment lui amener les choses en douceur. C'est pourquoi elle se dit qu'il est plus sage de laisser passer la nuit. Autant pour elle, pour eux, que pour le photographe qui a très certainement besoin de temps pour réaliser que sa petite amie à qui il vient de demander la main, a pris la fuite sans lui donner la moindre réponse... « Tu veux bien d'moi ce soir ? » qu'elle demande comme une supplique silencieuse, relevant le visage vers Clyde, appuyant son menton contre son torse. Elle sait qu'elle abuse présentement Bonnie. Qu'il serait préférable qu'elle retourne chez elle, qu'ils soient seuls tous les deux pour faire le point. Et qu'elle revienne une fois toute cette affaire réglée. Mais elle en est incapable la brune. Incapable de quitter Clyde.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Dim 25 Fév - 18:31


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Voilà, c’est dit : Clyde, c’est pour les années à venir, qu’il la veut, sa Bonnie. Pas que pour quelques nuits ni quelques semaines, non, mais bel et bien des années. Et c’est pas rien, venant de l’Irlandais, de parler d’années, lui qui a toujours refusé tout engagement. Même se projeter ne serait-ce que dans les 3 prochains mois, ça ne lui arrivait pas souvent, à l’époque. Alors là, le voir parler d’années, c’est pas rien, franchement. Ca lui fout un peu les boules, car l’inconnu est toujours un peu effrayant, une fois le vernis du goût de l’aventure retiré. Mais ça lui plaît, de pouvoir parler ainsi avec Bonnie. Même si, dans le fond, il n’a pas dit grand-chose, pas évoqué d’éventuels projets avec elle. Trop tôt pour ça, de toute façon. Une seule certitude : c’est elle qu’il veut à ses côtés, à l’avenir, et nulle autre. Délaissant sa tasse en sentant la brune sollicitée son attention en tirant son t-shirt, il se retourne pour lui faire face, et se fige, en la voyant avec les yeux humides, apparemment touchée par ce qu’il lui a dit précédemment, au point de lui dire, une fois encore, qu’elle l’aime. Et ça ne rate pas : encore une fois, ces quelques mots font leur effet sur son rythme cardiaque. C’est d’ailleurs assez déroutant de voir comment quelques mots peuvent influencer ainsi cet organe vital, et l’humeur de son propriétaire. Le sourire, heureux et touché que le brun affiche, s’estompe quand la chanteuse l’embrasse. Bordel, il pourrait vraiment prendre goût à l’entendre dire ces quelques mots, qu’il a attendu désespérément, après son tout 1er aveu à l’époque, et même durant les semaines qui ont suivit la fin de leur histoire. Ouais, assez naïvement, il espérait que la brune vienne le voir, à ce moment, pour lui retourner ces mots. Toutefois, il sait que ça n’aurait pas été une bonne idée. Sa fierté l’aurait empêché de répondre favorablement à cet aveu tardif, le poussant à lui tournant le dos, pour lui briser le cœur, comme elle l’avait fait un peu plus tôt. Mais c’est du passé, tout ça, et de toute façon, ça ne s’est pas produit ainsi. Ils se sont enfin retrouvés, et ont ainsi une nouvelle chance : à eux de la saisir. Au cours du baiser échangé, Clyde glisse une main contre le bas du crâne de la brune, se faufilant sous la crinière de celle-ci pour lui caresser tendrement le cuir chevelu. Son autre main atterrit sur son dos, et se resserre sur le haut de la brune, lorsque celle-ci reprend la parole, blottie dans ses bras. Son cœur fait de nouveau des siennes, tandis qu’il s’efforce de pousser un soupir pour forcer son cœur à se calmer un peu. S’il réussit, il échoue cependant à dissimuler les frissons qu’il ressent, lorsque les mains de la brune se faufile sous son t-shirt, pour se glisser sur sa peau. Putain, en fait, Bonnie, pour Clyde, c’est pire qu’une drogue. Ou alors elle fait effet bien plus rapidement qu’une drogue. Et bien moins nocif, en plus ! « Parfait. », se contente-t-il de dire, lorsqu’il est fait mention de Matthew. Une fois encore, il serait presque triste pour le photographe, mais Clyde étant Clyde, l’égoïste en lui n’en a rien à foutre, plus encore parce qu’une fois cela fait, Bonnie sera « officiellement » sa nana. Et ça, bordel, ça a le don d’accentuer encore la cadence de son palpitant. Ca, ou le fait d’être en droit de faire glisser sa main de son dos au bas de celui-ci, pour finir sa course sur le fessier de la brune. Clyde ne saurait dire ce qui trouble le plus son débile d’organe vital.

Un petit sourire amusé s’installe sur les lèvres, à l’interrogation de la brune. Sa main droite, toujours présente du côté de la nuque de la chanteuse, se déporte sous son menton. Décollant celui-ci de son torse, il dépose un baiser sur le bout du nez de la jeune femme, avant de lui faire savoir que : « Si tu crois qu’tu peux venir chez moi sans avoir ta place ici, ou dans mon lit, d’préférence, c’est qu’j’ai pas été assez clair la semaine passée sur l’fait que j’voulais qu’toi à cette place. » Une lueur taquine brille dans son regard, alors qu’il déclare cela. Clyde, il s'en fout de ces disputes à la con, qui, en réalité, peuvent être rassemblées uniquement sous le thème de la jalousie qu'ils éprouvent dès qu'il est question de l'autre, et leur envie de savoir que cette fois, ils ne seront que 2, dans cette histoire, qu'ils n'iront pas aller voir ailleurs. Il enchaîne, disant quelques mots, tout en s’interrompant de temps à autre, comme pour bien appuyer ses paroles, de quelques gestes : « Tu viens » – sa main droite attrape une main de la brune pour la porter à ses lèvres, avant de nouer ses doigts aux siens - « quand tu veux » – sa main gauche se faufile sous le haut de la brune pour courir le long de sa colonne vertébrale - « dormir ici » – délicatement, il mordille le lobe de l’oreille de Bonnie - « ou faire » - joueur, il frôle les lèvres de la chanteuse des siennes, sans jamais s’y poser réellement pour autant -  « comme chez toi. » - il dépose quelques baiser sur la clavicule de la Turner  - « Demain, s’tu veux, » - et cette fois, c’est sa main droite qui s’invite sous le haut de la brune, partant à la découverte du ventre de celle-ci - « j’vais t’faire faire » – sa main gauche erre autour du soutien-gorge de la jeune femme, se glissant sous celui-ci, sans toutefois tenter de le dégrafer - « un double des clés. », termine-t-il, les mains toujours sur la peau de la jeune feme, plongeant ses yeux dans les siens. Idée soudaine qu’il vient d’avoir, mais réelle envie qu’elle ait un double des clés de l’appart’. Un autre moyen pour lui d’accentuer le fait qu’il soit sérieux, dans son envie de n’être qu’avec elle.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Lun 26 Fév - 11:39


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Bonnie s'occupera de régler cette histoire avec Matthew demain. Loin d'avoir le courage pour l'affronter ce soir, elle préfère reporter la chose. Besoin d'une bonne nuit de sommeil, se poser et réfléchir à comment elle va amener la rupture suite à sa demande. Putain... Rien que d'y penser, une boule se forme dans son estomac. Angoisse qui se transcrit dans ses gestes, alors qu'elle serre un peu plus le t-shirt de Clyde entre ses doigts... pour finalement passer les mains en dessous et établir le contact avec sa peau chaude. Et quand la belle redresse la tête, c'est pour demander, les yeux presque suppliant, si elle peut rester ici cette nuit. Et elle comprendrait Bonnie, que Clyde ait besoin de digérer tout ce qui a pu se passer ce soir. Besoin d'être seul. Sauf qu'elle n'en est pas capable. La chanteuse ne se voit pas retourner dans son petit appartement vide. Elle ruminerait trop ce qui s'est passé, au point de ne pas réussir à dormir. Elle le sait bien. Alors que Clyde, il a ce don de la calmer, juste par sa présence rassurante. Et aussi, ce serait prendre le risque de voir débarquer Matthew...

Clyde l'oblige à se décoller quelque peu afin d'encrer son regard dans le sien. Et les mots du brun parviennent à la rassurer en un instant, alors qu'un petit sourire vient éclairer son visage. Et quand il commence à embrasser ses doigts, ce simple geste électrise totalement Bonnie qui ne s'attend pas à la suite. Clyde poursuit son discours, ses mots entrecoupés de baiser déposés un peu partout sur la peau de Bonnie, au niveau de ses points sensibles qu'il connaît parfaitement, tandis que ses mains se veulent plus aventureuses sous son vêtement. Elle perd pied Bonnie, fermant les yeux sous la bouche et les doigts experts de Clyde qui font grimper la température en un instant. Elle s’agrippe à ses épaules, légèrement tremblante, le corps qui se cambre instinctivement vers le guitariste. Quand Bonnie rouvre les yeux, le regard brûlant que lui lance Clyde manque de lui couper le souffle. Un double des clefs. Qui aurait cru, en les voyants quinze jours plus tôt, qu'ils en seraient là aujourd'hui ?  Et, sans attendre, elle vient capturer ses lèvres pour un baiser fiévreux alors que son corps se colle un peu plus contre le sien. « J'ai envie de toi.. » qu'elle murmure au creux de son oreille alors que ses dents viennent gentiment en mordiller le lobe. Et elle se demande Bonnie, si un jour elle se lassera de ses caresses qui lui font tant d'effet. Probablement jamais. Clyde est une vraie drogue dont elle ne peut et ne veut se passer. Tandis qu'elle embrasse l'angle de sa mâchoire puis son cou, ses mains toujours sous le t-shirt du guitariste, glissent devant sur son torse, puis son ventre pour finalement atterrir sur la boucle de ceinture qu'elle s’attelle à défaire.

Mais Bonnie&Clyde ne serait pas ce qu'il est si un événement perturbateur ne venait pas tout gâcher. Bonnie ne perçoit pas tout de suite la clef qui tourne dans la serrure de l'entrée. Ce n'est que quand la porte s'ouvre à la volée qu'elle réagit enfin, s'écartant vivement de Clyde sous le coup de la surprise. « Te marier ?! ». Alfred entre en trombe dans l'appartement, se dirige vers le duo mais surtout sa sœur d'un pas décidé, pas le moins du monde perturbé de les avoir surpris au début de quelques chose de plus... intime. Cœur qui bat à tout rompre sur le coup de la surprise, c'est un regard interrogateur que lui lance Bonnie, dont la voix semble avoir pour le coup disparu. « Matthew m'a appelé inquiet parc'qu'il savait pas où t'étais ! J'ai dit que t'étais avec moi. » qu'il se justifie, bras croisés devant sa sœur. Alfred a toujours su réagir de la meilleure façon à ce genre de situation. Ou en tout cas, toujours dans le but de protéger sa petite sœur. Cette fois, il a inventé un mensonge à Matthew comme quoi Bonnie a besoin de réfléchir, d'encaisser le choc et qu'il ne valait mieux pas qu'il vienne à l'appartement. Encaissant lui même la nouvelle au fil du mensonge qu'il déroulait au téléphone. Surtout qu'à ce moment là, Alfred n'était bien évidemment pas avec sa sœur, mais chez Alex. Redoutant que ses mots ne suffisent pas, il est parti précipitamment, se doutant que Bonnie fut avec Clyde. Manquerait plus que le photographe se pointe et les surprenne. Mais heureusement, Alfred constate que ce n'est pas le cas. « Te marier ? » qu'il réitère un ton en dessous, plus surpris qu'en colère cette fois. « Et tu comptais me dire ça quand ? » qu'il demande en faisant de grands gestes, visiblement aussi choqué que Bonnie a pu l'être face à Matthew et son écrin. « Il... Il a fait sa demande tout à l'heure. » qu'elle commence, visiblement honteuse. « Et j'suis partie... » qu'elle ajoute, en détournant les yeux, cherchant à tâtons la main de Clyde pour enlacer ses doigts aux siens.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Lun 26 Fév - 14:02


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Mine de rien, c’est un grand pas, que propose de faire Clyde, là. C’est rien qu’un double des clés, qu’il veut donner à Bonnie, et pourtant, pour l’Irlandais, c’est pas rien ! C’est bien la 1ère fois qu’il propose une telle chose, à une nana. Et un sens, on peut craindre qu’il saute des étapes, qu’il ne veuille aller plus vite que la musique. Mais il s’en fout, il veut que la brune puisse venir aussi souvent qu’elle le souhaite, ici. Pis, il a rien à lui cacher, et c’est également pour lui prouver ça, qu’il fait cette proposition. Pour lui prouver son sérieux, quant à cette relation, même si là, en ce moment précis, ses pensées s’égarent un peu trop, au gré  des pérégrinations de ses mains sur le corps de la brune. Il le sait, Clyde, qu’il a du mal à ne pas vouloir plus, dès que la brune commence à frôler sa peau de la sienne, ou dès qu’il en fait de même. C’était déjà ainsi, 8 ans en arrière. Et avec 8 ans d’absence, de manque, et de temps passé à se convaincre qu’elle ne serait jamais plus sienne, c’est sans doute devenu pire. Si avant, il s’amusait à se tester en lui résistant, maintenant, il est indéniable qu’il aura des difficultés à rejouer à ce petit jeu. Nul doute que Bonnie est dans le même cas, comme l’atteste ce qu’elle fait savoir au brun. Et ça ne le dérange pas, l’Irlandais, bien au contraire, car là, il aurait du mal à en rester là. Ils feraient sans doute mieux d’aller chacun de leur côté pour réfléchir aux récents événements, mais Clyde n’a pas l’intention de laisser la chanteuse s’éclipser, alors qu’il lui a fait savoir à maintes reprises qu’il ne veut qu’elle. Et merde, ils ont été séparés pendant 8 ans, alors c’est normal qu’ils veuillent juste profiter l’un de l’autre. C’est moins normal, par contre, que les éléments se liguent contre eux. Car là, Clyde, son attention est clairement plus focalisée sur leur environnement. Comment ça pourrait être le cas, alors qu’une certaine brune perd ses lèvres sur son cou et laisse ses mains faire les propriétaires des lieux, sous le t-shirt du guitariste ? Ses propres mains ne sont pas en reste, dans l’attente d’ôter enfin le haut de la brune (bordel qu’il lui sert à rien, ce maudit t-shirt, du point de vue de Clyde !), elles ont dégrafé le soutien-gorge de la jeune femme (lui aussi, il ne lui sert à rien, bon sang !). Sauf que voilà… On l’a déjà vu, ils ont la poisse (ou presque), car il y a toujours quelque chose qui vient les interrompre ! Là, c’est Alfred, qui vient tout interrompre. Et il ne se soucie pas le moins du monde de voir sa sœur occupée à défaire la ceinture d’un Clyde qui a à peine une main s’affairant à remonter le haut de Bonnie, et l’autre sur la poitrine de celle-ci. Non non, à peine. « Putain. », peste l’Irlandais, tandis que le batteur remet le sujet de la demande de Matthew sur le tapis. Prestement, les mains de Clyde délaissent le t-shirt de Bonnie ainsi que sa poitrine, pour se poser sagement sur le plan de travail, derrière lui. A peine frustré, le Clyde, à en voir la façon avec laquelle il serre ledit plan de travail entre ses mains, alors que l’aîné des Turner parait des plus stupéfait par le coup de fil qu’il a eu, du photographe.

En poussant un soupir, le guitariste se demande s’il va pas falloir qu’il songe à prendre une chambre d’hôtel, un jour : au moins, il sera tranquille, avec Bonnie ! « Au cas où t’aurais pas encore totalement assimilé les événements d’la semaine passée : l’histoire de Bonnie avec Matthew est terminée ! », râle le guitariste, entremêlant ses doigts à ceux de la brune, en sentant sa main partir en quête de la sienne. Al a quand même vu les deux musiciens ensemble, au cours de la semaine écoulée, il doit bien se douter qu’ils ne vont pas s’amuser à continuer à se fréquenter, avec une Bonnie qui reste en couple avec Matthew, alors même qu’ils se sont embrassés publiquement durant l’autre soirée. Et qu’ils ont passé des jours l’un avec l’autre, récemment. Même s’il est vrai qu’ils n’ont pas forcément parlé de tout ça à Al, du sérieux de leur relation. « Alors l'mariage, c'est pas d'actu ! », indique-t-il. Plus pour bien remettre à l'esprit à Al qu'à présent, Bonnie est avec lui, que pour indiquer une quelconque envie de se marier, un jour. Le mariage, c'est pas forcément la came de Clyde, faut le dire, alors même avec Bonnie, il n'est pas sûr qu'il tente l'aventure. De sa main libre, il remet son t-shirt en plus, tout en continuant à parler, plus pour s'occuper les mains que par quelconque honte d'être partiellement débraillé devant son meilleur pote (bon, faut dire qu'il trouve toujours très perturbant, Clyde, d'être surpris par Al avec sa petite soeur. Faudra qu'il s'y fasse, ça risque de devenir habituel, vu leur veine !) « Elle comptait le lui dire, quand il l’a prise au dépourvu avec sa demande. », explique-t-il, un peu énervé d’avoir à revenir sur le sujet. Maintenant. Avec Al. Alors qu’il aurait largement préféré continuer ce qu’il était en train de faire avec la Turner. « Bordel ! », rétorque Al, ne pouvant qu’imaginer la souffrance que Matthew éprouvera, avec une rupture qui surviendrait alors qu’il a fait sa demande, d’une brune qui le délaisse pour aller avec un ex dont il n’a jamais entendu parler. « T’comptes lui dire quand ? », demande-t-il, se doutant bien que la situation ne doit pas être facile pour Bonnie non plus, mais ayant conscience que plus elle attend, plus le photographe souffrira. Et son regard se pose sur Clyde, aussi, craignant sans doute une mauvaise réaction de Matthew, un coup de sang qui le ferait aller retrouver ce fameux guitariste pour qui Bonnie l’aura plaqué.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Lun 26 Fév - 16:41


I  know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes(BONNIE & CLYDE)
I found a love for me. Darling, just dive right in and follow my lead. Oh, I never knew you were the someone waiting for me 'Cause we were just kids when we fell in love not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own and in your eyes, you're holding mine. ► Ed Sheeran - Perfect

Ils ne peuvent pas être tranquilles quand les choses deviennent plus intimes. A croire que l'univers tout entier a décidé de les emmerder. Et cette fois, l'univers prend les traits de Alfred qui entre comme un ouragan dans l’appartement sans s’annoncer, pas du tout offusqué de voir son meilleur pote en train de tripoter sa petite sœur, rouge comme une pivoine à cette idée. En tant normal, Al aurait sûrement sauté de joie à cette vision, mais là, il a l'esprit tellement perturbé par le coup de téléphone reçu quelques minutes plus tôt qu'il ne parvient pas à réellement assimiler la scène qui vient de se jouer sous ses yeux. Bonnie ne sait pas quoi dire face à son frère visiblement... énervé ? Elle ne saurit trop dire la brun. Alors, elle articule difficilement ce qui est arrivé avec Matthew, annonce sa demande en mariage tout en cherchant du soutien auprès de Clyde en venant enlacer ses doigts aux siens, lui prouvant ainsi par la même occasion qu'elle n'a pas changé d'avis, si jamais il avait encore des doutes à ce sujet. Et elle n'a pas le temps d'en placer une Bonnie, face aux interrogations de son frère, car Clyde répond pour elle. La belle ne dit rien, se contentant de serrer un peu plus ses doigts autour de ceux du guitariste. « Demain. J'irai le voir demain matin. Ce soir... j'ai pas le courage.. » qu'elle avoue en détournant les yeux. Bonnie se doute bien que si son frère réagit comme ça, c'est surtout parce qu'il s'inquiète pour Matthew qui est, malgré tout, un ami à lui. Y'a de quoi s’inquiéter, quand on sait que l'un de vos pote a décidé de demander la main de votre sœur et qu'elle est juste... partie. Pour se retrouver dans les bras de votre meilleur ami qui plus est... « Je sais que j'aurais dû agir avant mais... » elle se tait Bonnie. Comment aurait-elle pu savoir que les choses prendraient une telle tournure ? Et surtout comment aurait-elle pu se douter qu'elle se retrouverai dans les bras de Clyde après ce qu'ils ont traversé huit ans plus tôt ? Alfred les regarde tour à tour, se pinçant l'arrêter du nez comme s'il réfléchissait intensément. « Ok. Bon. Il sait que t'es avec moi » qu'il commence, mimant des guillemets avec ses doigts. « Et j'pense pas qu'il débarque à l'improviste. Il accuse encore le coup à mon avis. Mais tu dois absolument régler cette histoire demain ! » que Al rétorque, son regard passant de sa petite sœur qui hoche la tête sans un mot, à son meilleur ami avant de poser ses yeux sur leurs doigts enlacés. « Putain, c'est pas trop tôt ! Vous avez un don pour les timing de merde mais... Ouaaaah j'vous aurais tué ! » qu'il lance d'une voix plus enjouée et visiblement soulagé, avant d'embrasser sur la joue sa sœur qui ne comprend pas vraiment ce qui est en train d'arriver, et donner une tape amicale dans l'épaule de Clyde. « Bonnie et Clyde... » qu'il lance pensif, en les regardant tour à tour avec un sourire niais au coin des lèvres. « Quand j'pense que maman voulait t'appeler Clara ! » qu'il ajoute en rigolant face à la moue boudeuse de Bonnie qui réalise enfin que son frère est au courant. Semble-t-il d'ailleurs depuis un moment. Et pire encore, qu'il paraît donner son approbation. Et, le fixant de longues secondes interdite, Bonnie finit par se mouvoir, lâchant la main de Clyde pour venir se pendre au cou d'Alfred, le serrant dans ses bras pour la première fois depuis bien longtemps. « Merci » qu'elle souffle à son oreille, tout en resserrant son étreinte.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
“ Contenu sponsorisé ”
Posté le

Revenir en haut Aller en bas
 
♫ I know we'll be alright this time. Darling, just hold my hand, be my girl, I'll be your man. I see my future in your eyes ♫
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» 12 juin 2010 Catch and Slash vs Darkside Cowboys
» [Fan-fiction] Warriors of Time / Les Guerriers du Temps
» Ausz , la future remplacante de Dagi (Oupah') [Refusé]
» Worlds 2010
» Time-Reborn, Pandawa feu. [Niveau 108]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie HJ :: Archives :: RPs-
Sauter vers: