AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Who's the most southern between you and me ? | Arthur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Mimi Thomas


in maplewood since : 25/01/2018
gained wars : 84
real face : .
faceclaim : taylor lashae (meteors.)
age : 17 ans
heart : célibataire.
your job : lycéenne

Posté le Ven 26 Jan - 21:55

Mimi pouvait se targuer d'être une femme d'affaire du haut de ses dix sept ans, oui elle menait son business à la perfection. Son blog Mimilicious était devenu un vrai repère à connasses en recherche d'approbation et surtout d'inspiration, des êtres faibles à qui Mimi aimait dicter son style. Les choses étaient malgré tout plus aisées lorsqu'elle vivait à Portland, la ville était grande et regorgeait de petites adresses qu'elle énumérait à ses followers. Maintenant qu'elle vivait à Maplewood, c'était plus compliqué d'alimenter son blog de posts intéressants. Mais elle s'était surprise avec une idée géniale repêchée sur Youtube: l'Urbex. Une pratique qui consistait à se rendre dans des lieux abandonnés et les explorer, le plus souvent de nuit. Si les boutiques de vêtements n'étaient pas très développées dans sa nouvelle ville, les taudis eux l'étaient. Armée d'une caméra frontale et d'une autre perchée sur un selfie stick, Mimi avait décidé d'aller visiter un entrepôt abandonné. C'était dimanche soir, sa première rentrée au lycée avait lieu le lendemain et malgré tout le mal qu'on pouvait en dire, Mimi avait fait le choix de passer sa nuit dans le Southside plutôt que son lit.

L'entrepôt désaffecté était des plus miteux. Elle qui était si fière et sûre d'elle, en temps normal, l'était beaucoup moins en ce lieu. La peur d'attraper le tétanos en posant en enfonçant ses baskets Nike sur un clou rouillé ou de se faire violer par un SDF alcoolisé étaient au centre de ses préoccupations, mais elle n'en laissait rien paraître à ses abonnés qui la suivaient en direct sur Periscope. « Merci Jeny8953, il vient de la dernière collection Mac » dit-elle dans un sourire radieux à l'une des spectatrices qui la complimentait sur son rouge à lèvre. Mimi chuchotait, elle ne voulait pas attirer l'attention. A fur à mesure qu'elle avançait de pièce en pièce, elle tomba sur quelqu'un dont elle ne voyait que le dos. Prise de panique, elle se cacha dans un placard sans penser aux bestioles qui auraient pu élire résidence à l'intérieur. « Je viens de voir un clodo avec un bonnet usé... » chuchota-t-elle, peut-être pas assez bas (a) à l'intention de ses fans qui se demandaient pourquoi tant de mouvements. Son coeur battait la chamade, il était peut-être là son SDF alcoolisé. Angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Sam 27 Jan - 18:09

Les soirs se suivent et se ressemblent pour moi. Tous les soirs, ou presque, depuis un an, j'enfourche ma moto, traverse le pont et rejoins le Southside, mon vrai territoire. Celui où j'ai grandi, celui qui me ressemble, celui où la population me ressemble. Mais aussi, celui où l'argent rentre le mieux. Oui, certes, les p'tits gosses de riches se mettent à jour les caïds et donc cherchent des dealeurs pour leur soi-disant dose quotidienne, mais dans l'fond, ils ne seront jamais aussi fidèles que ceux du Sud. On a grandi avec, on en consomme, on en vend, on en partage entre amis. On vit avec ça, depuis toujours. La drogue. Et au cas où vous ne l'ayez pas compris, comme pas mal de gosse de chez moi, j'en vends. C'est donc avec ma sacoche bien fournie que j'traverse encore ce soir la rivière, pour rejoindre ma planque et y retrouver mes clients. Trois, ce soir, normalement. Ma planque, c'est une baraque abandonnée. Un entrepôt plutôt. Un des bâtiments délabrés parmi tant d'autres dans le Southside. Ca sert à rien de réparer dans ce coin de la ville de toute façon, n'est-ce pas Madame le Maire ? Faut pas s'étonner qu'on fasse les cons après...

Bref. Ce soir, tout se passe comme prévu, les trois gars défilent comme contenu, à la bonne heure, avec le fric et repartent avec leur dose. Tout le monde est content. Ils vont passer ce qu'ils considèrent être une bonne soirée et moi j'aurais d'quoi subvenir à mes besoins sans demander quoi que ce soit au type qui m'sert de beau père. Mais ce soir, alors que j'compte mes billets dans l'fond de ma sacoche, j'entends des pas et des chuchotements dans mon dos. Je n'ai pas oublié de clients, je le sais. Des chuchotements dans ce genre d'endroit, à cette heure-ci, c'est jamais bon signe... J'me retourne instantanément et me dirige vers le placard duquel vient le bruit. Quel gars dangereux se planque dans un placard, sérieusement ? Mais on n'est jamais trop prudent. J'range les billets dans la sacoche et en sors à la place le couteau sans lequel je ne pars jamais.. Bah quoi ? Et encore j'ai pas le flingue ce soir, ne vous plaignez pas. Je tape un coup de pieds dans la porte en bois du placard de manière à l'ouvrir par effet rebond et tombe nez à nez avec une meuf, accroupie, une caméra collée sur la gueule. " Qu'est-ce tu fous là ?! " Réflexe numéro un. Réflexe de surprise. Je ne m'attendais pas à trouver ce genre de personnage à ce genre d'endroit... Deuxième réflexe ? Foutre un violent revers de la main sur sa caméra frontale, la faisant valser dans le fond du placard. Hé, j'suis en train d'vendre de la drogue j'vous rappelle. Je ne sais pas qui est cette meuf. J'compte pas m'faire chopper à cause d'une aventurière à la recherche de sensations. " J'attends une réponse ! " Je réalise à ce moment là que j'la pointe encore avec mon couteau, ce qui, vu le spécimen, ne semble pas nécessaire. Je referme alors l'engin, espérant avoir plus facilement une réponse de sa part.

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mimi Thomas


in maplewood since : 25/01/2018
gained wars : 84
real face : .
faceclaim : taylor lashae (meteors.)
age : 17 ans
heart : célibataire.
your job : lycéenne

Posté le Sam 27 Jan - 19:01

Mimi se rendait bien compte que commenter ses péripéties de vive-voix à ce stade n'était pas un choix très judicieux. Le plus raisonnable était de les commenter par écrit via le chat de l'application Périscope et tâcher d'être la plus discrète possible pour ne pas attirer l'attention du présumé SDF. De toute façon, il devait être tellement bourré que son impair précédent n'avait pas dû la mettre trop en danger. De ses longs doigts fins toujours impeccablement manucurés, la brunette commença à écrire un message pour donner l'adresse du lieu où elle se trouvait. En cas de pépin. Son cœur battait à toute allure, mais elle n'eut pas le temps de finir son message que la porte du placard, où elle avait refuge, s'ouvrit avec grand fracas. Mimi était à présent nez-à-nez avec son SDF qui n'en avait plus trop l'air. Quand sa main vint violemment déloger sa caméra frontale, Mimi crut mourir. Le type n'était pas du tout rassurant, il l'était encore moins avec son couteau pointé sur son joli visage. La blogueuse, dont la mission Urbex était en train de très mal tourner, fut incapable de répondre quoique ce soit. La bouche ouverte telle une carpe, le rouge à lèvres MAC en supplément, elle cherchait quoi répondre mais toute sa concentration était principalement focalisée sur le canif. Incapable de sortir un mot, elle regardait la pointe du couteau comme si elle n'allait pas tarder à entailler ses pommettes que tout le monde lui enviait.

Le mec insista à nouveau, lui répétant qu'il attendait une réponse et eut l'excellent idée de ranger son couteau. L'arme blanche prête à lui lacérer le visage hors d'état de nuire, Mimi se sentit tout de suite plus soulagée. Le garçon semblait avoir son âge, donc elle pouvait se tranquilliser sur l’hypothèse du vieil SDF cirrhosé et en rûte. Enfin pour ce qui était de l'âge, le reste avait encore des chances de s'avérait exact (a). « Je.. » commença-t-elle la voix tremblante, avant de se racler la gorge pour se donner un peu de constance. Sa mère lui avait toujours appris que pour éviter de se faire mordre par un chien, il fallait contrôler sa peur. Peut-être qu'il en était de même avec la racaille du Southside. « Je fais un live pour mon blog mode ... » lâcha-t-elle, avant que la peur ne laisse place à la honte. Elle avait l'air plus conne que jamais à parler de son blog mode dans un placard pourri à un mec qui aurait pu la tuer , comme on avait assassiné Sara Baker, si il en avait eu l'envie. Gorgée d'une assurance soudaine par ce qu'elle s'apprêtait à lui dire, elle reprit avant qu'il ne puisse réagir à la raison de sa présence « Et d'ailleurs, si tu tentes quoique ce soit sur moi, tu vas t'en mordre les doigts car il y a actuellement 1400 personnes qui nous suivent en direct... » dit-elle avant de prendre son téléphone pour lui montrer l'application qu'elle n'avait pas consulté au préalable et qui n'enregistrait plus. Toute orgueilleuse, dans l'ignorance totale que ce n'était à présent qu'elle et lui dont il était question, Mimi tendait son téléphone à la gueule du voyou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Sam 27 Jan - 19:59

Je lis dans ses yeux de la peur, de la surprise, de l'appréhension. Elle ne s'attendait déjà sûrement pas à tomber sur quelqu'un dans un entrepôt comme celui-ci, alors encore moins sur un gars sombre avec un couteau dans la poche. Qu'est-ce qu'elle fout là avec son rouge à lèvres et ses yeux de biche ? Qu'est-ce qu'une meuf dans son style fait sur mon territoire ? Elle n'est pas en train d'faire une soirée pyjama avec ses copines ou en pleine soirée débauche avec ses potes bourges autour de la piscine ? Comment est-elle arrivée là ? Après maintes hésitations, et un "Je..." sorti timidement, elle finit par m'expliquer qu'elle est là pour son blog mode. Sérieusement ? Son blog mode ? Je vends d'la drogue à des mecs instables, en sursis pour la plupart, avec potentiellement un flingue caché, et elle vient là, pour son blog mode ? Ma première réaction est de laisser échapper un rire que je ne peux retenir. Un vrai rire. J'avais peur de tomber sur un barge et je tombe sur une bloggeuse... Le monde se casse sérieusement la gueule, j'vous jure. Et le pire c'est qu'elle insiste ! Elle me tend son portable, verrouillé d'ailleurs, en me disant qu'on est suivi par 1400 personnes au cas où j'comptais la violer. Elle ne l'a pas dit clairement mais c'était ça l'idée, on le sait tous les deux. Sans me poser de questions, j'attrape son portable qu'elle tenait de sa frêle main et le met dans la poche arrière de mon jean. " Ils materont mon cul comme ça. " Et je m'éloigne du placard dans lequel était blotti la mini rebelle.

Je fais quelques pas dans la salle, en direction de l'autre côté de la pièce, d'où je venais, et sans me retourner vers elle, je lance : " Si tu racontes quoi qu'ce soit de ce que tu as vu ce soir, c'est toi qui vas t'en mordre les doigts ma jolie. " Qu'elle vienne le chercher son portable. Je compte lui rendre -enfin, peut-être...- mais je veux avant lui donner une petite leçon et lui faire comprendre que ce n'est pas dans ce genre de coins qu'elle doit trainer avec sa jolie bouille et ses joues rougies. Ses joues bien trop intactes et lisses pour se balader par ici sans protection. " Qu'est-ce qu'une bloggeuse pour ados pré-pubères vient foutre dans un coin comme ici ? T'es à la recherche de sensations fortes ? " Je lâche ces derniers mots avec un certain dédain en me retournant vers elle. Mon regard trouve le sien, elle semble clairement moins apeurée qu'il y a quelques secondes, surement rassurée de voir qu'elle est tombée sur un mec capable d'aligner deux mots et pas sur un violeur quinquagénaire en puissance. " Tu risques d'abimer ta belle gueule en trainant là. "

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mimi Thomas


in maplewood since : 25/01/2018
gained wars : 84
real face : .
faceclaim : taylor lashae (meteors.)
age : 17 ans
heart : célibataire.
your job : lycéenne

Posté le Sam 27 Jan - 21:43

On pouvait lire l'arrogance dans ses yeux, toute fière d'exhiber que 1400 personnes s’intéressaient assez à sa vie pour suivre ses mésaventures dans un taudis. Mais sa fierté se transforma vite en surprise quand le squatteur lui prit son téléphone des mains pour le glisser dans sa poche arrière, elle en était même abasourdie. La bouche entrouverte et interrogative, comme si dans son monde le vol n'existait pas. Au delà du matériel qui avait peu d'importance dans ses yeux de petite fille riche, il était surtout question de valeur affective. Voire d'intrusion dans sa vie privée. Son portable, comme tous les portables des adolescentes de son âge, était son journal de vie. Ses photos, ses messages, ses mots de passe sur les réseaux sociaux et même les calories qu'elle ingurgitait se trouvaient à l'intérieur de son smartphone. Mimi le regardait partir, elle croyait à peine qu'il la sous-estimait ainsi au point de lui piquer son téléphone et partir sans pression, comme si rien était anormal. Elle savait maintenant qu'elle n'avait pas à faire à un clodo ou un junkie, mais bien à un de ces trous du cul du Southside dont on parlait tant à Maplewood.

«Mais j'ai rien vu ! » protesta Mimi, ce qui en soit était vrai mais sonnait complètement faux dans cette situation. Elle ne savait même pas ce qu'elle aurait du voir, la seule chose qui comptait était de récupérer son téléphone et prévenir ses abonnés que tout allait bien. Non pas qu'elle se souciait vraiment de son live à ce stade de la soirée, mais surtout qu'elle ne voulait pas qu'un des abrutis qui la suivaient prévienne la police en panique. Elle semblait pas en danger, mais elle aurait de gros problème si elle se faisait chopper dans ce lieu interdit au public. « Je voulais faire une vidéo d'Urbex pour entretenir mon audience ! Mais toi et ton bonnet avez tout ruiné ! » lâcha Mimi sur un ton de mépris. Se sentant pousser des ailes, Mimi en oublia le couteau qui était pointé à quelques centimètres de son visage deux minutes plus tôt. « En parlant de belle gueule, si tu tiens à la tienne. Tu devrais me rendre mon téléphone. » grogna-t-elle entre ses dents. « Maplewood, c'est petit. Tu aimerais pas qu'on soit au courant de ce que tu fais la nuit ici ... » dit-elle sur un ton de défi. Non seulement, comme elle lui avait dit quelques minutes plus tôt, elle ne savait absolument pas ce qu'il faisait ici et était surtout en train de bluffer. Et en plus, comme à son habitude, elle était un peu trop sûre d'être intouchable, oubliant qu'elle était seule de nuit dans un hangar désaffecté avec un voyou assez psycho pour sortir son canif dans la seconde. La seule chose qui la rassurait, c'était la protection des enregistrements précédents. Dans un excès de confiance, elle se disait que le jeune qui semblait avoir son âge ne serait pas assez stupide pour lui faire du mal alors que 1400 témoins savaient où elle se trouvait cette nuit là et que Maplewood était assez petit pour qu'on reconnaisse la voix de bonnet-usé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Sam 27 Jan - 22:02

Une vidéo Urbex. J'ai donc pris pour un gars dangereux, un meuf qui fait des vidéos dans des lieux soit disant flippants et insolites pour faire kiffer ses abonnés derrière un écran... On me l'avait jamais faite celle-là. A tous les coups, elle n'est pas du coin pour faire un coup comme celui-là. Aucun gosse de Maplewood n'a comme ambition de faire des vidéos sur Internet pour faire connaître son coin. Maplewood quoi. Surtout en ce moment. Les habitants d'ici ont autre chose à faire que faire tourner des vidéos. Aucune gamine de Maplewood ne s'aventurerait dans un entrepôt désaffecté après ce qui est arrivé à Sara Baker y a quelques semaines. Elle est forcément d'ailleurs. Ce qui renforce la question de savoir comment elle a atterri ici, à cette heure-ci, dans le fin fond du Southside. Et puis là, alors que je croyais l'avoir un peu calmé, Madame monte sur ses grands chevaux et m'fais clairement comprendre que si je tiens à moi, je ferai mieux de l'écouter et lui rendre son portable. Elle est sérieuse ? Elle a oublié le couteau ? Elle a oublié la scène qu'on vient de vivre ? Elle est vraiment sûre d'elle à ce point là, dans le Southside, avec moi ? C'est bon, je mets ma main à couper, elle n'est pas de Maplewood. Alors qu'on était encore à quelques mètres un de l'autre, je fais plusieurs pas vers elle, tout en parlant, jusqu'à me retrouver à quelques centimètres de sa belle gueule. " Déjà, t'as rien vu, comme tu viens si bien de le dire. Donc tu ne sais absolument pas ce que je fous ici. " Je suis maintenant figé devant elle, de mon mètre quatre vingt, je la surplombe d'une bonne tête. De mon bonnet, d'une bonne tête et demi. Je viens plaquer ma main derrière sa tête, d'une prise assez rude, dure, sèche, et ressors de l'autre main mon couteau de la poche pour en appuyer le manche contre son abdomen. Mon regard noir planqué dans le sien, je sens sa respiration se bloquer face à moi. " Et ensuite, personne ne saura jamais rien si tu ne sors jamais d'ici. Ok ? " C'est bon princesse, t'as compris qu'il ne s'agit pas là de la survie de ma belle gueule mais bien de la tienne ? Tu as compris à qui tu as à faire ? Tu as cerné que si je décide qu'aucun de tes 1400 abonnés ne saura rien, personne ne saura rien ? En gros, t'as capté que t'avais rien en main, encore moins ton portable ? " T'es pas d'ici, j'le sais, et j'suis ravi de pouvoir t'expliquer comment ça marche dans le coin. Quand on s'trouve sur un territoire qui ne nous appartient pas, on ferme sa gueule. Quand on a une gueule d'ange, on provoque pas les gars un peu tarés et armés. Et on s'fait pas des abonnés en filmant dans le Southside si on veut rester en vie. Personne te retrouvera ici, crois moi. Une gamine de la ville peut s'faire assassiner en pleine rue sans que personne retrouve son meurtrier, alors imagine pour une étrangère... " Sara Baker. Elle était d'ici. Elle est née ici. Et ça fait plusieurs semaines qu'on cherche le gars qui a mis fin à ses jours, surement un gars d'ici. Oui, je veux lui faire peur. Oui, c'est carrément le but. J'veux plus la revoir ici. J'finis par ranger mon couteau dans ma poche, poche de laquelle je sors son portable pour lui tendre, sans pour autant le lâcher d'entre mes doigts fermement scellés. " Casse-toi maintenant. "Va-t-elle partir ? Aucune idée. Mais au moins elle sait ce qu'elle risque si elle reste.

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mimi Thomas


in maplewood since : 25/01/2018
gained wars : 84
real face : .
faceclaim : taylor lashae (meteors.)
age : 17 ans
heart : célibataire.
your job : lycéenne

Posté le Sam 27 Jan - 22:58


En un instant, Mimi avait l'impression d'être dans les couloirs de son ancien lycée en train de faire sa loi. L'obscurité et la poussière en prime. Les bras croisés sous sa poitrine, elle attendait avec assurance que la racaille du Southside vienne gentiment lui ramener son téléphone comme un chien bien dressé, persuadée qu'il ne faisait pas le poids face à ses arguments de taille. Mais ses illusions s'envolèrent à toute vitesse lorsqu'elle crut percevoir la fureur dans le regard de son raquetteur. Le voyant avancer vers elle d'un pas menaçant, Mimi ne trouva rien d'autre à faire que de reculer à la même cadence que ses pas qui semblaient vouloir lui foncer dessus pour l'écraser. Mais l'inconnu arriva très vite à sa hauteur, lui empoignant la nuque et ressortit sa lame dont il semblait ne pouvoir se passer dés qu'il était un petit irrité (a). Maintenant Mimi vivait un véritable ascenseur émotionnel, elle était passée de la peur, à l'arrogance, au défi et à présent elle flippait plus que jamais en sentant le couteau de son agresseur collé à son abdomen.

Mimi était incapable de dire quoique ce soit, elle ne savait plus sur quel pied danser, ni comment se sortir de cette situation. Son cœur battait comme il n'avait jamais battu, de sa vie elle n'avait jamais eu à faire à ce genre de situation dans son lycée de Portland. Tout le monde lui mangeait dans la main et utilisait les brutes du lycée comme ses pions pour terroriser qui lui manquait de respect. Les quartiers malfamés, elle n'y était jamais allé et ses préjugés sur la ringardise de Maplewood lui avait fait dire que la réputation du Southside était exagéré. Maintenant elle déchantait. La brunette déglutit, ravalant sa fierté et tout son orgueil qui la caractérisait, lâchant un discret « Ok ... » à peine audible tant il était étouffé par sa peur. Puis sans un mot, comme une petite fille punie, elle écouta une à une les recommandations du garçon qui sonnaient à son oreille aussi bien comme des menaces que des conseils paternels. Il parlait de Sara Baker, cette cruche qu'elle n'avait jamais aimé et qui s’immisçait entre sa cousine et elle à chaque vacances passées à Maplewood. Il avait raison, elle était inconsciente de se balader seule la nuit alors que toute la ville était en psychose. Quand il finit et qu'il rangea son couteau, Mimi poussa un soupir de soulagement qu'elle aurait préféré éviter par fierté. Il lui rendait son portable et elle le détestait de l'avoir dominer de cette façon. Son égo, ses tripes tout bouillonnaient en elle et malgré ses jambes encore flageolantes, si le couteau avait été entre ses mains, elle aurait pu lui réserver le même sort que Sara Baker avait subi. Et pourtant, elle ne put ignorer sa déception quand il lui dit que le jeu était terminé. Qu'elle pouvait se casser avec tout ce qui lui appartenait, se sauver de là sans demander son reste et s'extirper enfin de cette ambiance flippante. Alors que l'adrénaline qu'elle chérissait tant retombait, Mimi cherchait un prétexte pour rester et continuait à touchait du bout des doigts la menace de mal terminer la soirée. Flirter avec le danger. Mais comme si ses prières semblaient avoir été exaucées, les sirènes de police retentirent à l’extérieur du bâtiment. « Je t'en supplie, tu peux pas me laisser là. Si je me fais chopper, mes parents vont me tuer. J'ai pas le droit à l'erreur ici ! Aide moi à sortir discrètement ! » le supplia Mimi, comme si elle avait à faire à un ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Sam 27 Jan - 23:52

La voilà la véritable peur que je voulais sentir. Voilà ce que je voulais lui faire passer comme message. Voilà le genre de messages qu'on m'a appris à faire passer à tous ceux qui empiètent sur le territoire des gars du Southside. Elle a compris. Je ne sais pas d'où elle vient, je ne sais pas qui elle est, mais elle a compris. Elle ne remettra sûrement jamais plus les pieds dans un coin comme celui-là, jamais plus sans penser à moi et sans avoir peur de me croiser en tout cas. J'ai vu son arrogance présente quelques secondes avant disparaître en nuages de fumée. Tout s'est envolé. Elle a rangé sa mine ravie, son sourire en coin, son regard perçant, ses épaules redressées. Tout est parti se cacher bien loin quand j'ai sorti mes mots, et j'avoue, que ça m'a plu. L'égo masculin. La fierté masculine. La domination. Appelez ça exactement comme vous voulez, j'en ai rien à faire, ça m'a plu, c'est tout. Je suis quand même curieux de savoir ce qu'elle va raconter à sa communauté d'abonnés demain, quand elle se sera remise de ses émotions...

Mais alors que je m'apprêtais à la foutre dehors à la manière forte, une mélodie bien familière vient chatouiller mes oreilles. Les flics, putain. Qui les a appelé ? Un des gars à qui j'ai vendu ? Je ne pense pas, ils sont aussi mouillés que moi. Elle ? Je ne pense pas non plus, j'vois pas comment elle aurait fait avec son portable dans ma poche. Un de ses abonnés qui a flippé de la voir disparaître dans un endroit comme celui-là ? Fort possible. Le plus probable même. Putain. Faut que je bouge. Vraiment. Vite. Et que je sorte de là. Parce qu'avec ce que j'ai sur moi, plus l'argent dans la sacoche, plus cette meuf que j'viens de menacer d'un couteau, j'peux finir très vite au trou sans comprendre ce qui m'arrive. Et là, avec un air paniqué, la brune me demande de l'aide. J'suis dans la merde à cause de ses beaux yeux et elle veut mon aide ? Et sa seule excuse est que ses parents ne vont pas être contents ? Bordel, on ne vit vraiment pas dans le même monde... Sauf que je n'ai clairement pas le temps de négocier avec elle à ce moment précis, et si je la laisse plantée là, sans l'aider, elle va tout balancer. Un gars d'son âge avec un bonnet et un couteau dans la poche, les flics mettront pas longtemps à faire le rapprochement avec moi, je le sais. " J'espère que t'es capable de courir sous tes airs de princesse. " Je n'en dis pas plus. En espérant qu'elle soit assez maligne pour comprendre que ça veut dire : suis moi. Sans attendre plus longtemps, je me faufile rapidement dans les couloirs de ce bâtiment que je connais comme ma poche, prends plusieurs virages, monte un étage et me retrouve de l'autre côté du bâtiment, devant un encadrement de fenêtre en béton. Entrepôt abandonné, vous imaginez donc la gueule de cette fenêtre : juste l'encadrement. Et je saute. Sûrement trois petits mètres de haut. Arrivé en bas, j'me retourne : faudrait pas qu'elle reste là-haut, elle va m'faire tomber sinon. " Putain, saute ! On verra plus tard si tes chevilles étaient solides. " Est-ce que j'vais la rattraper ? Probable. Elle en doute sûrement, j'en douterai aussi à sa place, mais comme je viens de vous le dire, si elle se fait chopper, elle va me balancer, c'est sur. Donc faut pas qu'elle se fasse chopper. Donc, il faut que je l'aide. CQFD.

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mimi Thomas


in maplewood since : 25/01/2018
gained wars : 84
real face : .
faceclaim : taylor lashae (meteors.)
age : 17 ans
heart : célibataire.
your job : lycéenne

Posté le Dim 28 Jan - 0:41


Finalement, il y avait bien un de ces péquenauds qui l’idolâtraient tant qui avait fini par prévenir la police que Mimi courrait un danger. Oscillant entre la flatterie de savoir que dans son armée de followers certains se souciaient réellement de son bien-être et l'agacement que l'on se mêle ainsi de sa vie privée, Mimi flippait surtout à l'idée de se retrouver nez-à-nez avec la police. C'était vrai qu'elle n'avait pas le droit à l'erreur à Maplewood, que ses parents la tueraient si elle se retrouvait au commissariat. Monsieur et madame Thomas crieraient à l'ignominie durant des semaines alors qu'ils faisaient tout ce qui était en leur possible pour accélérer la signature du contrat de vente du terrain qui accueillerait bientôt leur Resort, ce temple de vacance haut de gamme venu saccager la tranquillité des habitants de Maplewood.

Mimi le suppliait littéralement du regard, elle savait que si elle était livrée à elle même, les flics ne mettraient pas cinq minutes pour lui tomber dessus. C'est bien la dernière chose qu'elle souhaitait. Et au fond, l'idée de courir aux côtés d'un vagabond, qui donnerait de l'urticaire à ses parents, pour semer les forces de l'ordre la tentait beaucoup. Ses yeux de merlan frit ayant fait effet, Mimi regarda ses baskets quand il lui dit qu'elle avait intérêt d'être prête à courir. Elle se félicitait intérieurement de ne pas d'être pointée dans ce lieu de tous les dangers en talons hauts. La brunette hocha la tête en guise de réponse affirmative. Elle n'avait peut-être pas autant l'habitude que lui des taudis et des trous à rats, mais Mimi était sportive. Si elle avait été capitaine de l'équipe de cheerleaders de son ancien lycée pendant deux années consécutives, c'était grâce à ses capacités et aussi parce que personne s'était présenté face à elle, probablement de peur de voir sa réputation ruinée. Sa tête à peine relevée que son agresseur qui avait toutes les casquettes en cette nuit d'hiver, de celle du moralisateur à l'autre du sauveur, avait déjà commencé la course. En effet, le temps pressé et les sirènes se faisaient plus intenses alors que les voitures de police se rapprochaient. Mimi avait l'impression que son coeur allait sortir de sa poitrine et elle ne pouvait effacer son petit rictus d'excitation, alors qu'ils détalaient dans les couloirs de la  bâtisse qui par son état aurait pu s’effondrer à tout moment. Mimi ne voyait rien de ce qui l'entourait et se contentait de tracer dans le sillon du garçon du Southside, en qui elle avait une confiance quasi aveugle à ce moment. Ils montèrent à l'étage et se retrouvèrent devant un encadrement de fenêtre pourri par l'humidité. Disparu. Il avait sauté par la fenêtre. D'un pas hésitant mais relativement pressé par le vacarme que les sirènes faisaient dehors, Mimi se pencha à travers la fenêtre se demandant ce qu'elle allait y trouver. Il l'attendait en bas. En bas, c'était très bas et elle en frissonna, elle se demandait comment elle allait faire. Mimi avait l'habitude des pyramides humaines où elle exigeait toujours d'être au sommet, mais pas de sauter de plusieurs mètres de haut par la fenêtre d'un bâtiment délabré pour semer la police. « Bien... » dit-elle pour elle-même en cherchant de la motivation. Elle enjamba le rebords de la fenêtre et resta quelques secondes assise là, quelques secondes de trop pour l'inconnu qui la pressait de sauter. Sa remarque sur ses chevilles ne la rassura pas le moins du monde. « Tu me rattrapes? » demanda-t-elle. Puis sans attendre une confirmation et dans ce même élan qui poussait les gens à faire n'importe quoi, souvent des actions irréparables, sous l'euphorie Mimi sauta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Dim 28 Jan - 1:05

Qu'elle est mignonne... Je la menaçais d'un couteau dans l'nombril y'a cinq minutes et là elle me demande si je la rattrape. Parce que ma réponse a vraiment une importance ? Parce que si je lui dis oui elle va me faire confiance peut-être ? Ca serait vraiment débile si c'était le cas... Et si je dis non, elle reste assise là-haut en attendant que la police vienne la cueillir ? Evidemment non. Dans tous les cas, elle va sauter. Que je la rattrape ou pas. Mais elle a besoin de se rassurer. Ah les meufs, j'vous jure... Toujours est-il que le simple fait de poser la question semble la rassurer car elle ne prend même pas le temps d'avoir une réponse et se jette dans le vide. Dans mes bras du coup... J'vous ai dit que je la rattraperai, ou du moins que j'amortirais la chute. Je compte pas me retrouver avec une fille estropiée sur les bras, ça serait pas bon pour mes affaires. Je la tiens quelques secondes, ses pieds à quelques centimètres du sol, mes mains dans le creux de ses aisselles, première prise que j'ai pu avoir pour la rattraper. C'est bizarre comme moment non ? On dirait presque un début de scène romantique d'un film d'action Hollywoodien. Bref, rêvez pas trop, on s'arrête là. " Viens. Et fais gaffe où tu mets tes pieds " Lançais-je simplement en reprenant ma course par l'arrière du bâtiment, chemin semé d'embûche en tout genre. Seringues, parpaings, bouts de bois, roues de voiture, vélos abandonnés, faut vraiment pas faire gaffe à ce qui se trouve là et courir. Et pour ma part, réfléchir. Réfléchir à l'endroit où je vais. Oui, je connais le coin comme ma poche. Oui, je sais toujours où me planquer parce que j'ai l'habitude de ce genre de situation. Mais généralement j'ai pas une bloggeuse en manque de sensations fortes à la recherche d'informations croustillantes à transmettre à ses abonnés. A ses abonnés. Merde.

Je pile d'un seul coup, je m'arrête dans ma course et me retourne brusquement vers la brune. " La caméra. Dis moi que t'as la caméra. "Et là, le blanc. Ou le trou noir, comme vous voulez. Je lis dans ses yeux que non, elle n'a pas du tout en possession l'objet qui peut nous faire tomber tous les deux en un rien de temps. " Putain, elle a pas la caméra. Mais que c'est débile une gosse de riche... " Je sais très bien qu'elle est là mais l'énervement me fait parler comme si elle n'était pas là. Je me parle à moi même, à voix haute, face à elle, en parlant d'elle, comme si elle était invisible. Non mais quelle conne quand même... Elle a pas récupéré la caméra quand je lui ai fait sauter de  la tête dans le placard. Si les flics la trouvent, avec ma voix dessus, dans ce hangar, j'suis mort. " Faut qu'on y retourne. Tu voulais faire vibrer tes abonnés ? Bah là c'est toi qui vas te sentir vivante ma grande, j'te le dis. " Va falloir rerentrer dans cet entrepôt, avec une meuf qui n'a jamais fait ça de sa vie, en échappant aux flics qui vadrouillent, et en espérant trouver la pièce à conviction avant eux... Bordel, j'aurai jamais du ouvrir ce placard. " Va falloir être plus discrète que tout à l'heure cette fois-ci, tu penses en être capable ou j'te couds la bouche ? Ou j'te laisse ici ? "

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mimi Thomas


in maplewood since : 25/01/2018
gained wars : 84
real face : .
faceclaim : taylor lashae (meteors.)
age : 17 ans
heart : célibataire.
your job : lycéenne

Posté le Dim 28 Jan - 1:44


Sa chute libre lui donnait les mêmes sensations d'une montée d'ecstasy. En plus court. En beaucoup trop court. Mimi s'était à peine envoler dans les airs pour échapper aux forces de l'ordre, reproduisant par mimétisme le parcours d'obstacle que lui avait combiné celui qui quelques minutes avant la menaçait de son couteau, qu'elle atterrissait déjà dans ses bras. Pour quelqu'un qui voulait la tuer, il avait quand même assez bon fond pour même lui éviter une petite foulure de cheville. Mimi était satisfaite, bien qu'un peu mal à l'aise dans cette posture de femme en détresse sauver de peu. Dans toute sa féminité, elle détestait ce genre de cliché comme elle haïssait être dominée par un homme, comme par une femme. Bloquée plus par la gêne, que par sa peur comme ça avait été le cas quelques minutes plus tôt, elle se déraidit lorsqu'il la posa à terre. Au final, c'était un peu comme l'ami relou qui avec inquiétude nous demandait si tout allait bien quand on était perché. Il avait un peu stoppé sa montée d'adrénaline, mais elle reprit de plus belle lorsque leurs courses reprit. Il lui avait conseillé de faire attention où elle mettait les pieds et Mimi osait à peine imaginer pourquoi, elle se doutait que vu la réputation du coin beaucoup de camés nettement moins classes qu'elle et ses copines de la jeunesse dorée devaient s'enfoncer des seringues dégoûtantes dans leurs veines sur ce terrain vague.

Lorsqu'il s'arrêta net devant elle, si brusquement qu'elle aurait pu lui rentrer dedans si ses réflexes n'avaient pas été développés. Mimi en profita pour reprendre sa respiration, elle était essoufflée. De quel caméra il lui parlait ? Elle avait son téléphone, son selfie stick et … La caméra frontale était restée dans le placard où elle s'était cachée plus tôt dans la soirée. En guise de réponse, Mimi se mordit la lèvre inférieur d'un air désolé. Quand il avait compris que la caméra était restée là-bas, à la portée de la police, il commença un monologue en insultant Mimi de débile et de gosse de riche. La brunette serrait des dents, sa mâchoire se contractait alors qu'il montrait son dédain envers les riches. La rabaissant pour son statut social. C'était blessant et Mimi parvenait à se mettre dans la peau des prolos qu'elle méprisait souvent avec ses amis. « Je viens avec toi ! Je préfère. » répondit Mimi. Non pas qu'elle avait peur de rester à l'attendre ici seule, ni qu'elle était obligée de l'attendre d'ailleurs, elle avait seulement le goût du risque. « Je sais pas ce qu'il y a dans ton sac, mais peut-être que tu devrais le cacher là-dessous si ça peut t'éviter des problèmes... » dit-elle, en pointant du doigt un tas de planches en bois qui auraient dû servir à des constructions. Mimi se doutait un peu qu'un type de Southside dans un entrepôt abandonné ne faisait pas de l'Urbex pour ses followers. Son dealer ne l'attendait jamais dans des endroits pareils, mais elle savait que les basses classes avaient des rapports beaucoup plus illégaux avec la drogue, ils créaient cette ambiance d'interdits. Quand elle et ses semblables voyaient là quelque chose de normal, comme acheter une bouteille d'alcool dans une épicerie.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Dim 28 Jan - 9:54

Ah c'est bien beau de s'foutre la queue entre les jambes et me regarder avec un air de chien battu... Mais c'est avant qu'il fallait agir et réfléchir ma jolie ! Elle ne doit pas y tenir tant que ça à sa caméra pour la laisser en vrac en fond d'un placard. Ou alors, je l'ai vraiment faite flipper avec mon attitude, mon couteau... Ok, c'est possible. Elle me fixe avec sa bouille d'enfant qui a fait une bêtise pendant que je m'énerve tout seul et attend patiemment que je lui lance les instructions. Elle vient. Elle préfère venir. Elle a intérêt à être à la hauteur. Je l'ai faite sortir une fois de ce cachot mais si elle s'y remet volontairement avec moi, elle se débrouillera pour sortir en cas de soucis. J'suis pas babysitter de bloggeuse en mal de scoops. Et puis, alors que la meilleure idée à mes yeux était qu'elle se la ferme gentiment, elle préfère l'ouvrir et me soumettre l'idée de vider mon sac. Ok, c'est pas con. Sauf que ça sous-entend qu'il faut que je revienne forcément là après. J'ai une centaine de dollars en liquide là-dedans et au moins autant en poudre blanche qui attend d'être vendu. Deux cents dollars, c'est surement rien pour elle mais pour un gars comme moi, c'est pas un jeu que tu laisses sous des planches en bois. Mais en même temps...  T'es pas seul ce soir O'Neill, tu transportes un boulet avec toi qui peut t'faire tomber à tout moment avec ses maladresses. Passer autant d'années en échappant aux flics pour s'faire chopper le sac plein à cause d'elle... Ca serait vraiment con. Certes. Je lâche alors un gros soupir, soupir d'énervement, soupir d'agacement, soupir de "calme toi, c'est toi qui l'a aidé à sortir, faut pas t'plaindre maintenant". Bref, vous voyez le style...   " J'espère pour toi que t'as compris que c'est dans ton intérêt d'oublier ce que tu as vu ou vas voir ce soir. " D'oublier. Evidemment qu'elle n'oubliera pas. Par oublier, j'entends oublier de raconter à ses fidèles abonnés idiots ce qu'elle a vécu ce soir là. Ils ne doivent rien savoir. S'ils appellent déjà les flics quand elle disparaît de l'écran, j'ose pas imaginer ce que ça sera s'ils apprennent qu'un drogué dealeur l'a menacé d'un couteau. Mais apparemment, ses parents la tueraient s'ils apprenaient sa présence ici. Ca me fait un bon moyen de pression.

Je m'agenouille alors dans le coin du mur, derrière nous, soulève quelques planches et y vide le contenu poudreux de mon sac, méticuleusement entreposé dans des petits sachets plastiques. J'essaye, tant bien que mal, que la brunette ne voit pas le détail de mes manigances mais justement, au point où on en est, c'est un détail. Je garde l'argent, bien sûr. Ils ne peuvent rien prouver avec cent balles dans une sacoche. Et puis, en me relevant et d'un signe de la tête, je lui fais comprendre qu'il faut me suivre. Le pas de course reprend jusqu'à arriver proche du bâtiment. Il faut ralentir le rythme, ne pas s'faire repérer. Je ne sais pas s'ils sont encore là-dedans. On ne repasse évidemment pas par le coin où on est sorti tout à l'heure, je sens mal la remontée d'étage avec Blanche Neige. Tiens, ça lui va bien, Blanche Neige... Connaissant le coin comme ma poche, je contourne un peu plus le hangar et me faufile par une fenêtre une nouvelle fois cassée, au rez de chaussée cette fois. Les sirènes semblent s'être arrêté, les gyrophares ne nous éblouissent plus... Soit c'est très bon signe, soit au contraire, ils se font discrets pour mieux nous chopper. A peine entré dans la baraque, je me retourne vers la brune et lui fais signe de se taire. Vous savez comme on fait avec ses gosses avec le doigt sur la bouche... Hé, je vous rappelle que je l'ai découvert parce qu'elle a trouvé intelligent de chuchoter dans un placard... On n'est jamais trop prudent. D'autant plus que l'adrénaline doit commencer à grimper dans son p'tit cœur. Finalement, on rejoint sans trop de mal la pièce dans laquelle on se trouvait tout à l'heure, visiblement non occupée par des hommes en bleu. Cool. " Va récupérer ton jouet. " Lançais-je avec dédain à la jeune fille, sans pour autant rentrer dans la pièce. Bah quoi, c'est son bordel la caméra non ? Je la ramène jusqu'au point fatidique et après elle se démerde. Montre moi que t'en as dans l'ventre un peu. Rentre seule et va chercher ta GoPro.



Spoiler:
 

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mimi Thomas


in maplewood since : 25/01/2018
gained wars : 84
real face : .
faceclaim : taylor lashae (meteors.)
age : 17 ans
heart : célibataire.
your job : lycéenne

Posté le Dim 28 Jan - 10:51

C'était idiot à ce stade de la soirée, mais quand celui qu'elle présumait dealer l'approuva, malgré toute sa nonchalance, Mimi eut le sentiment de se sentir utile. Ça faisait plusieurs minutes qu'elle se faisait balader de pièce en pièce, qu'elle se faisait crier dessus et maltraiter comme un cancre à l'école. Elle ne pouvait aller contre sa curiosité et accompagne le garçon qui allait s'accroupir vers le tas de planche pour cacher ses affaires. Il prit la peine de lui faire une nouvelle recommandation sur son silence, ce à quoi elle répondit avec la même nonchalance que le southern avait fait preuve jusqu'à maintenant. « Ouais, ouais .. » cracha-t-elle, en levant les yeux au ciel, lassée par son numéro de pirate. Puis là, elle aperçut ce qu'il sortait de son sac. Du moins, elle essayait alors que lui faisait en sorte qu'elle n’aperçoive rien. Elle vit quelques pochons de ce qu'elle imaginait être de la cocaïne, des pochons qu'elle connaissait bien. Elle avait l'impression d'être une petite fille dans un magasin de bonbons, prête à engloutir toutes les confiseries qu'elle voyait. Soudain, elle eut même envie de lui dire qu'elle préférait surveiller le sac, qu'il serait plus rapide sans elle , lui le valeureux bad boy, pour pouvoir se tirer tranquille avec sa marchandise. Mais prise d'un élan de conscience qui lui était rare, elle oublia l'idée. Puis de toute façon, il serait devenu méfiant et ne l'aurait jamais laissée seule avec le sac, maintenant qu'il l'avait vidé devant elle.

Ils étaient à présent repartis en direction du hangar, qu'ils avaient pourtant fuient à toute allure lorsque la police était arrivée sur les lieux. Mimi s'en voulait de ne pas avoir sa caméra, non pas car cela leurs auraient évité de retourner dans l’entrepôt désaffecté, ça ne la dérangeait pas même si lieu commençait à devenir un peu lassant, mais parce que ses followers auraient tout simplement adoré ce moment. Ils arrivèrent devant une fenêtre qui était dans le même état miteux que celle où elle avait sauté plus tôt, sauf que là elle était à leur hauteur et ils n'avaient pas besoin de trop gros efforts pour passer à travers. Le garçon lui fit signe de se taire. Ce à quoi Mimi répondit, bien évidemment, dans un esprit de provocation: « Ouais, t'inquiètes je me tais » chuchota-t-elle avec un sourire narquois au visage. Bon, elle n'avait pas hurler non plus, elle ne voulait toujours pas que ses parents viennent la chercher au poste de police. Puis ils arrivèrent dans la pièce où elle l'avait rencontré et l'avait pris pour un clochard. Ils avaient du chemin depuis et avaient tissé une belle amitié (a). Mimi avança dans la pièce, le placard était dans un recoin et espérer ne pas tomber nez-à-nez avec la police. Mais personne, elle récupéra sa caméra et retourna vers le garçon armée de sa gopro. « Ils ont dû partir…. » dit-elle constatant le silence qui était revenu dans le bâtiment. « Je m'appelle Mimi, tu es … ?  ». La brunette lui tendit la main, elle ignorait son prénom et elle n'était pas certaine qu'il veuillent se présenter à son tour après tout ça, l'histoire de la drogue etc. Mais ça lui semblait normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


in maplewood since : 21/01/2018
gained wars : 647
real face : pandallen
alter ego : le petit bourge jacob, et la force tranquille reggie
faceclaim : cole sprouse (halcyon days).
age : dix-sept ans
heart : célibataire
your job : lycéen, aux dernières nouvelles

○ cillian (twin)
○ bevin (special person)
○ bonnie (heart sis)
○ mimi (rich and crazy)
○ lullaby (new intriguing face)

» bevin + mimi + charlie + lullaby + toi peut-être ?
Posté le Dim 28 Jan - 12:28

Faut vraiment être con pour parler en disant qu'on se tait, non ? C'est comme dire qu'on ne regarde pas en ouvrant les yeux, ou qu'on n'écoute pas en tendant l'oreille. On est d'accord ? Ca n'a aucun sens ? Et puis, je croise son regard et j'comprends. Ok, elle se fout de moi, elle a repris sa confiance, et elle joue. D'accord. Je sens que j'ai à faire à un bon morceau avec cette brune. Je ne sais pas pour quelles raisons elle a été mise sur mon chemin mais j'ai comme l'impression que je ne vais pas m'en débarrasser aussi vite que ce que je l'aurai voulu ou imaginé. Je continue donc à avancer dans la pénombre de l'entrepôt abandonné, en direction de la pièce que je ne connais que trop bien et dans laquelle on a été surpris quelques minutes plus tôt. Et je l'envoie chercher son joujou à cause duquel on a du revenir ici. L'entrepôt semble vide, la pièce aussi et elle revient quelques secondes après avec un air soulagé, presque victorieux sur le visage. Elle a pris sa dose d'adrénaline pour la semaine la p'tite. Et puis là, elle se dit que c'est le bon moment, le bon endroit et que je suis la bonne personne pour faire des présentations. On ne vit clairement pas dans le même monde, c'est fou. Je n'aurai déjà jamais cherché à savoir qui elle est, mais alors encore moins ici. Je faillis la couper en deux y'a quelques minutes - je ne l'aurais pas fait, certes, mais elle ne le sait pas - et elle cherche à me connaître. Incroyable. Comme quoi, j'ai encore des trucs à apprendre sur le monde qui m'entoure. Je lâche un petit rire, de surprise, d'amusement, face à elle et ses envies et réponds : " Vraiment ? Tu veux dire que même ton prénom n'est pas crédible ? Pas de chance hein. " Bah quoi ? C'est vrai non ? A qui tu veux faire peur en t'appelant Mimi ? C'est un nom d'souris de dessins animés, Mimi, pas un nom de gangster. " C'est moi Alex. " Ca vous plait pas Alex ? Certes, ce n'est pas mon vrai prénom. Mais j'la connais pas la meuf. Elle veut faire la gentille, faire connaissance, je suis curieux, donc je fais connaissance. Mais aucune chance qu'elle ait mon nom avec tout ce qu'elle sait ou peut imaginer sur moi. Alex, y'a pas plus commun comme nom. J'aurai pu choisir John ou Jack, c'était pareil. Alex. Elle s'en contentera pour le moment. " On tape la discut' ailleurs peut-être ? " Lançais-je avec un petit ton ironique. J'te rappelle qu'on est possiblement recherché par les flics, que j'suis armé, et que j'ai de la drogue planqué à 50 mètres. On n'est pas dans tes beaux quartiers autour d'un café latte.

Sans attendre une réponse, je ressors du hangar, hangar qu'elle doit presque commencer à connaître et duquel elle pourrait ressortir aussi sans moi. A l'extérieur, c'est vraiment calme. Calme au point que je me demande si les flics s'étaient vraiment arrêté pour fouiller l'entrepôt et s'ils n'étaient pas juste de passage dans la rue à la recherche de quelqu'un d'autre. Fort probable. Mais dans le feu de l'action, j'ai même pas chercher à comprendre tout à l'heure... " C'est bon, tu peux t'barrer maintenant que t'as récupéré ton truc de pseudo reporter et que les flics sont loin, non ? " Déclarais-je à la brunette avec une sympathie sans nom en prenant le chemin, cette fois-ci en marchant, de ma planque de tout à l'heure.

________________________________________

Nous sommes de ceux
qui cherchent à désarmer la mort à coup de grenades lacrymo, pour l'effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d'une avenue pour la séduire, la ramener et lui faire l'amour de façon brûlante. Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mimi Thomas


in maplewood since : 25/01/2018
gained wars : 84
real face : .
faceclaim : taylor lashae (meteors.)
age : 17 ans
heart : célibataire.
your job : lycéenne

Posté le Dim 28 Jan - 13:32

La brunette fronça les sourcils un peu piquée quand le fameux Alex prit en dérision son prénom. C'était juste un problème de classe, elle se rassurait en disant qu'il y a avait que les pauvres qui trouvaient son prénom ridicule quand le reste du monde, les gens qui comptent, le trouvait couture. Depuis le jour où elle avait été en âge de se forger un style, un caractère et une démarche, elle savait qu'avec un prénom pareil elle pouvait devenir créatrice de mode ou première dame des États-Unis. Alex c'était quelconque et elle ne peinait pas à imaginer tout l'historique familiale de son voyou, une mère probablement défoncée à la Meth à ses six mois de grossesse et qui avait eu l'idée d'appeler son fils Alex en hommage à son plan cul régulier, dont elle n'était même pas sûre qu'il était le père. Voilà comment Mimi passait au-delà des peu de moqueries qu'elle subissait en temps normal, comment elle se rassurait en somme. D'habitude, elle n'hésitait pas à le cracher au visage de ceux qu'elle voulait démolir, toujours avec un calme alarmant et déstabilisant, un mot pas plus haut que l'autre pour que les nerfs ne volent pas la vedette au fond de ses paroles. Le mépris qu'elle aimait afficher et qui la plupart du temps humiliait. En l’occurrence, elle ne tenait pas à faire part de ses suppositions à Alex parce que vu comme il avait l'air écorché, elle se disait qu'elles étaient peut-être vraies, cette fois-ci. Aussi car il n'avait pas l'air si méchant, ça faisait plusieurs minutes qu'il ne lui promettait plus de la découper en morceaux et pour finir, parce qu'elle avait toujours un peu peur qu'il en ait toujours envie dans le fond. C'était toujours la nuit et elle était toujours seule avec lui dans le Southside, quartier qu'elle avait compris beaucoup plus craignos que ce qu'elle avait imaginé jusque là. Mimi le suivit à l'extérieur, comme un petit chien atteint du syndrome de Stockholm, leurs pas étaient beaucoup plus détendus maintenant que la tranquillité inquiétante des lieux s'était réinstallée.  

« Tu dois avoir une belle vie de merde pour toujours être aussi grave, désobligeant, arrogant, irrespectueux... » dit-elle plus par constatation que par provocation lorsqu'il lui dit qu'elle pouvait se barrer. « Je t'ai vu sourire qu'une fois, c'était pour mépriser mon prénom. Tu dois sûrement passer ton temps à pleurer sur ta condition d'enfant pauvre, en disant que les gens du Northside ont pas de considération pour ton quartier … Mais veux-tu seulement être respecté ? » lui demanda-t-elle. De toute façon, après ça elle savait que son couteau il s'en servirait pas. Il devait juste s'en servir pour couper des barrettes de shit qu'il revendait à tous les miséreux du Southside. Mimi n'aimait pas les marginaux, d'ailleurs elle se disait souvent que les pauvres avaient pas de fric car ils étaient toujours aussi négatifs qu'Alex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
“ Contenu sponsorisé ”
Posté le

Revenir en haut Aller en bas
 
Who's the most southern between you and me ? | Arthur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [CR] Empire of the Sun
» Blind Test Disco
» Le Cycle de Pendragon de Stephen Lawhead
» Le coin des poètes
» Registre des Mariages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie HJ :: Archives :: RPs-
Sauter vers: