AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 "one, two, three, drink" charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


in maplewood since : 06/02/2018
gained wars : 65
real face : Kiwi.
faceclaim : Matthew Daddario (ahiṃsā)
age : 29 ans
heart : Célibataire pour mon bien.
your job : Infirmier à l'hôpital de Maplewood depuis le 14 janvier 2018. Affecté à aucun service pour le moment.

Posté le Jeu 15 Fév - 14:27

C’était cruel de se dire que le seul endroit que je connaissais dans la ville était ce bar, ce bar et Charlie. Y retrouvant donc rapidement le chemin après une énième journée à l’hôpital, ou après le travail j’avais passé plusieurs heures au chevet de ma soeur, j’avais atterri ici, déjà bien trop attaqué par mes sentiments pour m’assurer de rentrer sobre. M’approchant du bar, je m’étais assis avant de commencer une bière pour commencer, on finirait aux alcools fort si je continuais à réfléchir. J’évitais toute conversation pour le moment, je me contentais de boire, une, puis deux, puis trois. Commandant ma quatrième bière, l’alcool commençait à taper alors que le bar se vidait. Il était quelle heure déjà ? Ah oui, bien trop tard déjà. « Un bière s’il te plait. », avais-je demandé avant de poser un billet sur le comptoir. Toujours payer d’avance, ça évité les problèmes. Les crises de nerfs aussi. Les oublies. Bon, après je n’avais pas encore assez bu pour oublier, mais dans le doute…

« Vous avez personne ce soir… », soufflais-je en regardant la salle presque vide. Ok, on était en semaine et il était passé 23 heure, en sachant que je me levais à cinq heures, j’aurais déjà du partir depuis longtemps, j’aurais déjà, du rentrer chez moi, mais à la place, je buvais une bière qui pourrait-êtres de trop à tout moment, laissant mon esprit s’emmêler les pinceaux, s’endormir, s’oublier dans des vérités différentes. C’était sans doute pour ça que je buvais, pour oublier, pour éviter de me confronter à la réalité. Pour éviter d’avoir à assumer. Et puis les gueules de bois c’était bien aussi pour ne pas penser, pour ne pas s’arrêter sur ce qui nous préoccupait. C’était toujours ça de gagné, ca en moins à vivre à faire. Des minutes de moins à souffrir avant de finir dans mon lit, avant que la journée ne recommence, que tout recommence. La douleur, la souffrance, la culpabilité, tout ce qui me brisait. Tout reviendrait. J’allais le payer, comme, chaque lendemain, mais ce n’était plus ma priorité.  

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Jeu 15 Fév - 16:54

    Une soirée qui se déroule comme une autre dans le film de ta vie. Tu prends ton service à l’heure, tu noue ton tablier à ta taille, tu sers un nombre incalculable de bières. Puis il entre d’un air morose.
    Il s’assoit en face de toi silencieux. Il commande d’un signe de la main ses bières sans prendre la peine d’adresser la parole à qui que ce soit. De toute façon il vient toujours prendre la même chose, des bières à la suite les unes des autres. Il les enchaine jusqu’à la fermeture. Au bout d’un moment sa langue se délie un peu et il passe aux alcools fort. C’est à ce moment que tu leur confisque les clés de voiture s’ils en ont. Mais lui il reste là plus ou moins silencieux. Nathan c’est ton pilier de comptoir depuis un mois. Il vient d’arriver en ville. Il bosse à l’hôpital, tu n’en sais pas beaucoup plus sur lui. Quelques infos qui tombent de temps en temps entre deux whiskys.
    Aujourd’hui c’est après sa quatrième bière qu’il lève les yeux vers toi et qu’il daigne t’adresser la parole. Au fond tu ne lui en veux pas d’être silencieux, ça fait du bien aussi. Tu le préfères à ceux qui déblatèrent trop de conneries.
    Tu lui sers sa bière et tu encaisses sa monnaie. C’est ça qui est bien avec Nathan pas de dette, pas d’embrouille, il boit et il paye.

    Il se tourne vers la salle qui a commencé à sérieusement se vider. Tu esquisse un sourire. Pas beaucoup de monde ?

    « C’est surtout que c’est bientôt la fermeture Nathan. »

    C’est vrai qu’il n’y a pas grand monde aujourd’hui et tu n’auras personnes à mettre dehors à coup de balais. Tu te sers une bière et tu passes de l’autre côté du comptoir. Tu attrapes un tabouret vide et tu t’assois à côté de Nathan. Aujourd’hui t’as envie de le faire parler un peu.

    « Je peux te poser une question ? Pourquoi t’es toujours cloué à mon bar, t’as pas une vie dehors ? T’as pas quelqu’un qui t’attend ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


in maplewood since : 06/02/2018
gained wars : 65
real face : Kiwi.
faceclaim : Matthew Daddario (ahiṃsā)
age : 29 ans
heart : Célibataire pour mon bien.
your job : Infirmier à l'hôpital de Maplewood depuis le 14 janvier 2018. Affecté à aucun service pour le moment.

Posté le Mer 21 Fév - 12:06

Le temps était une chose extraordinaire en soit. Et savoir que je le perdais ici, sur cette chaise l'était d'autant plus. Bientôt la fermeture ? C'était extraordinaire comme le temps passait vite avec une bière à la main. La regardant faire le tour pour me rejoindre et s'asseoir à côté de moi, une bière à la main, et l'envie de parler bien ancré dans l'esprit. Sans me laisser le temps de répondre à sa demande, elle m'interroge sur pourquoi je suis ici. Une vie dehors ? Quelqu'un qui m'attends ? Soupirant, je prenais une grande gorgée de bière avant de me tourner sur le bar, coude contre le contoire bouteille entre les doigts. C'était le problème des bars, les gens forçaient les discussions, l'alcool jouant aussi son rôle sans doute. « J'ai une vie dehors, mais aucune envie de rester seul chez moi. », même si j'allais devoir un jour m'occuper de tout ça, pour le moment je préférais passer mes soirées ici. Quand à si quelqu'un m'attendait... « Tu penses que j'aurais quitté Seattle pour ici si j'avais quelqu'un ? », sauf si ma copine m'aimait vraiment beaucoup et que j'avais l'offre du siècle ici. Mais c'était pas le cas, s'enterrer ici ce n'était pas un choix de coeur, enfin pas comme on l'entendait. C'était bien par amour que j'étais là, mais pour ma soeur, pas pour une femme.

Après, quand on y était né, je suppose que le choc était moins violent mais pour moi. Ca l'était. « Alors je viens boire des bières ici, en charmante compagnie aussi, parfois… », repris-je avec un sourire faussement arrogant. Je n'étais, clairement pas, le centre du monde, j'en avais conscience, mais il était parfois amusant de me faire passer pour ça. La vérité était bien qu'elle me parlait uniquement car il n'y avait plus personne à servir et que la poignet de minutes avant la fermeture devait bien être éliminé non ? 

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
“ Invité ”
Invité
Posté le Ven 23 Fév - 18:42

    Assise à côté de Nathan tu l’écoutes parler. A l’entendre il n’a personne. Et si tel avait été le cas pourquoi se serait-il enfermé dans ce trou à rat ? Ce coin paumé c’est ton refuge, c’est ici que t’a fui les merdes de ton enfance, t’es venue ici parce que tu savais que personne ne viendrait t’y chercher.
    Tu hausses les épaules.
    « Tu t’habituera, un jour ça deviendra peut-être chez toi. Ou pas… après tout »
    Après tout, tout le monde est différent. Ce n’est pas parce que toi tu t’es fait à cet endroit que tout le monde doit en faire autant. Il te semble qu’il travaille à l’hôpital, il a dû te le glisser un jour entre deux shooter. Tu l’observes du coin de l’œil. Il a l’air perdu dans ses pensées. Peut-être qu’il pense à Seattle. Chacun a ses raisons de venir s’enfiler bière sur bière et tu n’as pas envie de le faire chier. A ta place tu voudrais pas qu’on te fasse chier.
    Mais finalement il lance une petite remarque. Ah tiens, tu es de charmante compagnie. Ce n’est pourtant pas comme ça qu’on te défini d’habitude. T’es plutôt chiante comme meuf et qu’on te dise de charmante compagnie c’est rare. Tu lâches un petit rire ironique.
    « Je sais pas si je peux te retourner le compliment. T’es plutôt silencieux comme gars… Mais je crois que j’aime bien. Ça fait du bien aussi. Ça me change de ceux qui me raconte leur vie en large en travers et tous les jours ça recommence. »
    Tu te lèves et tu vas debarasser la table devant vous. Ca t’occupe les mains, ça t’occupe l’esprit parce que tu n’as pas envie de penser beaucoup plus.
    Tu retournes derrière ton bar et tu attrapes une bouteille de whisky. T’en sers deux. A quoi tu joues Charlie ?
    « Allez buvons un coup aux beaux mecs silencieux »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


in maplewood since : 06/02/2018
gained wars : 65
real face : Kiwi.
faceclaim : Matthew Daddario (ahiṃsā)
age : 29 ans
heart : Célibataire pour mon bien.
your job : Infirmier à l'hôpital de Maplewood depuis le 14 janvier 2018. Affecté à aucun service pour le moment.

Posté le Lun 26 Fév - 11:01

L’habitude, faire de cet endroit une maison, j’avais des doutes, sérieusement, mais comment le juger ? Je n’étais pas ici depuis assez longtemps pour savoir, un mois, tout au plus. Je n’avais aucune raison de juger la ville si perdu. Elle semblait la défendre, à moitié du moins. Je pouvais comprendre le charme, et ici, il y avait ma soeur, alors j’y resterais autant que je pourrais. « Le temps nous le dira. », soufflais-je avant de me perdre un peu plus dans mes pensées. Je n’avais personne, j’étais seul et ça m’allait ainsi. Je pouvais venir boire ici sans jugement, oubliant pendant quelques instants ce qui pourrait me préoccuper. La compagnie pouvant se faire charmante. Elle n’était pas sur de pouvoir me retourner le compliment. De ? J’étais en effet silencieux, mais ça ne dérangeait rarement, sauf les personnes un peu trop énergique, et elle, elle aimait bien ça. Ça lui faisait du bien, et ça changeait de ceux racontant un peu trop leurs vie. Souriant légèrement, j’avais arqué un sourcil, « Je suis pas sur que t’en ai quelque chose à foutre du nombres de patient m’ayant vomi dessus. », ajoutais-je pour confirmer qu’elle n’en aurait pas, des confidences, venant de moi. Et puis un verre de whisky apparu devant moi alors que ma bière n’était toujours pas fini. Comme un réflexe, je sortis un billet que je posais sur la table, mettant l’appoint avec, je connaissais bien trop les tarif entre nous.

Boire un coup aux beaux mecs silencieux ? Secouant légèrement la tête, j’avais prit le verre de Whisky, le buvant d’un coup avant de reposer le verre sur la table, les yeux légèrement plissait au passage de l’alcool brulant dans ma gorge. Si j’étais pas bourré après ça. « Tu sais, faut pas dire aux mecs qu’ils sont beaux, après ils se croient au dessus du communs des mortels. », du moins à une époque, me dire ça aurait pu lui assurer une fin de soirée un peu moins habillé, mais maintenant, j’étais un peu moins chaud sans doute. Plus raisonnable, moins dans la confrontation physique. Vieillir ou avoir perdu ma famille car j’avais passé trop de temps à boire et a coucher avec ma copine de l’époque, choisissez, mais j’étais plus calme. Je sais que j’avais couché avec des gens depuis, avec des femmes surtout, mais je n’avais que de vague souvenir, leurs prénoms m’étaient inconnu pour la plus part, je pouvais juste retrouver les couleurs de cheveux, même pas les visage si jamais la soirée c’était éternisé. J’étais une épave.

________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
“ Contenu sponsorisé ”
Posté le

Revenir en haut Aller en bas
 
"one, two, three, drink" charlie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CharlIE :)) dans un beau pull rouge tricoté par Nadine :) Page 2 et 3 :)
» Drink team : Campagne Terminator Falling Hope
» JE SUIS CHARLIE
» [Stephen Chbosky] Le Monde de Charlie
» Je suis Charlie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie HJ :: Archives :: RPs-
Sauter vers: