AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Never love a wild thing, Mr. Bell (Cate)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Casey O'Mara


in maplewood since : 08/02/2018
gained wars : 52
real face : Rainbow D.Ashe
faceclaim : Amber Heard (Malbe)
age : 26 ans, née le 12/02/1992
heart : Célibataire. Elle a eu quelques relations par le passé, mais est seule depuis presque 4 ans et ne s'intéresse plus du tout à ce genre de chose
your job : Sans emploi, elle a étudié deux ans à Julliard (NY) dans l'espoir de devenir danseuse étoile et est actuellement hospitalisée à temps plein à cause d'une tumeur du nerf optique et d'une dépression

Posté le Mar 20 Fév - 16:37


Never love a wild thing, Mr. Bell
“You call yourself a free spirit, a "wild thing," and you're terrified somebody's gonna stick you in a cage. Well baby, you're already in that cage. You built it yourself. And it's not bounded in the west by Tulip, Texas, or in the east by Somali-land. It's wherever you go. Because no matter where you run, you just end up running into yourself.”
La journée était passée dans une lenteur impressionnante et relativement insoutenable, le point culminant restant probablement la longue visite des parents de Casey au chevet de leur fille. Elle l'avait pourtant espéré une bonne partie de la matinée, mais lorsque le couple O'Mara était entré dans la chambre, sans leur fils aîné, le sourire de la jeune femme s'était envolé aussi vite qu'il s'était dessiné sur ses lèvres. Cillian n'avait pas pu rentrer pour le week-end, prétextant une importante rencontre avec sa future belle-famille. D'après sa sœur, il se trouvait surtout des excuses pour ne pas lui faire face depuis leur dernière rencontre s'étant soldée par une violente dispute entre le frère et sa cadette, mais cela ne changeait rien aux faits. Au moins, les parents de Casey avaient-ils pensé à lui rapporter un sac remplis de DVDs comme elle l'avait exigé des jours plus tôt, les offrant comme une récompense à la jeune femme qui avait miraculeusement accepté plusieurs examens au cours des dernières semaines. S'en était suivie une longue conversation à sens unique, les parents de la blonde insistant lourdement sur son manque de sérieux dans ses soins et son comportement digne d'une gamine capricieuse qui finirait par lui coûter la vie, sans insister trop sur les efforts qu'elle avait pourtant montré depuis quelques temps. Elle ne leur avait pas fait l'honneur de plus de quelques mots en réponse, s'agaçant rapidement de leur présence et ce fut plongée dans un silence qu'ils qualifièrent de « boudeur » qu'elle les laissa partir sans regrets, retenant des larmes en cachant son visage dans son oreiller.  

Il n'y avait certes pas eu que des bons jours et Casey refusait toujours la radiothérapie, mais depuis deux semaines, elle avait accepté sans se plaindre de passer divers examens offrant aux médecins chargés de son dossier de nouveaux clichés de sa tumeur qui grandissait trop rapidement à leur goût  et des prélèvements de tous les fluides corporels qu'ils pouvaient vouloir pour remplir son dossier bien mince. Personne ne cherchait à comprendre pourquoi, personne ne posait la question, pourtant chaque fois qu'il fallait l'examiner, la faire manger ou l'obliger à sortir de son lit, on lui envoyait Nathan. Pour preuve qu'ils avaient bien tous remarqué la raison de sa soudaine docilité.

Nathan. Le regard de la blonde balaya rapidement l'écran de son téléphone portable, parvenant tout juste à distinguer les chiffres inscrits dessus. Elle n'avait pas besoin de cela pour savoir qu'il était tard. Le silence pesait dans le service d'oncologie comme bien souvent à la nuit tombée et la lumière jaune qu'elle distinguait par la fenêtre de sa chambre l'informait bien assez que le soleil avait disparu au profit des lampadaires à l'extérieur. Il avait promis de venir lui rendre visite aujourd'hui et de regarder avec elle son film préféré comme elle le faisait chaque année. Mais la journée s'était étirée en longueur et la nuit menaçait désormais de faire de même et aucune trace du jeune infirmier. Casey aurait voulu prétendre que cette absence l'étonnait et pourtant, il n'en était rien. Pourquoi serait-il venu la voir ? Et puis, quel intérêt y avait-il à regarder un film avec une aveugle ? Certes, le jeune homme ignorait ce détail, mais le bon sens de Casey s'échappait à mesure que les minutes d'attente s'enchaînaient. Elle était déçue, bien qu'elle ne l'aurait pas avoué à quiconque. Déçue au point qu'elle sentait la colère monter et que cela l'empêchait de dormir, à lui faire regretter d'avoir refusé le somnifère si gentiment offert par l'infirmière venue lui rendre visite avant la fin de son service. Le DVD de Breakfast at Tiffany's reposait sur la table de chevet, appuyé contre la lampe et même si elle ne parvenait qu'à en distinguer les contours sans voir réellement le visage d'Audrey Hepburn en son centre, tout cela l'agaçait drastiquement. Elle ne s'était pas toujours montrée très conviviale avec Nathan lorsqu'il venait s'occuper d'elle, elle le savait bien, il avait payé parfois très cher sa mauvaise humeur et sa frustration, pourtant il revenait toujours avec son sourire de crétin qu'elle imaginait plus qu'elle ne voyait réellement. Et sa voix douce et calme, ses mots gentils et son insupportable naïveté. Mais ce soir, alors qu'elle l'attendait, bien sûr, il manquait à l'appel.

Une demi-heure encore, la jeune femme attendit, incapable de laisser tomber pourtant persuadée que rien ne changerait. Une demi-heure encore et quelques coups presque hésitants résonnèrent contre la porte dans son dos. Elle aurait voulu prétendre que ça lui était égal, pourtant elle se redressa brusquement de son lit pour se tourner vers la porte, invitant la personne de l'autre côté à entrer d'un ton mal-aimable. Un sourire étira brièvement, très brièvement, ses lèvres alors qu'au milieu de l'odeur lourde de la pizza, elle reconnaissait celle plus subtile du jeune homme. Et levait ses yeux vers lui, captant les habituels contours anguleux de son visage, toujours gâchés par cette tâche noire qui s'étendait davantage au fil des jours et l'insupportait sérieusement. Elle aurait voulu le voir vraiment, entièrement, pas juste des morceaux par-ci par-là, même si elle s'amusait de le comparer sans arrêt à un tableau de Picasso dans sa tête. « Vous savez vous faire désirer, vous. » lança-t-elle en retrouvant son sérieux et son indifférence, bien que sa voix manquât certainement d'une réelle mauvaise humeur. Ce fut le seul salut auquel il eut droit avant que la jeune femme ne se laisse retomber contre son oreiller, poussant un soupir qu'elle espérait discret. « Vous avez eu du mal à trouver la bonne chemise pour ce super rancard ? » demanda-t-elle, moqueuse, dans l'idée de découvrir ce qui l'avait fait arriver si tard. « La pizza est encore chaude, au moins ? » Elle ne s'inquiétait pas trop de sembler désagréable, il avait l'habitude, on ne pouvait pas lui retirer ça. Et s'il était aussi altruiste et attentionné qu'il le prétendait, sans doute parvenait-il à capter le ton qui n'avait rien d'agressif malgré les mots. C'était juste sa façon à elle de s'adresser à lui et il ne s'en plaignait jamais, de ce qu'elle en savait.
code by bat'phanie

________________________________________

#415742


Come Carpe Diem, Baby
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 06/02/2018
gained wars : 65
real face : Kiwi.
faceclaim : Matthew Daddario (ahiṃsā)
age : 29 ans
heart : Célibataire pour mon bien.
your job : Infirmier à l'hôpital de Maplewood depuis le 14 janvier 2018. Affecté à aucun service pour le moment.

Posté le Mar 20 Fév - 17:20

La journée avait passé avec une vitesse impossible. J'étais d'après midi, j'étais arrivé à dix heures, soit une heure avant et sans avoir pu poser un pied dans la salle de repos, on m'avait déjà demandé de gérer une urgence. Patient en pleine crise de paranoïa, ayant tout arraché et devant être stabilisé. Ma journée avait littéralement tourné autour de ce mec et j'avais fini, la blouse pleine de vomi et de sang. Me traînant sous la douche de l’hôpital, j'y étais resté de longue minutes avant de réaliser. Il était quelle heure ? Passé vingt et une heure ? Sortant à l'arrache, je me séchais rapidement avant d'enfiler mon jean, mes chaussure, mon t-shirt et mon pull. Sortant donc rapidement des lieux, j'avais été devant l’hôpital pour chercher une pizza, je sais il était question de pop corn, mais j'avais pas oublié. J'avais juste pas mangé, j'en pouvais plus. La commandant, j'étais partie au cinéma acheter un grand pop corn avant de revenir pile quand la pizza était prête. J'avais couru partout, je voulais juste que ca s'arrête. Revenant donc vers l’hôpital, je rentrais avec mon badge, profitant du calme de la soirée pour ne pas me faire remarquer, jusqu'à sa chambre. J'avais toqué, la laissant m'inviter à rentrer ce que je fis avant de fermer la porte avec mon pied, j'étais beaucoup trop chargé. Posant tout sur un meuble, je tournais la tête, accusant le coup lorsqu'il fut question de me faire désirer. Si seulement. Ouvrant la boite de la pizza, j'allais la poser sur la table amovible de son lit pour lui laisser à proximité alors qu'elle me parlait d'avoir perdu du temps pour trouver la bonne chemise pour ce super rancard. « Vous auriez du me le dire que c'était un rencard, j'aurais prit des capotes. », j'étais pas méchant, juste légèrement cynique, pour rester dans le thème. Elle était pas méchante, ni agressive ce soir, comme souvent, il fallait juste s'habituer à ses contres pied. Mais rencard ou pas, je me voyais très mal coucher avec une patiente déjà, aussi belle puisse-t-elle être, aussi en manque aurais-je pu être. Je n'abusais pas des faiblesses des gens. La je rentrais plus dans son jeu, jamais je n'aurais prit des préservatifs. Soyons adulte un petit peu.

Et puis une nouvelle question alors que je sortais une bouteille de soda non light, comme la pizza. Il fallait vivre, si on voulait garder la forme on faisait du sport, mais je me voyais pas manger des radis à vie. « Je l'ai commandé le temps d'aller chercher le pop corn, elle est sortie du four il y a quelque chose comme cinq minutes. », répondis-je en jetant en réunissant les premiers déchets, « Par contre désolé pour le régime, mais c'est une supplément tout, le gras c'est la vie. », il était question de se faire plaisir. Lui demandant donc si je pouvais m'asseoir sur le lit, ce qu'elle accepta avant de le faire tapant déjà une part, j'avais croquer dans une part avant de répondre à la vrai question, « Mais Monsieur Clarke, le patient du fond a péter un plomb et personne savait le gérer, donc c'était moi qui ai du le calmer, et tout faire derrière. Donc entre ça, le fait que j'ai du prendre une douche, cherché une pizza car j'ai pas mangé depuis ce matin, et bien je suis en retard, et sans chemise, vous pouvez me mettre dehors. ». Ce que je doutais entre nous, elle m'avait attendu jusqu'ici, je suppose qu'elle m'excuserait pour ma chemise non ? Et puis j'allais pas non plus blâmer l'homme, il avait une tumeur tellement agressive au cerveau que le pauvre ne pouvait plus distinguer le vrais du faux.

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Casey O'Mara


in maplewood since : 08/02/2018
gained wars : 52
real face : Rainbow D.Ashe
faceclaim : Amber Heard (Malbe)
age : 26 ans, née le 12/02/1992
heart : Célibataire. Elle a eu quelques relations par le passé, mais est seule depuis presque 4 ans et ne s'intéresse plus du tout à ce genre de chose
your job : Sans emploi, elle a étudié deux ans à Julliard (NY) dans l'espoir de devenir danseuse étoile et est actuellement hospitalisée à temps plein à cause d'une tumeur du nerf optique et d'une dépression

Posté le Mar 20 Fév - 19:58


Never love a wild thing, Mr. Bell
Sur le même ton, Nathan répondit à sa plaisanterie en déposant devant elle les boites en carton qui l'encombrait. Dans l'espoir de retenir un nouveau sourire, la jeune femme se mordit les lèvres, mais ne lui laissa pas tellement le temps de respirer pour rétorquer. C'était presque une question de fierté, à ses yeux, d'avoir toujours une réponse cinglante à offrir. « Je vous ai invité à regarder un film d'amour dans ma chambre après les heures de visites, vous pensiez que c'était quoi ? » Loin d'être un rancard, en tout cas, contrairement à ce qu'elle laissait entendre. Pour ceux dont la vie ne tenait pas à un fil, peut-être que tout était une question d'amour. Casey avait été comme toutes les jeunes femmes de son âge fut un temps. Le cancer remettait les choses en perspective, très clairement et s'attacher à quelqu'un qu'il faudrait quitter, la preuve d'un égoïsme qui lui échappait totalement. Raison pour laquelle elle n'insista pas sur cette voie, certainement, préférant jouer une fois de plus à la jeune femme exigeante en s'inquiétant de savoir si la pizza était encore chaude. Elle sentait bien que oui, là n'était pas la question et Nathan le savait probablement, même s'il répondait avec beaucoup de sérieux comme il le faisait toujours. Autre détail chez lui qui l'agaçait autant qu'il lui plaisait. Il était toujours entre deux eaux, sensible à son humour et voyant clairement au-delà de ses petits airs, mais continuant d'entrer dans son jeu sans qu'elle ne sache trop pourquoi. Personne d'autre ne se donnait cette peine, à part peut-être son frère quand il acceptait encore de venir la voir. Mais même Cillian avait fini par lui en vouloir et probablement qu'il en serait un jour de même pour Nathan.

Elle en était là de ses réflexions lorsque l'infirmier la surprit en demandant l'autorisation de s'asseoir sur son lit. D'un simple hochement de tête, Casey lui accorda ce droit et se redressa à son tour, s'asseyant en tailleur pour lui laisser un peu plus de place et se pencher à son tour sur la boite de pizza, prenant une part en faisant la grimace. Il n'exagérait pas sur le nombre improbable de suppléments, elle ne mangerait certainement pas plus d'une part, mais c'était bon. Meilleur que la soupe qu'on lui avait servi des heures plus tôt et à laquelle elle avait à peine touchée. Il lui expliqua finalement les raisons de son retard et, mangeant en silence, Casey ne put retenir un nouveau signe d'exaspération en roulant des yeux. Ce mec, sérieusement... « Vous pouvez rester. » lâcha-t-elle quand même, évitant de commenter le fait qu'il se faisait vraiment avoir en bossant dans ce service, où on lui refilait tous les patients difficiles. Et il le faisait, sûrement avec le sourire par dessus le marché. Incroyable. « Même si j'ai du mal à croire que vous n'ayez rien de mieux à faire un samedi soir que de regarder un film avec une cancéreuse. Je vous donnerai quelques adresses, faut que vous sortiez un peu et que vous vous fassiez des amis ou que vous trouviez une copine. » reprit-elle, plus légèrement, presque sur le ton de la conversation. « J'parie que vous n'êtes même pas aller faire un tour au cinéma en plein-air... » Elle le jaugea un instant, prétendant chercher quelque chose dans son apparence qui prouverait ses mots, mais renonça rapidement à cet exercice ridicule qui la fatiguait beaucoup trop. « C'est quoi, votre truc ? Les bars, les clubs, les grands espaces verts ? » s'enquit-elle, comme si elle avait réellement l'intention de lui conseiller des endroits où sortir et faire des rencontres. Ce qui n'arriverait probablement pas, si elle était un peu honnête. Un mec aussi gentil, qu'elle imaginait plutôt agréable à regarder quand on pouvait le faire sans se taper une migraine derrière, il se trouverait quelqu'un en un rien de temps et plus personne ne viendrait passer son samedi soir avec elle. Peut-être qu'elle était un peu plus égoïste qu'elle n'aurait voulu l'admettre, finalement.
code by bat'phanie

________________________________________

#415742


Come Carpe Diem, Baby
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 06/02/2018
gained wars : 65
real face : Kiwi.
faceclaim : Matthew Daddario (ahiṃsā)
age : 29 ans
heart : Célibataire pour mon bien.
your job : Infirmier à l'hôpital de Maplewood depuis le 14 janvier 2018. Affecté à aucun service pour le moment.

Posté le Mer 21 Fév - 11:56

Je souriais à ses mots, il était vrai qu'en d'autre circonstances, le fait de se faire inviter pour regarder un film d'amour, dans une chambre après les visites aurait pu porter à confusion, mais je doutais qu'elle en soit au stade de vouloir se faire un infirmier, « A ma décharge je ne savais pas que c'était un film d'amour, mais rassurez-vous, la prochaine fois qu'on se retrouve seul j'aurais tout ce qu'il faut. », le ton laissait entendre que je rigolais, qu'elle n'avait pas à s'inquiéter. Finissant donc sur le lit, j'avais déjà une part pour enfin manger, lui expliquant au passage pourquoi j'étais en retard et acceptant l'idée que l'absence d'une chemise puisse lui faire refuser ma présence. Mais non, elle voulait que je reste. Avouant dans la même veine qu'elle avait du mal à croire que je n'avais rien de mieux à faire un samedi soir qu'être ici. Elle se proposa alors de me donner des adresses, pour que je sorte un peu, pour me faire des amis, que je trouve une copine. Reprenant aussitôt qu'elle pouvait parier que je n'avais pas été au cinéma de pleine air, je souris, à nouveau. Soupirant à sa dernière question, je finissais ma première part avant de me lever pour nous servir deux gobelet de soda. Buvant légèrement, je finis par répondre, « Je suis pas venu ici pour me faire d'amis, ni d'ennemis au passage, et j'ai pas le temps pour une copine. La pauvre passerait après la moitié des patients de l’hôpital. », je ne voulais surtout plus avoir quelqu'un pouvant me retenir quand j'avais une obligation, pouvant me faire faire une erreur, j'avais tué assez de personne comme ça. « Et j'avoue, j'ai pas mit les pieds au cinéma. Mais je suis pas très films aussi. », même si je regardais tout les films dont l'instrumentation avait été faites par certains maître dans le milieu. C'était tout. Les images n'avait pas grand intérêt, je préférais les livres. On pouvait arrêter à tout moment.

« Je vois bien que je vous ai déçu, vous cherchez déjà à me faire finir ailleurs qu'ici, si j'avais su avant... Je viens de gâcher toute notre histoire ! », il était toutefois vrai qu'elle mettait pas mal d'énergie pour me trouver des occupations hors d'ici, mais je n'avais de toute façon pas le temps, entre mes heures ici, avec Anya et dormir, je n'avais plus spécialement le temps pour moi. Et je ne voulais pas non plus spécialement en trouver pour moi, soyons honnête. Je n'avais pas spécialement envie de sociabiliser, j'étais gentil, avenant, mais je n'arrivais plus à supporter certaines chose, je ne pouvais pas mentir à tout le monde. Je travaillais, je travaillais bien, mais le reste. Je n'avais sans doute plus rien à perdre, mais le peu qui me restait devait suffir à me faire garder la tête sur les épaules. « Je sais le masque vient surtout de tomber, je suis associable sans ma blouse. », c'était faux, la preuve je lui parlais, mais je ne courais pas après. Car c'était mieux ainsi, mieux pour moi, mieux pour tout le monde.

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Casey O'Mara


in maplewood since : 08/02/2018
gained wars : 52
real face : Rainbow D.Ashe
faceclaim : Amber Heard (Malbe)
age : 26 ans, née le 12/02/1992
heart : Célibataire. Elle a eu quelques relations par le passé, mais est seule depuis presque 4 ans et ne s'intéresse plus du tout à ce genre de chose
your job : Sans emploi, elle a étudié deux ans à Julliard (NY) dans l'espoir de devenir danseuse étoile et est actuellement hospitalisée à temps plein à cause d'une tumeur du nerf optique et d'une dépression

Posté le Mer 21 Fév - 17:26


Never love a wild thing, Mr. Bell
Un soulagement beaucoup trop vif, d'autant plus souligné par la légère pointe de satisfaction qui l'accompagnait, traversa Casey alors que le jeune homme l'informait en beaucoup trop de mots qu'il n'était pas ici pour se faire des amis ou se trouver quelqu'un. C'était mal, elle le savait, elle avait même presque honte de ressentir cela, mais elle n'y pouvait rien. D'autant plus qu'elle ne pouvait pas se cacher derrière un béguin ridicule, il ne s'agissait là que d'un sentiment parfaitement intéressé : quelqu'un avait du temps à perdre pour lui tenir compagnie et elle ne voulait pas y renoncer pour le moment. La moitié de sa part de pizza avait été avalé avant que Nathan n'arrête de parler, ses deux dernières remarques arrachant une nouvelle pointe d'exaspération à la jeune femme, de paire avec un sourire amusé. « Vous vous trompez totalement, je m'inquiète juste de savoir ce que vous deviendrez quand je ne serais plus là pour égayer votre vie. » souffla-t-elle, pleine d'une arrogance totalement feinte. « Je sais que ça semble impossible pour l'instant de trouver mieux que moi, mais il faudra bien y songer un jour. » Elle lui adressa un grand sourire avant de retourner à sa pizza, ne cachant pas une seconde qu'elle se moquait totalement de lui. Et ça lui était égal. Peut-être qu'elle jouait un peu avec le feu, mais elle ne croyait pas. Ils s'amusaient, rien d'autre, ça dédramatisait un peu la situation et ça lui changeait les idées. Elle n'allait pas en rougir et certainement pas craindre qu'il la prenne au sérieux à force.

« Comment est-ce qu'on peut ne pas aimer les films ? » demanda-t-elle finalement, reposant sa part de pizza loin d'être terminée sur le carton. Elle laissa son dos reposer contre le mur derrière son lit, son regard fuyant toujours son interlocuteur. La question était pourtant sincère, elle ne comprenait vraiment pas le concept et la curiosité teintée de surprise s'entendait dans sa voix. D'autant plus qu'il avait quand même accepté de venir voir un film avec, là. Alors pourquoi se donner cette peine si le film ne l'intéressait même pas ? Au moins, ça expliquait sans doute qu'il ne l'ait jamais vu avant. « Je peux comprendre que les vieux films d'amour des années 60 ne soient pas votre truc, mais le choix est tellement large... » continua-t-elle, donnant presque l'impression de parler toute seule, désormais. « Vous êtes vraiment quelqu'un de spécial, vous savez ? » Et là encore, elle était parfaitement sincère et, même si ça ne sonnait probablement pas comme tel en ce moment, il s'agissait bien d'un genre de compliment à ses yeux. Quoi qu'elle aurait sûrement trouvé n'importe qui acceptant de lui adresser la parole comme intéressant, ces temps-ci. « C'est quoi, votre passion, alors ? Vous n'allez pas me faire croire que rien ne vous intéresse au monde autre que la vie de vos patients. Je vais commencer à me sentir vraiment triste pour vous, à force. » Ou plutôt assez agacée, si elle devait être honnête. Cet homme qui gâchait ainsi sa vie à traîner dans un hôpital vingt-quatre heures sur vingt-quatre alors qu'il avait l'immense chance d'être en bonne santé et autorisé à sortir de là comme il le voulait... Et au lieu de ça, il s'enfermait ici avec les autres malades. Quand on se plaçait du côté de Casey, ça ressemblait presque à un crime.
code by bat'phanie

________________________________________

#415742


Come Carpe Diem, Baby
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 06/02/2018
gained wars : 65
real face : Kiwi.
faceclaim : Matthew Daddario (ahiṃsā)
age : 29 ans
heart : Célibataire pour mon bien.
your job : Infirmier à l'hôpital de Maplewood depuis le 14 janvier 2018. Affecté à aucun service pour le moment.

Posté le Mer 21 Fév - 22:32

Je me trompais ? Elle faisait ça par pure altruisme en soit, elle voulait simplement que je ne m’ennuie pas quand elle partirait, quelqu’un pour égayer mes journée en soit. Secouant légèrement la tête, je finis par lui répondre, sans me détacher de ce jeu, « Je ne pense pas trouver un jour quelqu’un pouvant vous remplacer, je serais donc condamné à pleure les jours heureux que nous aurons partagé. », mais elle n’allait pas mourir pas vrai ? Sinon elle ne tiendrait pas ce genre de discours, elle ne serait pas ainsi. Finissant par avouer ne pas être très films, elle sembla s’en offusquer. Que je ne connaisse pas les vieux films d’amour, passons, mais il y avait bien d’autre films. C’était sur, mais je suppose que je ne voyais pas l’intérêt de voir lorsqu’il y avait bien plus à entendre. Je n’allais pas donner cet argument bien évidemment, mais l’idée était là. Simplement, je ne pouvais pas l’utiliser. Quelqu’un de spécial ? « Ça fait dragueur si je dis que tout le monde est spéciale ? », en bien ou en mal d’ailleurs. Mais elle l’était elle, elle n’était comme personne d’autre, bien plus que moi d’ailleurs. Et puis une question. Une simple question qui me plongea dans un silence un peu trop long. Ce métier n’avait rien d’une passion, comment l’être quand la musique avait bercé vos jours ? « Rassurez-vous, car même si j’adore prendre du sang, j’en fais pas une passion. », répondis-je un peu plus éteints que je ne l’aurais voulu. Je devais me reprendre, sinon je n’allais pas lui échapper longtemps.

« Mais j’ai passé des journées à jouer du piano, juste par plaisir. », pas que aussi, mais c’était ce qui m’avait poussé à commencer. Je ne parlais plus de musique, j’évitais, j’éludais en générale. C’était une partie de ma vie qui m’avait couté trop cher, qui m’avait trop prit. Alors je préférais changer de sujet, revenant vers elle au risque de mettre moi aussi les pieds dans le plats. « Le cinéma c’est une passion ? Ou juste un passe temps nécéssaire socialement ? », demandais-je avec une pointe d’ironie. Je doute qu’elle se conforme aux attentes sociale, loin de là même, il y avait sans doute bien d’autre raison, mais le cinéma pouvait-être une raison, une passion. Une bonne passion aussi, il y avait sans doute bien des choses à travaillé, mais ça ne m’intéressait pas. Vraiment pas. Et si elle était passionné de cinéma, je me doutais bien que sa situation ne devait pas être évidente. Loin de là.

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Casey O'Mara


in maplewood since : 08/02/2018
gained wars : 52
real face : Rainbow D.Ashe
faceclaim : Amber Heard (Malbe)
age : 26 ans, née le 12/02/1992
heart : Célibataire. Elle a eu quelques relations par le passé, mais est seule depuis presque 4 ans et ne s'intéresse plus du tout à ce genre de chose
your job : Sans emploi, elle a étudié deux ans à Julliard (NY) dans l'espoir de devenir danseuse étoile et est actuellement hospitalisée à temps plein à cause d'une tumeur du nerf optique et d'une dépression

Posté le Jeu 22 Fév - 2:19


Never love a wild thing, Mr. Bell
Le silence qui suivit la question de Casey s'étirait tellement en longueur qu'elle commençait à s'impatienter. Elle lui avait simplement demandé ce qu'il aimait faire au-delà de son métier, pas de lui filer son numéro de sécu ou de l'épouser... Pourquoi cela semblait-il si difficile pour lui de répondre à cette simple question ? Loin de se douter qu'elle pouvait avoir touché une corde sensible, la jeune femme sentait seulement qu'il faudrait peut-être changer rapidement de sujet et elle s'employa aussitôt à trouver quelque chose de désagréable à dire pour ramener un peu de joie de vivre dans cette conversation. Mais avant qu'elle ne trouve quoi que ce soit, Nathan consentit enfin à lui répondre et ce fut à son tour de se retrouver sans voix un instant. Beaucoup moins long, cela dit. Du piano ? Un sourire parfaitement involontaire la gagna, qu'elle se força à faire disparaître aussi vite. « J'adore le piano. » souffla-t-elle tout aussi machinalement qu'elle avait souri. Cela lui rappelait malheureusement les jours heureux où elle pouvait encore danser au son de l'instrument et imprimait au passage un air triste sur son visage. Et comme s'il n'avait pas fait assez de mal comme ça, l'infirmier lui renvoya bientôt sa question. En quelque sorte. « Disons que c'est plus ou moins la seule chose que je puisse faire ici. » Quoi que même ça, ce serait bientôt terminé pour elle.

Toute cette conversation menaçait de devenir déprimante, raison pour laquelle Casey décida qu'il était temps d'y mettre un terme. Elle secoua les épaules une seconde, se forçant à sourire de nouveau. « Mais ce que j'aime dans le film de ce soir, c'est l'histoire, New-York et Holly Golightly ! Et je suis sûre que même un rabat-joie cinématographique dans votre genre appréciera. » Elle se tourna un instant pour chercher à tâtons la boite du DVD sur sa table de chevet, la tendant au jeune homme quand elle lui fit face de nouveau et se tassa finalement un peu plus dans son lit, s'appuyant sur la barrière remontée sur sa droite pour laisser plus de place à sa gauche. « On le lance ? » demanda-t-elle faussement enjouée. « Vous pouvez abuser encore un peu de mon lit, mais gardez vos mains où je peux les voir. » ajouta-t-elle en attrapant le popcorn posé devant elle, s'esclaffant légèrement à cette plaisanterie qu'elle serait la seule à comprendre. Au moins parvenait-elle encore à en rire. Pour l'instant. Et en attendant que Nathan ne s'active pour lancer le film et s'installer, elle osa même lever les yeux sur l'écran de télévision fixé sur le mur d'en face. Ça aussi, c'était profondément déprimant, mais dès que le film serait lancé, elle pourrait fermer les yeux sans qu'il ne le remarque et elle se raccrochait à cette idée pour ne rien laisser paraître.
code by bat'phanie

________________________________________

#415742


Come Carpe Diem, Baby
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 06/02/2018
gained wars : 65
real face : Kiwi.
faceclaim : Matthew Daddario (ahiṃsā)
age : 29 ans
heart : Célibataire pour mon bien.
your job : Infirmier à l'hôpital de Maplewood depuis le 14 janvier 2018. Affecté à aucun service pour le moment.

Posté le Ven 23 Fév - 15:58

Qui n'aimait pas le piano ? Personne. L'ambiance c'était alourdit, pas besoin d'être un génie pour le comprendre. Si elle avait touché une corde sensible j'en avais touché une autre. Il était préférable que l'on change de sujet, et elle le comprit, expliquant donc ce qu'elle aimait dans le film, elle m'assurait que le film me plairait malgré mon absence d'enthousiasme filmique. Saisissant la boite, je sortais du lit pour mettre le dvd à sa place, « On verra bien… ». Lançant alors le film, je revenais vers elle pour constater qu'elle avait laissé de la place à côté d'elle. Je n'aurais pas du, soyons honnête, mais je ne travaillais pas et c'était juste un film non ? « Je suis pas si gros faut pas abuser. », soufflais-je en réponse avant d'en effet venir m'asseoir à côté d'elle, tuant une nouvelle part de pizza alors que le film se déroulait devant moi. Plusieurs fois, j'avais quitté l'écran pour la regarder elle. Sans artifices, la rage de rester humaine bien encré à la peau. Je l'imaginais partout sauf ici. Elle avait l'air beaucoup trop sauvage. Finalement, alterner le film et mes observations n'étaient pas la meilleure idée au monde car lorsque le générique fit finalement son entrée, je n'avais guère retenu grand chose. Si ce n'est peut-être la musique qui résonnait naturellement dans mon esprit.

J'avoue que du coup, j'étais un peu partagé sur le film, le moment n'a pas été désagréable, mais ce n'était clairement pas ce genre de chose qui m'inspirait. J'avais pas comprit toutes les étapes, mais l'amours véritable ? Cesser de porter un masque ? Quand on était une personne horrible, c'était un minimum en réalité. Quand votre personnalité était si nocive pour ceux que vous aimez, il faut parfois arrêter de courir après la réalité non ? Enfin j'avoue que je n'étais pas assez callé en film pour me laisser aller à des explications. Sortant finalement du lit, j'allais retirer et ranger le dvd là ou elle l'avait prit par réflexe. « J'ai pas envie d'être rabat joie, mais je suis pas certain d'avoir saisit tous les trucs cool. Donc vous pouvez me juger. », la logique aurait été de partir, mais à la place je retrouvais ma place au bout de son lit. Non pas que sa proximité était dérangeante, simplement, je me voyais mal y retourner sans raison. « Je sais pas, mais il manque une vrai musique au film, quelque chose peut-être d'un peu plus insolent, là la musique est attendu, ça arroche pas l'oreille. », finis-je par livrer. Comme pour me justifier. Mais une bonne musique accroche l'esprit. Si la musique avait été cool, je n'aurais pas passé plus de temps à la regarder elle que l'écran. Enfin bref, il fallait pas que je parle de musique. Ca ne servait à rien.

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Casey O'Mara


in maplewood since : 08/02/2018
gained wars : 52
real face : Rainbow D.Ashe
faceclaim : Amber Heard (Malbe)
age : 26 ans, née le 12/02/1992
heart : Célibataire. Elle a eu quelques relations par le passé, mais est seule depuis presque 4 ans et ne s'intéresse plus du tout à ce genre de chose
your job : Sans emploi, elle a étudié deux ans à Julliard (NY) dans l'espoir de devenir danseuse étoile et est actuellement hospitalisée à temps plein à cause d'une tumeur du nerf optique et d'une dépression

Posté le Ven 23 Fév - 23:26


Never love a wild thing, Mr. Bell
Pendant les cinq premières du film, Casey garda les yeux ouverts et le nez levé vers l'écran de télévision, se permettant tout juste de se laisser tomber un peu plus confortablement contre le morceau d'oreiller dans son dos. La présence de Nathan aussi proche d'elle dans le lit ne lui faisait pas grand chose, c'était juste... inhabituel et elle avait un peu peur de le frôler par erreur et de créer un nouveau malaise sans le vouloir. Mais cette pensée lui échappa rapidement alors que le film continuait de se jouer et qu'elle abandonna totalement. Elle finit par fermer les yeux, essayant de se convaincre qu'il serait trop occupé à adorer le film pour faire attention à elle et se surprit un peu trop souvent à réciter à voix basse les dialogues en même temps qu'ils les entendaient, preuve qu'elle suivait quand même sans avoir besoin de voir ce qui se passait sur l'écran. Elle s'accorda même le droit de se laisser aller plus confortablement contre le matelas, son épaule collée contre celle de l'infirmier ne devenant rapidement plus qu'une légère impression.

Malheureusement, les presque deux heures que duraient le film arrivèrent finalement à leur fin et Casey se força à rouvrir les yeux quand elle sentit Nathan bouger pour se lever. Il ne perdit vraiment pas de temps à ranger le DVD et à revenir s'installer au pied du lit pour lui faire ses commentaires sur le sujet. Et effectivement, elle le jugeait vraiment beaucoup, incapable de comprendre comment il pouvait ne pas avoir aimé. C'était décevant, sincèrement... « Vous me brisez le cœur, Nathan, vraiment. » souffla-t-elle pourtant avec humour. « Ce premier rendez-vous est un vrai désastre. Arriver en retard, sans chemise et ne pas aimer mon film préféré... Je ne sais pas comment vous allez vous rattraper pour tout ça, mais j'espère que vous êtes du genre créatif. » Ce qu'il disait du film continuait pourtant de lui tourner en tête. Il aimait vraiment beaucoup la musique, celui-là, hein ? « Alors, c'est ça votre passion, finalement. » souffla-t-elle dans un sourire. « Vous composez aussi, pas vrai ? » Il fallait plus qu'un goût pour la musique et une bonne oreille pour faire ce genre de commentaire, il fallait de la technique, de vraies connaissances. Du moins, d'après ce qu'elle avait appris des quelques musiciens qu'elle fréquentait autrefois à Julliard. Mais les artistes se prenaient un peu trop souvent pour des gens incroyables et importants, elle n'excluait pas qu'ils se soient tous vanté plus que de raison. « Vous ne jouez que du piano ? » Elle aurait bien voulu l'entendre jouer, mais difficile de faire entrer un piano dans l'hôpital, malheureusement.
code by bat'phanie

________________________________________

#415742


Come Carpe Diem, Baby
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 06/02/2018
gained wars : 65
real face : Kiwi.
faceclaim : Matthew Daddario (ahiṃsā)
age : 29 ans
heart : Célibataire pour mon bien.
your job : Infirmier à l'hôpital de Maplewood depuis le 14 janvier 2018. Affecté à aucun service pour le moment.

Posté le Lun 26 Fév - 10:42

Vraiment ? Je lui brisais le coeur à cause d’un DVD ? Non, mais je pouvais comprendre, pendant tout le film je l’avais vu souffler les répliques les unes après les autres. Je pouvais comprendre, toutefois, elle m’arracha un sourire lorsqu’elle lista tout ce qui n’avait pas été dans ce rendez-vous. Du retard, à la chemise, en passant par mon inaptitude à aimer son film. J’allais devoir être créatif pour me rattraper donc ? « Vous avez oublié le fait que j’avais pas comprit qu’il s’agissait d’un rendez-vous. », ce qui me semblait-être le coeur du problème en vérité. Nous étions bien évidemment dans un jeu, je doutais sincèrement qu’elle ai espéré qu’il puisse se passer quoi que ce soit. Je l’appréciais certes, malgré son caractère de merde, mais je ne me voyais pas abuser de sa faiblesse, et puis de toute façon, aimer, sortir avec quelqu’un, c’était juste un bon moyen de se rajouter un peu plus de douleur quand l’autre partait. Rien de plus. « On va dire que j’ai mal vu le film, je paris que je peux l’aimer si j’insiste ! », oui c’était mon expression de la créativité, on ne me juge pas. Je n’insistais toutefois pas, à tort sans doute, car il fut question de ma véritable passion, la musique. Sentant à nouveau ma gorge se nouer, j’avais détourner les yeux lorsqu’il fut question de composition, puis de piano. Si seulement. Je ne voulais pas que le silence retombe, je ne le voulais vraiment pas, mais ce fut difficile, difficile de passer outre, difficile de se reprendre pour faire illusion. « Je composais beaucoup à la fac, j’avais commencé des études dans la musique, mais j’ai pas continué. Ça paie pas d’être musicien, encore moins à Stanford. », avais-je soufflé avec une pointe d’humour simulé. Je n’avais pas arrêté pour l’argent, loin de là, j’étais doué, très doué, j’aurais pu en vivre sans soucis et même si j’avais des difficulté financière, à l’époque, la musique c’était toute ma vie, j’aurais préféré me priver de repas que de vivre correctement sans musique. Car vivre sans cette dernière était un enfer dont je côtoyais les couloirs aujourd’hui.

« J’ai joué du piano, de la guitare et du violon pour être exacte. », et d’autre instruments auxquelles je n’avais pas accroché, comme le violoncelle, la basse, la batterie ou la harpe. J’avais des bases, mais il n’y avait pas autant de possibilité ici qu’avec un violon crissant, un piano dansant ou une guitare transcendant les notes. Sortant mon téléphone, j’ouvrais une application qui ne donnait rien par rapport à ce qu’un vrai piano pouvait donner, mais j’avais l’impression que ça l’intéressé, et vu que je l’avais un peu critiqué sur son film préféré, je pouvais au moins faire ça. J’enchaine quelques notes, celles du générique d’introduction du film qui n’était pas bien compliqué, juste un peu dure avec un segment unique du clavier. Mais je ne jouais que quelques notes, finissant par réaliser combien cela me fit bizarre, je m’arrêtais. Je ne savais plus jouer, pas sans repenser à elles, à leurs fiertés et à leurs vies que j’avais prit. Secouant la tête, je pris une grande inspiration avant de poser à nouveau mes yeux vers elle, « Vous aimez la musique ? », c’était bien une question con, avec la voix légèrement noué, mais m’aidant à voir les choses autrement, à me détacher. À me reprendre surtout.

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Casey O'Mara


in maplewood since : 08/02/2018
gained wars : 52
real face : Rainbow D.Ashe
faceclaim : Amber Heard (Malbe)
age : 26 ans, née le 12/02/1992
heart : Célibataire. Elle a eu quelques relations par le passé, mais est seule depuis presque 4 ans et ne s'intéresse plus du tout à ce genre de chose
your job : Sans emploi, elle a étudié deux ans à Julliard (NY) dans l'espoir de devenir danseuse étoile et est actuellement hospitalisée à temps plein à cause d'une tumeur du nerf optique et d'une dépression

Posté le Lun 26 Fév - 17:14


Never love a wild thing, Mr. Bell
Un instant, Casey craignit qu'un nouveau silence gênant ne s'installe entre eux. Elle n'avait pourtant rien fait de mal, pas vrai ? Simplement percé à jour ce que monsieur pouvait aimer faire en dehors de ses heures de travail. Tout le monde avait une passion, après tout. Elle-même ne avait eu plusieurs, fut un temps. Alors quel mal y avait-il à cela ? Mais, par miracle, le silence qui menaçait ne tomba pas vraiment, Nathan se mettant assez rapidement à souffler quelques réponses. Et pour un homme s'étant montré si bavard depuis la seconde où il était entré dans sa chambre d'hôpital quelques jours plus tôt, il était tout à coup très avare de détails. Il répondait à ses questions, certes et il confirmait ce qu'elle savait déjà, mais... Elle s'était attendue à ce qu'il en parle avec plus de passion, peut-être. Sauf qu'il n'y avait rien. Que le strict minimum, des informations claires et concises qui lui laissaient une drôle d'impression. À tel point qu'elle fut même surprise de le voir sortir son téléphone pour rejouer les premières notes de la musique du film, comme s'il acceptait de lui faire un immense cadeau dont elle ne pourrait sûrement jamais vraiment mesurer la valeur. Un sourire triste étira ses lèvres un instant alors qu'elle le regardait ranger son téléphone, elle aussi étant restée particulièrement silencieuse tout du long. Jusqu'à ce qu'il lui retourne sa question, une fois de plus. « Qui n'aime pas la musique ? » s'étonna-t-elle d'abord, se laissant quelques secondes de répit pour retrouver un ton joyeux et détaché. « Je ne suis pas vraiment une musicienne, cela dit. » reprit-elle quand elle fut certaine que sa voix ne tremblerait pas juste à l'idée de se confier.

Il était toujours tellement gentil avec elle. Honnête, aussi, même là quand visiblement, il n'avait aucune envie de l'être. Suffisamment pour qu'elle ait envie de lui retourner la politesse. « J'étais danseuse, en fait. » souffla-t-elle, beaucoup moins assurée tout à coup. « Alors forcément, la musique avait une assez grande place dans ma vie. Une ballerine ne sert à rien sans quelques notes. » Elle parvint, étonnement, à lui sourire avec sincérité. « Je venais juste de finir ma deuxième année à Julliard quand on a diagnostiqué mon cancer la première fois. Et là-bas, on était souvent en contact avec les étudiants en musique, pour monter les spectacles, les projets et tout ça. J'ai rencontré beaucoup de musiciens et de compositeurs en seulement deux ans... » Elle laissa le silence retomber sur ces mots, prenant quelques secondes pour chasser ses souvenirs de New-York aussi loin que possible. Aucun besoin de penser à tout cela maintenant. C'était un passé, révolu pour de bon et depuis longtemps, un passé dont elle avait déjà fait son deuil, même si ça ne se voyait pas toujours très bien. « Je vous aurais bien fait une démonstration moi aussi, mais ça fait bien quatre ans que je n'ai pas dansé et je doute d'avoir encore ce qu'il faut pour ça, surtout en étant à moitié aveugle. » Elle passa une main dans ses cheveux pour chasser le malaise qui commençait à la gagner, légèrement surprise d'avoir réussi, pour cette fois, à être la plus bavarde des deux. La nervosité, sûrement, ce qui expliquait aussi qu'elle ne se laissa pas le temps de réfléchir avant de reprendre rapidement, comme pour faire fuir toute pitié sur le visage du jeune homme avant qu'elle n'ait le temps d’apparaître : « Mais je vous promets que si on me laisse un jour sortir d'ici sur mes deux pieds, vous n'y échapperez pas. Je vous emmènerais danser toute la nuit, que ça vous plaise ou non. Vous me devez au moins ça après cette soirée désastreuse. »
code by bat'phanie

________________________________________

#415742


Come Carpe Diem, Baby
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 06/02/2018
gained wars : 65
real face : Kiwi.
faceclaim : Matthew Daddario (ahiṃsā)
age : 29 ans
heart : Célibataire pour mon bien.
your job : Infirmier à l'hôpital de Maplewood depuis le 14 janvier 2018. Affecté à aucun service pour le moment.

Posté le Mar 27 Fév - 9:41

Qui n'aimait pas la musique ? Certaines personnes, mais c'était surtout, ni aimait vraiment la musique ? Qui pouvait deviner chaque instrument, chaque accords, chaque résonnement dans l'espace. Qui pouvait ? Pas beaucoup de monde. Elle n'était pas musicienne, il ne fallait pas l'être pour y être sensible justement. Elle reprit avec un silence, elle avait été danseuse, la musique y prenait alors tous son sens si elle avait décider de l'user pour danser. Elle semblait en prise entre deux sentiments quand elle parlait, un peu comme moi, si bien que je pouvais comprendre sans avoir besoin de le dire que la maladie lui avait tout prit. Elle était à Julliard quand on lui avait diagnostiqué son cancer la première fois. Elle n'y avait passé que deux ans, mais elle avait vraisemblablement fait des rencontres importante, en tout genre aussi. Elle avait vécu au coeur de sa passions. Mais aujourd'hui, cela faisait 4 ans qu'elle n'avait pas dansé, et elle doutait d'avoir encore ce qu'il fallait pour le faire, surtout en étant à moitié aveugle... Et avant que je n'ai pu en placer une, elle reprit, affirmant, me promettant qu'elle ne m'épargnerait pas, qu'elle m'emmerait danser toute les nuits, que je le veuille ou non. Je lui devais au moins ça. « Il faut se battre pour me torturer sur une piste de danse... », soufflais-je en faisant référence à son combat contre la maladie. Celui qu'elle refusait de mener. Elle pouvait d'ailleurs ignorer mes mots. Ce n'était pas un problème, mais je l'avais dit aussi, sans jugement.

« La maladie ne doit pas vous empêcher de danser. », soufflais-je dans un premier temps, « Je me doute bien que tout n'est pas faisable comme avant, mais... Vous n'avez jamais dansé dans le noir ? Dans une pièce vide et totalement noir ? », je risquais sans doute de la faire reculer, j'en avais conscience, mais perdre la vue ne voulait pas dire perdre sa passion. « Avec quelqu'un pouvant vous soutenir, vous pourriez danser, et si c'est dans le noir, personne pourra juger ou remarquer qu'après quatre ans votre niveau est descendu. », mais s'accorder un peu de temps pour une passion qui ne lui prendrait pas tout. La maladie la rendait faible, plus fragile, et je suppose que les vrille étaient pas recommandé. Mais tant qu'on était là pour l'aider en cas de perte d'équilibre ou autre, ca pourrait être envisagé non ? Soupirant alors,je finis par secouer la tête face à cette idée stupide, « Désolé, je voulais pas remuer de couteau dans la plaie. », finis-je par m'excuser. Je n'étais pas à sa place, j'étais simplement un infirmier, ne voyant aucune contre indication pour bouger, pour danser. Il fallait juste avoir envie, il fallait juste vouloir se battre, et je n'avais pas à lui imposer ça. Je n'avais pas à décider pour elle.Alors il était normal de s'excuser. Je doutais même qu'elle me laisse rester ici. Tout ce que je lui disais, c'était bon aussi pour moi. C'était applicable. Pourtant, j'étais incapable de rejouer sans repenser à tout ça. J'étais un crétin.

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Casey O'Mara


in maplewood since : 08/02/2018
gained wars : 52
real face : Rainbow D.Ashe
faceclaim : Amber Heard (Malbe)
age : 26 ans, née le 12/02/1992
heart : Célibataire. Elle a eu quelques relations par le passé, mais est seule depuis presque 4 ans et ne s'intéresse plus du tout à ce genre de chose
your job : Sans emploi, elle a étudié deux ans à Julliard (NY) dans l'espoir de devenir danseuse étoile et est actuellement hospitalisée à temps plein à cause d'une tumeur du nerf optique et d'une dépression

Posté le Mer 28 Fév - 15:04


Never love a wild thing, Mr. Bell
Comme tous ceux passés avant lui, Nathan avait la même réponse, parfaitement logique, à offrir à Casey. Et elle n'aimait pas ça, elle n'aimait pas ça du tout. Bien sûr, elle savait qu'il avait raison, comme tous les autres.Elle ne danserait plus jamais si elle ne se soignait pas. Mais elle ne danserait pas plus si elle se soignait, pas vrai ? Pas avec le poison qu'on voudrait lui mettre dans les veines. Et même si ça allait finalement mieux, ce ne serait que jusqu'à la prochaine fois. Alors à quoi bon ? « Je ne récupérerais jamais le niveau que j'avais avant. On entre pas à Julliard en étant seulement 'bonne danseuse', il faut être excellente. Et ça, ce n'est plus possible et ça le serait encore moins avec tous les traitements pour affaiblir mon corps. Vous n'imaginez pas la frustration que ça peut être. » Elle se fichait de ses excuses et de ses bonnes idées pour palier à la faiblesse de ses yeux, même si l'idée n'était pas mauvaise du tout. Elle voulait juste une vie normale et ça, elle ne l'aurait sûrement plus jamais. Elle évitait complètement son regard, maintenant. Ça n'était pas non plus la première fois qu'elle avait ce genre de conversation, même si pour la plupart des gens autour d'elle ces temps-ci, son refus de coopérer restait inexplicable. « Mais vous êtes musicien, vous deviez comprendre ce que je veux dire, non ? Comment vous réagiriez si vous n'arriviez plus à jouer comme vous le voulez, hm ? »

Pour le coup, elle ne cherchait même pas à rendre coup pour coup. Son air renfrogné, défensif, se trouvait quelque peu gâché par la curiosité sincère, la petite note d'espoir même, qui se cachait dans ses mots. Peut-être que lui, il pouvait comprendre. Qu'il connaissait cette frustration. Quelque chose n'allait pas dans sa manière d'aborder la musique, elle ne savait pas quoi et elle ne poserait probablement jamais la question. Pas ce soir en tout cas. Mais elle ne pouvait s'empêcher d'espérer que pour une fois, quelqu'un comprendrait son point de vue. « Je sais que j'ai l'air complètement irrationnelle, mais je préfère éviter d'espérer pour rien. » C'était ça, dans le fond, le vrai problème : la peur. La peur de se permettre de croire, d'espérer. De perdre des mois à souffrir et d'être encore une fois déçue. Autant laisser tomber maintenant, non ? Au moins, là, elle savait à quoi s'en tenir. Aucune mauvaise surprise à venir. Et pour l'instant, personne n'était encore parvenue à la convaincre qu'elle se trompait à ce sujet. Ni sa famille, ni aucun membre du personnel médical. Personne n'avait encore réussi à lui prouver qu'il y avait une bonne raison d'espérer ou seulement d'essayer. Nathan ne changerait pas ça, lui non plus. Il pouvait être aussi gentil et patient qu'il le voulait, un film et une pizza ne changeraient pas les choses. « Désolée. » souffla-t-elle finalement, essuyant rapidement quelques larmes qui commençaient à s'échapper malgré elle. « Il commence à se faire tard, je comprendrais si vous voulez rentrer chez vous. » Il avait tenu sa part du marché, elle n'avait rien à exiger de plus de sa part, après tout.
code by bat'phanie

________________________________________

#415742


Come Carpe Diem, Baby
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 06/02/2018
gained wars : 65
real face : Kiwi.
faceclaim : Matthew Daddario (ahiṃsā)
age : 29 ans
heart : Célibataire pour mon bien.
your job : Infirmier à l'hôpital de Maplewood depuis le 14 janvier 2018. Affecté à aucun service pour le moment.

Posté le Mer 28 Fév - 23:38

Ne jamais récupérer un niveau, ne jamais retrouver ce qu’elle avait avant. Je me doutais bien qu’être bon ne suffisait pas, mais si le niveau s’affaissé la passion ne devait pas en faire autant non ? Je ne pouvais pas dire, j’avais abandonné alors que j’étais en pleine possession de mes moyens et j’avais abandonné. En fait non, je n’étais pas en pleine possession de mes moyen. Je devais comprendre car j’étais musicien. Peut-être mais lorsqu’il fut question d’une hypothétique réaction si je ne pouvais plus jouer comme avant, je baissais un peu plus les yeux. Je savais vraiment trop bien ce que cela faisait d’essayer et de ne pourtant plus y arriver. De jouer faux car le coeur n’y était plus.  De ne pas réussir à faire ce pourquoi on était né. Ce n’était pas irrationnelle de préférer ne se laisser aucun espoir, c’était même mieux, mais elle n’était pas condamné à vivre sans, il fallait simplement se donner de la force, du courage. Sans espérer, il y avait un combat à mener, même si l’échec pouvait l’attendre. Elle s’était excusé, m’ouvrant rapidement une porte de sortie que j’aurais du prendre mais qui fut balayer par un soupire. Elle pleurait. Et j’étais sans doute responsable car je n’avais pas su faire face à mes propres responsabilité, à mes propres parts d’ombre. C’était pas le plan. « Ce qui est irrationnel c’est surtout de croire qu’il faut être le meilleur pour vivre une passion. », soufflais-je doucement. Combien de musicien pas très bon avaient trouver le chemin des studios, combien de chanteurs moyens avaient percés car ils y avaient cru ? Mais insister ne servirait à rien, et retirer le poignard qu’elle m’avait involontairement planté dans le coeur. « Je n’arrive plus à jouer comme je le voudrais. », murmurais-je simplement. On avait été beaucoup trop loin dans les confidences, ce n’était pas bon, ni pour elle ni pour moi. Et la voir pleurer ne m’aider pas. J’avais besoin d’une bière, j’en tremblais même légèrement.

« Je laisse pas des filles tristes derrière moi, c’est mauvais pour mon image. », soufflais-je la gorge encore noué, mais tentant un peu d’humour. Je n’avais aucune idée de comment faire pour détendre l’atmosphère, les choses étant sans doute déjà beaucoup trop compliqué même pour moi. Me passant une main sur le visage, elle finit sa course dans mes cheveux, trahissant une nervosité certaines. « Enfin si vous êtes fatigué je peux partir aussi. », soufflais-je finalement, c’était bien beau de pas vouloir laisser là situation s’empirer, mais si c’était pour faire pire que mieux… Il n’y aucun intérêt un plus gros malaise. Et puis il était tard, elle devait-être épuisé, surtout maintenant, quoi que la laisser là seule après ça… C’était stupide, il fallait l’avouer. Tout était stupide ici, du simple fait qu’on est parlé de ça au fait que je sois touché par sa tristesse.  

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Casey O'Mara


in maplewood since : 08/02/2018
gained wars : 52
real face : Rainbow D.Ashe
faceclaim : Amber Heard (Malbe)
age : 26 ans, née le 12/02/1992
heart : Célibataire. Elle a eu quelques relations par le passé, mais est seule depuis presque 4 ans et ne s'intéresse plus du tout à ce genre de chose
your job : Sans emploi, elle a étudié deux ans à Julliard (NY) dans l'espoir de devenir danseuse étoile et est actuellement hospitalisée à temps plein à cause d'une tumeur du nerf optique et d'une dépression

Posté le Jeu 1 Mar - 12:06


Never love a wild thing, Mr. Bell
Casey avait définitivement réussi à détruire le bavard qui se cachait – très mal – dans cet homme. Elle s'en voulait un peu, mais ça n'était pas tellement sa faute, si ? C'était lui, qui avait commencé, lui qui avait osé lui dire qu'il fallait se battre. Le psy qui venait la voir toutes les semaines n'arrivait pas à lui faire comprendre ça, alors pour Nathan y serait-il parvenu ? Ils entretenaient un dialogue de sourds à demi-mots et la jeune femme n'était pas sûre d'aimer ça. Elle pouvait bien se plaindre autant qu'elle voulait qu'il ne s'arrête presque jamais de parler, en ce moment, elle aurait voulu qu'il le fasse. Mais au moins, il semblait comprendre. Au moins un peu. Et c'était bon à savoir, même si ça n'effaçait pas le malaise qui s'était installé, au point qu'il proposa à son tour de partir, à peine une seconde après avoir réussi à tirer un léger sourire à Casey en admettant vouloir rester. « Je ne suis pas fatiguée. » lança-t-elle presque trop vite pour que ça semble vraiment naturel, se redressant rapidement comme si elle cherchait à le retenir physiquement. Elle ne voulait pas rester seule non plus maintenant. Pas avec toutes les pensées affreuses qui l'assaillaient à cause de cette conversation. « Restez encore un peu. » Elle ne savait pas trop s'il s'agissait d'une demande ou d'une exigence, même la façon dont elle l'avait dit flirtait entre les deux possibilités. Mais au moins, il ne bougeait pas et elle préférait cela comme ça.

Elle se força à sourire, effaçant pour de bon les traces de larmes sur ses joues. Pleurer, c'était non. Elle avait dépassé ça, vraiment, elle avait fait son deuil de sa vie. Plus de larmes, plus de conversation désastreuse. Mais quoi, alors ? De quoi pouvaient-ils parler maintenant qu'elle avait tout gâché ? Casey s'offrit quelques secondes pour y penser, pour chercher désespérément quelque chose à dire qui ne finirait pas par mal tourner. Mais ils ne se connaissaient pas, après tout, impossible de se lancer dans une conversation personnelle sans prendre le risque que ça n'arrive. Tant pis pour le personnel, alors. « Alors, où est-ce que vous en êtes avec votre affectation ? L'oncologie vous plaît ? » demanda-t-elle, retrouvant doucement son ton plus détaché. « Vous pensez vouloir rester là à vous occuper de nous autres pauvres cancéreux ou on va bientôt devoir se passer de votre agaçante naïveté ? » Elle redevenait un peu plus elle-même, ou au moins celle qu'elle prétendait être au quotidien. Joyeuse et caustique. Ça n'était pas encore parfait, mais avec un peu de chance, Nathan retrouverait sa nature lui aussi et l'abreuverait de paroles si elle se cantonnait à lui poser des questions sur son travail, comme il le faisait sans arrêt. Elle se demanda une seconde si lui aussi portait un masque quand il était comme ça. Il cachait des choses, comme tout le monde sans doute. Ils avaient chacun leur part d'ombre, mais à quel point ? Elle aurait voulu le découvrir. Mais pas ce soir, ce soir elle voulait seulement qu'il lui parle.
code by bat'phanie

________________________________________

#415742


Come Carpe Diem, Baby
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
“ Contenu sponsorisé ”
Posté le

Revenir en haut Aller en bas
 
Never love a wild thing, Mr. Bell (Cate)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» aerdala futur panda air sur hécate
» All thing zombie
» love and hate
» CASQUE BELL
» « Visite, mais surprise... » {T. Bell}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie HJ :: Archives :: RPs-
Sauter vers: